Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’Alex Ferrini (France)

"Notre révolution intérieure" Sortie en salles le 25 janvier 2017

"Nous devons être le changement que nous voulons voir dans le monde" - Gandhi

"Il ne peut y avoir de changement de société sans le changement humain ."- Pierre Rabhi.

Ces deux citations ouvrent sur le film d’Alex Ferrini où trois jeunes citadins lassés des rythmes quotidiens, des soumissions aux exigences de la vie moderne, des agressivités sonores et de l’invasion de la publicité et des images, décident ensemble de partir à la rencontre de civilisations basées sur l’environnement naturel, un retour aux valeurs authentiques propices à un retour à soi- même dans un calme et une sérénité retrouvés.

Cinéma : notre révolution intérieure

Mais le film s’il suit, de loin en loin, le parcours de trois jeunes gens à travers le monde, s’il rend compte de leurs rencontres avec des défenseurs de l’écologie ou des passionnés de méditation, est surtout le prétexte à proposer les solutions qui pourraient guérir notre monde perverti et malade.

On peut entendre les arguments et l’énumération de lignes à suivre des uns et des autres, de discipline de vie, mais comment ces exemples de retour aux valeurs authentiques pourraient-ils représenter de vraies solutions, aller à l’encontre et mettre en difficulté une situation établie à l’échelon mondial et dictée par une énorme machinerie économique de profit ?

Si on en juge par l’attention timide que les grandes nations portent aux dangers que représentent les gaz à effets de serre, le réchauffement de la planète ; si on constate avec quel degré d’indifférence sont considérés la disparition des espèces et la mise en péril de l’écosystème indispensable à notre survie, on ne peut que douter de l’efficacité d’efforts isolés si louables, si nécessaires soient-ils.

Dans le film d’Alex Ferrini, on met en cause les systèmes éducatifs traditionnels et on reproche à l’école, telle qu’elle fonctionne aujourd’hui, d’aller à l’encontre de l’épanouissement des enfants et on monte en épingle les expériences d’écoles parallèles, les expérimentations qui donnent priorité au bien-être des élèves quand ils peuvent avancer à leur rythme, évoluer dans des climats sereins hors de toute autorité castratrice.

Les enfants qu’on nous montre dans le film et qui baignent pour leurs apprentissages dans des ambiances propices à l’échange, la solidarité, la camaraderie épanouie et des rapports harmonieux aux adultes encadrants, ont l’air heureux mais qu’adviendra-t-il le jour où il devront intégrer un contexte traditionnel ? Seront-ils, devenus grands adolescents, suffisamment aguerris pour affronter la société de notre époque ou la rugosité du monde du travail ?

Le film d’Alex Ferrini peut être un excellent matériau pour débattre, parler en groupes du système scolaire, des amélioration à apporter au système traditionnel pour un meilleur épanouissement de l’enfant, pour aborder les dangers inhérents à l’évolution galopante de notre société, la priorité grandissante accordée aux exigences économiques et aux profits…

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Have a nice day »
    Alors qu’une pluie ininterrompue s’abat sur une petite ville du sud de la chine, Ziao Zhang, qui veut offrir les service d’un chirurgien renommé à son amie défigurée au cours d’une première opération... Lire la suite (23 juin)
  • « Jerico, l’envol infini des jours »
    C’est dans le village de Jérico, niché au cœur de la Cordillère des Andes où vivait sa grand mère que Catalina Mesa est allée à la rencontre de femmes qui, face à sa caméra, évoquent leur passé et leur... Lire la suite (23 juin)
  • « Sicilian Ghost story »
    Habitant d’ un village sicilien, Giuseppe, un garçon de 13 ans disparaît subitement. Toutes les éventualités sont envisagées, mais Luna, sa camarade de classe, écarte l’idée d’une disparition... Lire la suite (13 juin)
  • « Filles du feu »
    Elles ont à peine vingt ans et elles affrontent, en guerrières, l’état islamique au Kurdistan syrien. Dans cet endroit du monde où l’homme marche devant et la femme derrière, le fait qu’elles aient... Lire la suite (12 juin)
  • « Désobéissance »
    Ronit est allée vivre à Manhattan où elle est devenue une photographe reconnue. Elle est partie aux États-Unis pour faire carrière mais aussi, et peut-être plus encore, pour prendre de la distance avec... Lire la suite (10 juin)