Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de David Perrault (France)

"Nos héros sont morts ce soir" Sortie en salles le 23 octobre 2013.

Au début des années 60, le catch fait fureur.

Simon, dit "Le spectre", porte un masque blanc. Catcheur reconnu, il propose à Victor, de retour de la guerre d’Algérie, de devenir son adversaire sur le ring.

Victor a toujours été un perdant et voudrait bien, une fois dans sa vie, devenir un gagnant.

Par amitié, Simon propose à Victor d’échanger leurs masques sans n’en rien dire à personne.

La découverte du subterfuge va déclencher les foudres des organisateurs et précipiter les deux amis à leur perte.

David Perrault a réalisé un film qui n’est pas un documentaire, pas un film policier, pas non plus un film psychologique et encore moins un film sur le catch.

"Nos héros sont morts ce soir" fonctionne pourtant sur les codes de tous ces genres cinématographiques mais repose sur des atmosphères et sur une reconstitution soignée de l’époque d’autant plus réussie qu’elle n’est pas ostentatoire.

C’est en surface, une histoire d’amitié entre deux hommes évoluant dans un domaine singulier sous le regard de personnages secondaires tous parfaitement dessinés.

Mais c’est surtout une réflexion, entre réalisme et onirisme, toujours à hauteur d’homme, sur la frontière entre la vie et le spectacle, les masques et les troubles de l’identité.

Le catch était un sport-spectacle basé sur l’archétype du bon contre le méchant.

David Perrault réussit à réaliser, en jouant sur les lignes fragiles des frontières entre les genres, en prenant appui sur un sport aujourd’hui tombé dans l’oubli, un film en noir et blanc qui n’est ni poussiéreux ni passéiste.

"Nos héros sont morts ce soir" , c’est les années 60 fantasmées par un jeune homme d’aujourd’hui.

On y passe d’une atmosphère fantastique au polar en faisant ici et là un détour par le drame psychologique ou la comédie avec la même fluidité.

Cette réalisation rompt tout net avec ce que David Perrault appelle la dictature du naturalisme qui a longtemps pesé sur le cinéma français.

Avec des films comme "Les conquérants" de Xabi Molia et "Nos héros sont morts ce soir" , le cinéma français accuse un véritable virage, s’écarte des sentiers battus et redore son blason.

On pense parfois à Jacques Becker et aux grandes réussites des années cinquante vouées à la franche camaraderie, mais qu’on ne s’y trompe pas, c’est aussi un film très contemporain avec deux comédiens bien de notre temps, remarquables.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Ailleurs »
    Sans doute à le suite d’un accident, un garçon se retrouve suspendu, accroché à la branche d’un arbre par les sangles de son parachute. Délivré de cette posture, il se retrouve seul à tenter de trouver... Lire la suite (23 septembre)
  • « Fin de siècle »
    Un argentin de New-York et un espagnol de Berlin se croisent au cours d’une nuit de drague à Barcelone. Rien ne les prédestinait à cette rencontre sinon une pulsion sexuelle immédiate et l’occasion... Lire la suite (22 septembre)
  • « Eléonore »
    Sous la pression de sa mère et de sa sœur aînée soucieuses de sa réussite sociale, la nonchalante et gaffeuse Eléonore, la trentaine, devient l’assistante d’un éditeur spécialisé dans le roman érotique.... Lire la suite (21 septembre)
  • « Sing me a song »
    Le jeune Peyangki est étudiant dans un monastère traditionnel au Bhoutan, le « pays du bonheur ». Mais les traditions et rituels sur lesquels reposent les règlements de ces établissements... Lire la suite (20 septembre)
  • « Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait »
    Daphné une jeune femme enceinte de trois mois a décidé de prendre quelques jours de vacances à la campagne avec François, son compagnon. Mais François doit s’absenter pour son travail et Daphné se... Lire la suite (15 septembre)