Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Ralph Fiennes

« Noureev » Sortie en salles le 19 juin 2019.

Rudolf Noureev, jeune prodige de la danse, est repéré à Moscou comme un élément très prometteur du célèbre ballet du Kirov. Lorsqu’il se retrouve à Paris pour se produire sur la célèbre scène de l’Opéra, il est à la fois fasciné par les divertissements qui sont à portée de main, les folles nuits parisiennes et par la vie artistique et culturelle de la capitale française.

Il se lie d’amitié avec Clara Saint et son époux, un couple d’intellectuels très influents qui l’accompagneront de très près dans ce premier épisode parisien. Mais les hommes du KGB qui veillent sur lui ne voient pas d’un bon œil les « fréquentations occidentales » de jeune danseur. Vivement invité à regagner Moscou, il se retrouve devant un terrible dilemme et devra, dans l’urgence, faire un choix qui décidera de sa vie d’artiste.

Cinéma : Noureev

Il y a plus de vingt ans, Ralph Fiennes découvrait la biographie de Rudolph Noureev écrite par Julie Kavanagh. Passionné de culture russe, le cinéaste l’est également par les débuts du danseur, son enfance à Oufa, ses débuts à Leningrad et sa décision, malgré les nombreuses pressions d’opposition, de passer à l’Ouest en 1961.

La forte personnalité de Noureev, sa détermination à reconsidérer la conception de la danse et du danseur vont conduire à des changements profonds dans l’univers jusque là un peu cadenassé de la chorégraphie.

Alors que jusque là les danseurs hommes n’étaient considérés que comme les faire-valoir de leur partenaire féminine, Rodolphe Noureev brise les carcans et décide de prouver que celui-ci n’est pas une marionnette.

Le film de Ralph Fiennes est le portrait de ce frondeur qui s’imposera en même temps qu’il imposera de profonds changement dans l’art de la danse.

Son biopic débute avec la révélation progressive du talent de celui qui s’avérera un artiste unique à de nombreux points de vue et qui prendra le direction du Ballet de l’Opéra de 1983 à 1989.

Mais Ralph Fiennes ne va pas jusque là dans son film.

Celui-ci, après avoir installé le personnage et donné les signes d’une forte personnalité, va arrêter son récit avec l’épisode où, résistant au membres du KGB qui veulent lui faire quitter l’Europe, il va choisir de rester en France et donner, avec cette décision, un tour définitif à son destin d’homme et de danseur.

Le «  Noureev  » de Ralph Fiennes est de facture très classique mais il échappe à l’académisme, quand, flirtant avec le thriller, il fait du moment où le danseur échappe aux membres du KGB, de plus en plus déterminés à le renvoyer à Moscou, un moment de suspens où se joue l’avenir de l’artiste et ces dernières séquences sont d’une force narrative qui repose autant sut l’enjeu du choix que sur une mise en scène tendue et efficace.

Oleg Ivenko qui interprète Rudolph Noureev est convainquant, à la fois vulnérable et déterminé et les comédiens qui l’accompagnent depuis Ralph Fiennes jusqu’à Adèle Exarchopoulos (quoique celle- ci souffre ici de son personnage endimanché) concourent, en revenant sur le personnage du danseur, à faire de ce film un retour utile sut cet artiste devenu, à juste titre un véritable mythe.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Roads »
    Gyllen est un garçon de tout juste dix-huit ans, originaire de Londres, parti avec sa famille pour des vacances au Maroc. On ne saura pas très bien les raisons pour lesquelles il décide de fausser... Lire la suite (16 juillet)
  • « Her smell »
    Bercky Something est une superstar du rock des années 90 qui a rempli les stades avec son Girls band : « Something She » Lorsque ses excès, ses caprices de vedette adulée finissent par mettre en... Lire la suite (15 juillet)
  • « Persona non grata »
    José Nunes et Maxime Charasse sont des amis de longue date et associés minoritaires dans une entreprise de BTP momentanément en difficulté. Face à la nécessité de protéger leurs intérêts, ils décident... Lire la suite (14 juillet)
  • « L’oeuvre sans auteur »
    A Dresde, en juillet 1937, un enfant, Kurt Barnet visite avec sa tante Elisabeth l’exposition sur « l’art dégénéré » organisée par le régime nazi pour lesquels les représentants notables sont entre autres... Lire la suite (14 juillet)
  • « Le voyage de Marta »
    Marta que son père à invitée avec son jeune frère pour des vacances au Sénégal dans un complexe touristique avec excursions et animations, s’ennuie ferme mais prend son mal en patience. Elle traîne sa... Lire la suite (13 juillet)