Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

A égale distance de la Palestine

« Nous sommes tous à égale distance de l’amour » Adania Shibli

{{}}.

L’amour, « union de l’impossible et du désespoir » suivant un poète anglais, Andrews, fait l’objet d’une attention particulière en Palestine, pardon en Israël – comme le note une fausse postière dans le deuxième portrait que dresse Adania Shibli. Comment aimer plus que qui aimer ? S’amouracher de l’auteur de lettres ? L’écriture est-elle un des moyens de combler le fossé ? Comment aborder une femme toute vêtue de noir qui a habité un rêve ? N’est-elle qu’un rêve ?

Je pourrais poursuivre le jeu des questions sans réponse. L’auteure n’en donne pas. Sinon le titre « Nous sommes tous à égale distance de l’amour » ou de la haine, les deux sentiments sont proches. Faut-il laisser l’amour à distance ?

Huit parties scandent ce roman, comme une suite musicale. Le début et la fin encadrent six mesures, mesures des blessures, mesures de l’absence, de l’absent, mesures de la négation, mesures d’un temps immuable comme si le passé se trouvait figé dans le présent, un présent qui se refuse à annoncer un avenir. Des mesures qui se répondent pour poursuivre les portraits. De femmes et d’hommes engoncés dans des traditions qui les empêchent de vivre, de déployer leurs ailes. Chacun(e) surveille l’autre et au bout de cette distance, la mort ou la mélancolie. Se donner est une des manières de se sortir de ce guêpier à condition d’accepter le risque. Les femmes risquent. Les hommes souvent refusent. Ne comprennent pas l’enjeu.

Nous sommes en Israël, du côté des « Arabes d’Israël » comme on dit dans ce pays bizarre, des Palestiniens outragés dans leurs droits. Adania Shibli n’en dit rien. Ou plutôt rien d’explicite. Juste un sous-entendu qui laisse percer ce désespoir, cet impossible dont parlait le poète. Tout est bloqué.

Aucun pathos dans ces lignes même lorsque la mort rôde, aucune larme visible mais un profond mal être du lecteur qui a du mal à comprendre sa provenance.

Une grande auteure est née. Qui sait faire entendre une voix rendue muette et jouer avec nos émotions – les siennes aussi sans doute. A lire de toute urgence.

Nicolas Béniès.

« Nous sommes tous à égale distance de l’amour », Actes Sud/Sindbad, 127 p .

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • « Avant l’aube »
    « Avant l’aube » se déroule en 1966. Une jeune femme, 25 ans, enfance chez les Sœurs, sans parents connus, ancienne prostituée devenue l’épouse d’un entrepreneur du bâtiment et maîtresse d’un sénateur,... Lire la suite (13 octobre)
  • « Méthode 15-33 »
    Shannon Kirk, l’auteure, est avocate à Chicago. « Méthode 15-33 », une méthode propre à la jeune femme enlevée, est son premier roman. Le contexte : le trafic lucratif de bébés pour des couples qui ne... Lire la suite (12 octobre)
  • « Les exploits d’Edward Holmes »
    Jean d’Aillon a eu une idée qu’il faut bien qualifier d’intelligente : se servir des intrigues de Conan Doyle et les projetter en plein 15e siècle, en 1422 par exemple, pour ce recueil de nouvelles... Lire la suite (12 octobre)
  • « Écrire pour sauver une vie. Le dossier Louis Till »
    John Edgar Wideman n’écrit pas vraiment des romans. Plutôt des contes qui se passent souvent dans les ghettos noirs de Pittsburgh ou de Philadelphie. Il fait de ses histoires, autobiographiques,... Lire la suite (12 octobre)
  • « Metamorphosis. Houdini, magicien et détective »
    Harry Houdini a été l’un des grands magiciens, illusionnistes de la fin du 19e, début du 20e. Weiss, son nom d’état civil, est un Juif qui fuit les pogroms. Il se forge une réputation en défaisant... Lire la suite (11 octobre)