Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Sandrine Dumas (France-Grèce)

« Nostos » Sortie en salles le 19 avril 2017.

L’attention particulière que Sandrine Dumas porte à une toile qui était accrochée dans l’appartement de ses parents, peinte par l’artiste Thalia Flora Karavia, et intitulée « La femme à l’ombrelle » va la conduire à faire des recherches sur le passé de sa mère et à découvrir qu’à défaut d’une parenté familiale, les deux femmes ont eu des destins proches.

Sur les traces de Thalia Flora Karavia pour une série de portraits qui traversent le Grèce du XXème siècle, la réalisatrice renoue avec l’histoire de sa famille.

L’histoire de Thalia Flora Karavia et l’histoire de sa quête familiale deviendront indissociables.

Cinéma : Nostos

Première similitude entre les deux femmes : elles sont toutes les deux des grecques qui ont vécu hors de leur pays.

Après son mariage avec un français, sa mère a vécu en France alors que Thalia a grandi à Istanbul avant d’aller vivre à Alexandrie. Elle ne reviendra à Athènes qu’avec son mari en 1940 alors qu’à la seconde guerre mondiale succède la guerre civile.

Pour elles-deux comme pour les grecs de la diaspora, le mère patrie représente un mélange d’amour et de douleur.

Pour en savoir plus sur sa mère morte prématurément, Sandrine Dumas est allée à la recherche de certaines de ses amies qui l’ont éclairées sur la personnalité de cette femme secrète et qui n’avait parlé à sa fille de son enfance qu’à propos du tableau de Thalia Flora Karavia.

Connaissant l’intérêt qu’elle portait à l’artiste-peintre, celles-ci l’ont mise en relation avec des femmes qui, dans leur jeunesse, avaient posé pour Thalia.

Beaucoup d’entre elles avaient un lien avec Ithaque où se trouvait la maison de la grand mère de Sandrine Dumas, avaient des souvenirs de l’aïeule ou étaient apparentées à Nikos Karavia, le mari de Thalia.

Et ces tissages croisés de souvenirs ont permis à la réalisatrice de redécouvrir sa famille grecque et de construire son film.

Sandrine Dumas qui fut comédienne entre autres chez Krzystof Kieslowski, Milos Forman, Mehdi Charef ou dernièrement Mia Hansen-Love et qui, dans un second temps, s’est consacrée à des mises en scène de théâtre, a réalisé un film d’une grande sensibilité sur l’attachement profond aux racines et sur ces moments dans une vie où, subitement, les retrouver devient une urgence comme de lever le voile sur les silences et les pans obscurs du passé.

Son film est un voyage vers l’apaisement et la réconciliation.

La pugnacité dont fait preuve la réalisatrice dans ses recherches, le plaisir qu’elle prend à découvrir une nouvelle piste montrent la force de sa détermination.

Le film bénéficie de cette force...

« Nostos » peut signifier le plaisir de rentrer chez soi, la joie qui fait mal, la racine de la nostalgie...

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Haingosoa »
    Haingo est une jeune mère célibataire malgache qui peine à joindre les deux bouts. Elle n’a pas les moyens d’acheter la blouse d’uniforme qui est la condition sine qua non pour que sa fillette soit... Lire la suite (3 mars)
  • « Monos »
    Dans les montagnes colombiennes un groupe d’adolescents composé de garçons et de filles armés ont pour mission de veiller à ce que l’otage américaine qu’on leur a confiée reste en vie. Les premières... Lire la suite (2 mars)
  • « Chut »
    Au milieu de notre société où tout est marchand, où le déroulement du temps s’affole et où on ne connaît plus son voisin, il existe les lieux de gratuité et de rencontre où demeure un reste d’humanité et... Lire la suite (28 février)
  • « L’état sauvage »
    Aux États-Unis, en 1861, la guerre de Sécession fait rage. Une famille de colons français décide de quitter le Missouri où ils étaient installés depuis vingt ans. Le père Edmond, le mère Madeleine et... Lire la suite (23 février)
  • « Des hommes »
    Alice Odiot et Jean-Robert Vialet ont obtenu l’autorisation de filmer pendant vingt-cinq jours dans l’enceinte de la prison des Baumettes : 30 000 m2 pour 2000 détenus dont la moitié n’a pas trente... Lire la suite (17 février)