Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Dan Uzan (France)

« Nous nous marierons » Sortie en salles le 8 février 2017.

Depuis la fin d’une histoire d’amour malheureuse, Faten, belle jeune femme seule avec un bébé est hébergée par son frère.

Lorsque son chemin croise celui de Karim, elle est immédiatement séduite même si le jeune homme est aussi immature qu’elle est pragmatique.

Karim qui tombe immédiatement amoureux de Faten a une passion, la boxe, un sport pour lequel il montre de fortes dispositions et sur lequel il pense pouvoir construire un avenir stable.

Mais lorsqu’au cours d’un combat, Karim est blessé au poignet, il n’est pas certain qu’une intervention chirurgicale qui s’impose pourra lui permettre de monter à nouveau sur un ring et de poursuivre sa carrière.

Or, Karim ne sait rien faire d’autre. Et pour assurer son avenir, se rendre crédible auprès de la famille de Faten, acceptera-t-il un emploi d’entraîneur sportif auprès de jeunes enfants ? Son absence de maturité lui coûtera-t-elle son avenir auprès de la femme qu’il aime ?

Le titre du film, bien qu’il ne soit ponctué d’aucune interrogation, trouve dans son affirmation même, à la fois autant de réserve que de détermination.

Faten et Karim ont le projet de se marier et ils engagent, malgré les différences qui les opposent, toutes les démarches pour aller dans ce sens.

Cinéma : Nous nous marierons

Dan Uzan a construit son récit sur le contraste de personnalités de deux êtres amoureux l’un de l’autre, qui ont conscience de leur différences mais qui ont décidé de les outrepasser.

Faten est une jeune femme posée et dont le souci est de ne pas renouveler une expérience amoureuse qui la conduirait vers un nouvel échec.

Face à elle, pour se construire un nouveau départ, elle a un garçon fougueux dont la sincérité des sentiments ne fait pas de doute mais qui avance à vue, vers un avenir professionnel incertain dans un domaine où les chances de réussite sont minces.

Dan Uzan raconte une histoire à la fois simple et dangereusement complexe dans laquelle l’extrême lucidité de Faten et la fragilité des engagements de Karim mettent en place une impression de danger, de menace qui plane sur la force et la sincérité des sentiments.

La question est posée de savoir sur quelles bases peut se construire l’avenir prometteur d’un couple.

Dan Uzan ne fournit pas de réponse et laisse le spectateur et les protagonistes dans la même expectative. Car c’est sur la durée, bien au-delà du moment où le film s’achève, qu’on pourra savoir si deux êtres dissemblables peuvent construire ensemble un avenir durable.

C’est dans la simplicité du sujet, dans sa banalité de surface que «  Nous nous marierons  » trouve sa force.

Dans la façon dont Dan Uzan aborde son sujet en mettant la lumière sur le personnage de Karim dans un premier temps avant d’amener progressivement sur le devant du récit celui de Faten, dans sa façon d’approcher au plus près les visages pour y lire au-delà des mots, la profondeur des sentiments et de l’inquiétude latente.

Les comédiens sont magnifiques.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Have a nice day »
    Alors qu’une pluie ininterrompue s’abat sur une petite ville du sud de la chine, Ziao Zhang, qui veut offrir les service d’un chirurgien renommé à son amie défigurée au cours d’une première opération... Lire la suite (23 juin)
  • « Jerico, l’envol infini des jours »
    C’est dans le village de Jérico, niché au cœur de la Cordillère des Andes où vivait sa grand mère que Catalina Mesa est allée à la rencontre de femmes qui, face à sa caméra, évoquent leur passé et leur... Lire la suite (23 juin)
  • « Sicilian Ghost story »
    Habitant d’ un village sicilien, Giuseppe, un garçon de 13 ans disparaît subitement. Toutes les éventualités sont envisagées, mais Luna, sa camarade de classe, écarte l’idée d’une disparition... Lire la suite (13 juin)
  • « Filles du feu »
    Elles ont à peine vingt ans et elles affrontent, en guerrières, l’état islamique au Kurdistan syrien. Dans cet endroit du monde où l’homme marche devant et la femme derrière, le fait qu’elles aient... Lire la suite (12 juin)
  • « Désobéissance »
    Ronit est allée vivre à Manhattan où elle est devenue une photographe reconnue. Elle est partie aux États-Unis pour faire carrière mais aussi, et peut-être plus encore, pour prendre de la distance avec... Lire la suite (10 juin)