Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de David Perrault (France)

"Nos héros sont morts ce soir" Sortie en salles le 23 octobre 2013.

Au début des années 60, le catch fait fureur.

Simon, dit "Le spectre", porte un masque blanc. Catcheur reconnu, il propose à Victor, de retour de la guerre d’Algérie, de devenir son adversaire sur le ring.

Victor a toujours été un perdant et voudrait bien, une fois dans sa vie, devenir un gagnant.

Par amitié, Simon propose à Victor d’échanger leurs masques sans n’en rien dire à personne.

La découverte du subterfuge va déclencher les foudres des organisateurs et précipiter les deux amis à leur perte.

David Perrault a réalisé un film qui n’est pas un documentaire, pas un film policier, pas non plus un film psychologique et encore moins un film sur le catch.

"Nos héros sont morts ce soir" fonctionne pourtant sur les codes de tous ces genres cinématographiques mais repose sur des atmosphères et sur une reconstitution soignée de l’époque d’autant plus réussie qu’elle n’est pas ostentatoire.

C’est en surface, une histoire d’amitié entre deux hommes évoluant dans un domaine singulier sous le regard de personnages secondaires tous parfaitement dessinés.

Mais c’est surtout une réflexion, entre réalisme et onirisme, toujours à hauteur d’homme, sur la frontière entre la vie et le spectacle, les masques et les troubles de l’identité.

Le catch était un sport-spectacle basé sur l’archétype du bon contre le méchant.

David Perrault réussit à réaliser, en jouant sur les lignes fragiles des frontières entre les genres, en prenant appui sur un sport aujourd’hui tombé dans l’oubli, un film en noir et blanc qui n’est ni poussiéreux ni passéiste.

"Nos héros sont morts ce soir" , c’est les années 60 fantasmées par un jeune homme d’aujourd’hui.

On y passe d’une atmosphère fantastique au polar en faisant ici et là un détour par le drame psychologique ou la comédie avec la même fluidité.

Cette réalisation rompt tout net avec ce que David Perrault appelle la dictature du naturalisme qui a longtemps pesé sur le cinéma français.

Avec des films comme "Les conquérants" de Xabi Molia et "Nos héros sont morts ce soir" , le cinéma français accuse un véritable virage, s’écarte des sentiers battus et redore son blason.

On pense parfois à Jacques Becker et aux grandes réussites des années cinquante vouées à la franche camaraderie, mais qu’on ne s’y trompe pas, c’est aussi un film très contemporain avec deux comédiens bien de notre temps, remarquables.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)