Actualité théâtrale

Jusqu’au 8 avril au Théâtre de Belleville

"Noces" Demande de partenariat Reduc’Snes en cours

Qu’est-ce qu’une noce, un mariage ? Généralement on évoque l’union d’un homme et d’une femme pour une vie commune et une cérémonie. Une noce, c’est une journée avec des incidents, parfois surprenants, qui renvoie aussi à un choix que l’on sait sinon décisif, du moins capital, et qui engage tant de choses.

Pour explorer la noce, ses coulisses, son cortège de représentations et d’émotions contradictoires, la Compagnie l’Art Mobile a retenu sept jeunes auteurs, souvent en prise avec le théâtre comme acteurs ou metteurs en scène. Leurs textes renvoient à des fragments de noces, à des destins différents, à des hommes et des femmes aussi divers que variés. Il y a le rocker faux-dur et la fille qui cherche un émeu (ce qui l’émeut ?), un jeune couple qui veut s’unir dans l’urgence de la guerre avant que la mort ne risque de les séparer. Il y a celle qui a peur de se tromper, qui ne sait plus qui elle aime et hésite à s’engager au moment de sauter le pas, tandis qu’en face d’elle, une jeune indienne rêve d’un conjoint qui s’avèrera n’être pas celui qu’elle espérait. Il y a l’amoureux éconduit, le travesti en robe de marié qui philosophe sur le contrat de mariage où l’on commence par une séparation (de biens) chez le notaire avant d’aller s’unir devant le curé.

On passe d’une classe sociale à l’autre, d’un caractère d’homme ou de femme à un autre.

L’humour domine, on sourit beaucoup, on est parfois ému aussi, emporté par le soliloque du travesti ou par la tendresse de la scène finale où un homme parle de son amour à sa femme qui se meurt. Et pourtant il n’y a aucun pathos, uniquement de l’humour, de la vie et de l’amour. Il faut saluer la performance des acteurs (en particulier Eric Chantelauze et Cécile Tournesol également metteuse en scène) capables de se mettre rapidement dans la peau de tous ces personnages, de passer de la gravité à la légèreté, de chanter aussi car les chansons irriguent le spectacle et la vie. Les acteurs changent de costume à vue et passent d’un rôle à l’autre avec une fluidité qui permet de glisser d’une scène à l’autre sans perdre le fil rouge du spectacle.

C’est un travail intelligent et très réussi.

Micheline Rousselet

 

Du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 17h.

Théâtre de Belleville

94 rue du Faubourg du Temple, 75011 Paris

Réservation : 01 48 06 72 34

Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

 

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Iphigénie »
    Quand la France a été mise en confinement, Stéphane Braunschweig, directeur du théâtre et metteur en scène, a repensé à la tragédie de Racine, où l’armée des Grecs, en partance pour la guerre de Troie, se... Lire la suite (29 septembre)
  • « Les pieds tanqués »
    Pétanque vient du provençal « pé », pied et « tanca » pieu. Jouer à la pétanque c’est donc jouer aux boules pieds joints et non en prenant de l’élan comme à la lyonnaise. Comme on est en Provence, un... Lire la suite (27 septembre)
  • « Crise de nerfs »
    Peter Stein a choisi de mettre en scène trois courtes pièces de Tchekhov et de confier à Jacques Weber le rôle principal. Le metteur en scène a choisi de commencer par la pièce la plus sombre, qui... Lire la suite (26 septembre)
  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)