Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de David Perrault (France)

"Nos héros sont morts ce soir" Sortie en salles le 23 octobre 2013.

Au début des années 60, le catch fait fureur.

Simon, dit "Le spectre", porte un masque blanc. Catcheur reconnu, il propose à Victor, de retour de la guerre d’Algérie, de devenir son adversaire sur le ring.

Victor a toujours été un perdant et voudrait bien, une fois dans sa vie, devenir un gagnant.

Par amitié, Simon propose à Victor d’échanger leurs masques sans n’en rien dire à personne.

La découverte du subterfuge va déclencher les foudres des organisateurs et précipiter les deux amis à leur perte.

David Perrault a réalisé un film qui n’est pas un documentaire, pas un film policier, pas non plus un film psychologique et encore moins un film sur le catch.

"Nos héros sont morts ce soir" fonctionne pourtant sur les codes de tous ces genres cinématographiques mais repose sur des atmosphères et sur une reconstitution soignée de l’époque d’autant plus réussie qu’elle n’est pas ostentatoire.

C’est en surface, une histoire d’amitié entre deux hommes évoluant dans un domaine singulier sous le regard de personnages secondaires tous parfaitement dessinés.

Mais c’est surtout une réflexion, entre réalisme et onirisme, toujours à hauteur d’homme, sur la frontière entre la vie et le spectacle, les masques et les troubles de l’identité.

Le catch était un sport-spectacle basé sur l’archétype du bon contre le méchant.

David Perrault réussit à réaliser, en jouant sur les lignes fragiles des frontières entre les genres, en prenant appui sur un sport aujourd’hui tombé dans l’oubli, un film en noir et blanc qui n’est ni poussiéreux ni passéiste.

"Nos héros sont morts ce soir" , c’est les années 60 fantasmées par un jeune homme d’aujourd’hui.

On y passe d’une atmosphère fantastique au polar en faisant ici et là un détour par le drame psychologique ou la comédie avec la même fluidité.

Cette réalisation rompt tout net avec ce que David Perrault appelle la dictature du naturalisme qui a longtemps pesé sur le cinéma français.

Avec des films comme "Les conquérants" de Xabi Molia et "Nos héros sont morts ce soir" , le cinéma français accuse un véritable virage, s’écarte des sentiers battus et redore son blason.

On pense parfois à Jacques Becker et aux grandes réussites des années cinquante vouées à la franche camaraderie, mais qu’on ne s’y trompe pas, c’est aussi un film très contemporain avec deux comédiens bien de notre temps, remarquables.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Le déserteur »
    Quelque part dans le monde où la guerre fait rage. Philippe, un homme fasciné par le personnage et l’univers des films de Charlie Chaplin a fui Montréal pour un Ouest américain aussi sauvage... Lire la suite (22 août)
  • « Haut perchés »
    Une femme et quatre hommes qui se connaissent à peine se retrouvent dans un appartement au dernier étage d’un immeuble qui surplombe Paris. Ils ont en commun d’avoir tous été victimes d’un même... Lire la suite (20 août)
  • « Reza »
    Reza et Fati ont pris la décision de divorcer. La vie commune a fini par lasser Fati et Reza s’est résigné au choix de son épouse tout en caressant l’idée qu’elle reviendrait un jour ou l’autre sur une... Lire la suite (20 août)
  • « Roubaix, une lumière »
    A Roubaix, une nuit de noël. Pour le commissaire Daoud qui sillonne la ville où il a grandi, c’est la routine, voitures brûlées, altercations... Dans son service, vient d’arriver Louis Coterelle,... Lire la suite (19 août)
  • « Nuits magiques »
    Lorsqu’un producteur de films de renom est retrouvé mort au fond du Tibre, les premiers à être soupçonnés du meurtre sont les trois apprentis scénaristes qu’il avait rencontrés au cours d’un dîner et qui... Lire la suite (15 août)