Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Fred Soupa (France)

"Nos plusieurs" Sortie le 28 septembre 2011

Une dizaine de jeunes gens atteints d’autisme répètent, avec l’aide de comédiens et d’éducateurs, le plus grand poème épique indien de tous les temps " Le Mahabharata".

Le projet initial portait essentiellement sur deux personnages, Ganesh, le dieu à tête d’éléphant, et Krishna, divinité incontournable de l’hindouisme, et sur l’exécution de totems réalisés par les femmes avant le lever du soleil.

Cette trame n’a pas tenu dès que les personnages ont commencé à prendre corps et visage, compte tenu du fait que le travail avec les jeunes autistes n’est possible et efficace que dans l’immédiateté et la frontalité.

Confrontés à un texte difficile, à un univers dont ils étaient éloignés, les jeune gens ont très vite établi une familiarité, une complicité avec le récit.

Une approche aisée du texte et une sorte de "vérité" sont apparues là où la société entretient généralement avec eux de la marginalité, une asociabilité, un repli sur soi.

L’histoire tortueuse du Mahabharata s’est mise à faire écho, à croiser les vies des jeunes autistes, parfois avec une force sidérante.

La précarité du travail livré à des carences de mémoire, à une adhérence éphémère à l’engagement, a nécessité de la part des encadrants un investissement total, une persistance contre vents et marées.

Ici, l’important n’est pas de convaincre mais de créer le déclic qui va engager l’acteur à trouver un intérêt à une situation donnée, à y adhérer, à la faire sienne.

L’entreprise dans laquelle se sont engagés le groupe de jeunes gens et leurs animateurs est constamment remise en question et c’est sur ce travail en apparence fragile mais au cours duquel apparaît parfois une solide adhésion, que le film fonctionne.

Travail d’équilibriste sur fond de volonté et de cohérence " Nos plusieurs" est une œuvre généreuse, une belle leçon de vie et la preuve que la difficulté légendaire d’un texte n’est pas un obstacle à un projet, quand il est conduit avec une sensibilité qui favorise l’approche et les insoupçonnables capacités d’implication d’individus généralement relégués au rang de handicapés.

Francis Dubois

 

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « L’âcre parfum des immortelles »
    Avec en toile de fond le souvenir toujours vif d’une passion amoureuse vécue à l’époque de mai 1968, Jean-Pierre Thorn remonte le fil du temps pour faire revivre les épisodes rebelles qui ont occupé... Lire la suite (22 octobre)
  • « Sorry we missed you »
    Ricky est un bosseur. Il est motivé par le souci d’apporter le meilleur confort possible à sa famille, sa femme aide-à-domicile dévouée aux personnes âgées qu’elle assiste et ses deux enfants, la sage et... Lire la suite (21 octobre)
  • « 5 est le numéro parfait »
    Pepino lo Cicero est un homme vieillissant. Ex tueur à gages de la Camorra, il a passé le relais à son fils qui gravit les échelons du crime organisé. Mais le jeune homme est froidement assassiné au... Lire la suite (20 octobre)
  • « Au bout du monde »
    Yoko, une très jeune femme, est reporter pour une émission de télévision très populaire au Japon. Ses recherches, en vue de prochaines tournages, l’amènent en Ouzbekistan où elle ne trouve pas de... Lire la suite (19 octobre)
  • « La bonne réputation »
    Sofia appartient à la haute bourgeoisie locale. En ce début des années 80, elle mène une vie de luxe et d’oisiveté et ne se préoccupe que de futilités. Les échanges superficiels avec ses amies tout aussi... Lire la suite (15 octobre)