Actualité théâtrale

Jusqu’au 14 décembre à l’Odéon-Théâtre de l’Europe, Berthier

« Nous pour un moment »

Stéphane Braunschweig adapte pour la quatrième fois un texte du très inventif dramaturge norvégien Arne Lygre. Dans cette pièce se rencontrent, en six séquences assez brèves, une vingtaine de personnages qui n’ont pas de nom mais sont définis par leurs relations « une personne » « un.e ami.e », « une connaissance », « un.e ennemi.e », « un.e inconnu.e » indiqués au-dessus d’eux en lettres de néon. Comme pris dans le flux de la vie, des amitiés et des amours, les personnages entrent et sortent de la vie des uns et des autres, les positions relationnelles changent et les acteurs passent d’un personnage à un autre, d’ « ami » à « ennemi », d’un homme à une femme. Chacun dit « alors j’ai dit » puis « je pense » et on retrouve ce que l’habitude des relations sociales nous a appris depuis l’enfance, qu’il n’y a pas toujours coïncidence entre ce que l’on dit et ce que l’on pense. Ce peut être aussi un moyen pour les personnages de mettre à distance leurs affects comme s’ils se dissociaient de leur être en se regardant parler ou penser, Quant à leurs relations, elles sont vouées à être en général éphémères les personnages entrant et sortant du flux de l’existence des uns et des autres. Dans notre monde très individualiste ces relations sont en outre à double tranchant, l’autre étant vécu en même temps comme indispensable pour échapper à la solitude et comme une charge voire une menace éventuelle.

Théâtre : Nous pour un moment

La pièce obéit à une construction rigoureuse allant de personnages qui sont dans des relations proches à des personnages aux relations de plus en plus distantes. Le plateau semble s’élargir et s’assombrir aussi au fur et à mesure de l’avancée des séquences. Les acteurs se déplacent dans une scène remplie d’eau, référence aux thèses du sociologue polono-britannique Zygmunt Bauman. En 1998 celui-ci avait choisi le terme de « société liquide » pour caractériser les sociétés contemporaines, où l’unique référence est l’individu intégré par son acte de consommation et où la société enjoint l’homme d’être libre et responsable sans lui assurer une certaine sécurité. Identité, statut, réussite ne sont plus définis qu’en termes de choix individuels, qui peuvent changer très rapidement, et les liens permanents entre hommes et femmes sont devenus impossibles. Les acteurs (Anne Cantineau, Virginie Colemyn, Cécile Coustillac, Glenn Marausse, Pierric Plathier, Chloé Réjon, Jean-Philippe Vidal) glissent sans transition et d’une façon extraordinairement fluide d’un personnage à l’autre. Une femme devient son propre mari une fois morte, une jeune femme suicidaire devient l’ambulancier qui la secoure.

On est surpris, bousculé par cette façon de parler de la solitude dans les sociétés actuelles. On voit un personnage dire j’ai besoin de lui et, l’instant d’après, ce ne sont pas des gens avec qui j’ai envie de passer du temps. Comme lui on a envie qu’on nous dise je t’aime mais on n’a pas envie de la charge qui va suivre. Ces personnages, ce pourrait être nous pour un moment.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 15h

Odéon-Théâtre de l’Europe

Ateliers Berthier

1 rue André Suarès, 75017 Paris

Réservations : 01 44 85 40 40

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Les pieds tanqués »
    Pétanque vient du provençal « pé », pied et « tanca » pieu. Jouer à la pétanque c’est donc jouer aux boules pieds joints et non en prenant de l’élan comme à la lyonnaise. Comme on est en Provence, un... Lire la suite (27 septembre)
  • « Crise de nerfs »
    Peter Stein a choisi de mettre en scène trois courtes pièces de Tchekhov et de confier à Jacques Weber le rôle principal. Le metteur en scène a choisi de commencer par la pièce la plus sombre, qui... Lire la suite (26 septembre)
  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)
  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)