Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Jean-Gabriel Périot (France)

« Nos défaites » Sortie en salles le 9 octobre 2019.

Jean-Gabriel Périot a répondu à une invitation de la ville d’Ivry-sur-Seine via son cinéma municipal le Luxy, pour animer un atelier dans la classe de 1ère option cinéma du Lycée Romain Rolland.

Pour le cinéaste, le point de départ du sujet était de permettre à une douzaine d’adolescents de se confronter à un domaine qui leur était totalement inconnu, en l’occurrence le cinéma politique et engagé des années post 68.

Se référant à des séquences de films de l’époque, à des citations, des propos de cinéastes, ils allaient devoir, pendant une année scolaire, se réapproprier des images et des mots éloignés d’eux, une approche qui les amènera à parler d’eux-mêmes, de leurs rapports à leur propre époque depuis ces mots-la, ces images-là.

Jean-Gabriel Périot a proposé aux élèves une trentaine d’extraits de films. Certains de ces extraits les ont laissés indifférents et à l’inverse, ils se sont enthousiasmés pour d’autres.

Peu rodés au documentaire et au cinéma politique ou engagé, ils ont été surpris de constater que puissent exister des films si réalistes, si proches des gens.

Contre toute attente, ils ont été d’emblée intéressés par un extrait de «  La salamandre » d’Alain Tanner.

Il s’agissait pour eux, une fois les extraits de films choisis, de les jouer, de réaliser un remake de certaines scènes et le résultat qui est assez stupéfiant, se situe à deux niveaux.

Pendant que s’était constituée une équipe technique et que chacun était à son poste, à la caméra, au cadre, au son, aux éclairages, d’autres élèves faisaient les acteurs.

La séquence de «  La salamandre  » qui ouvre le film ou plus tard celle de la reprise du travail aux Usines Wonder d’Hervé le Roux, dans le remake, sont impressionnantes de précision, de justesse et de concision de jeu, d’un totale implication à la situation donnée.

On pourrait croire à assister au visionnement de ces séquences que le feu du jeu dramatique qui anime les séquences, provient de la part des élèves, d’une connaissance du sujet traité.

Or, on découvre dans les réponses données aux questions qui leur sont posées parallèlement : qu’est-ce que le communisme, le capitalisme, le syndicalisme, que pour la majorité d’entre eux, la méconnaissance en matière de politique est abyssale. Leurs réponses sont hésitantes et le plus souvent vides de contenu, parfois impressionnantes d’ignorance quand une des élèves confond syndicalisme et patronat.

Cinéma : Nos défaites

C’est là que le film de Jean-Gabriel Périot pose la vraie question et trouve son vrai sujet.

A deux ou trois exceptions près, la méconnaissance en politique et de la situation sociale du monde dans lequel ils vivent et sont immédiatement impliqués, l’imprécision des réponses qu’ils donnent doublé d’une difficulté à s’exprimer et à formuler leurs réponses, témoigne d’un désert culturel. Un tel degré d’ignorance dans des domaines de proximité, à une époque où il est pourtant difficile d’échapper aux médias, impressionne et interroge.

A qui revient la faute d’un tel degré d’ignorance, dans certains cas à un milieu familial peu engagé où les échanges sur les questions de fond n’existent pas, au rôle insuffisant de l’éducation, des enseignements ou plus sournoisement à une volonté souterraine qui resterait mystérieuse d’entretenir le plus possible les prochaines générations dans une ignorance pour qu’ils soient mieux préparés à devenir des à « quoi bonistes », des adeptes du tous pourris, des citoyens passifs, des électeurs peu renseignés sur les enjeux.
Pour qu’il y ait défaite, il faut qu’il y ait combat et les «  Défaites  » du titre ne sont-elles pas celles d’une société, de cette société atone qui laisse les jeunes générations dans l’ignorance totale de ce qui pourtant accompagnera leur existence ?

Impressionnant.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Dawson City, le temps suspendu »
    C’est dans cette petite ville canadienne, à 500 kilomètres au sud du cercle polaire, que le conducteur d’une pelleteuse a mis au jour en 1978, lors de travaux pour un centre de loisirs, des boîtes... Lire la suite (2 août)
  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)