Actualité théâtrale

Jusqu’au 16 mars à La Manufacture des Abbesses

« Nous qui sommes cent »

Elles sont trois sur scène, mais ne font-elles qu’une ou sont-elles deux ou cent ? C’est dans le cerveau d’une femme ordinaire que nous conduit la pièce d’un jeune auteur suédois, Jonas Hassen Khemiri, plusieurs fois primé pour ses romans et son théâtre. Ces 3 « elles » s’affrontent, questionnent leur existence, cherchent à exister en tant qu’individu. Assumer d’avoir ses propres désirs n’est pas si évident pour les femmes, trop habituées à se soumettre à ce que l’on attend d’elles car, comme le dit l’une d’elles, « nous sommes parfaitement lobotomisées ». Entre aventures amoureuses et contestations politiques, moments de solitude, envies de suicide et solidarité, elles s’affrontent et questionnent leur existence, lui cherchant avec obstination un sens. Elles s’inventent une vie pleine de fantasmes prétextes à toutes sortes de délires et de rires. Elles vivent, elles s’interrogent sur leurs choix et imaginent tous les possibles.

Théâtre : nous qui sommes cent
Laura Perrotte les a habillées de la même robe. Ainsi elles peuvent être « une ». Elle les a placées dans une chambre d’enfants car elles jouent leur vie. Elles disent « on n’a plus la force, on abandonne » et dans la minute suivante « on s’engage ». Leur force c’est d’être ensemble, si on fait l’hypothèse qu’elles sont trois, ou de réconcilier leurs « moi » si on pense qu’elles ne font qu’une. On peut choisir !

Les trois comédiennes, Caroline Monnier, Laura Perrotte et Isabelle Seleskovitch font preuve d’une belle complicité dans leurs moments d’entente comme dans leurs disputes. Tantôt chorales, tantôt dissonantes leurs voix nous accompagnent dans un tourbillon où chacune cherche à exister, à être un individu à part entière. Stimulé, séduit le spectateur les suit avec le plus grand plaisir.

Micheline Rousselet

Les lundis, mardis, mercredis à 21h, le dimanche à 20h.
La Manufacture des Abbesses
7 rue Véron, 75018 Paris
Réservations : 01 42 33 42 03
Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)