Actualité théâtrale

au Théâtre du Rond-Point jusqu’au 23 mai 2015

"Nous sommes tous pareils à ces crapauds…" - "Ali" Conception Ali Thabet et Hèdi Thabet

Le spectacle que le Théâtre du Rond-Point propose Salle Renaud-Barrault à 18h 30 jusqu’au 23 mai 2015 se présente sous la forme de trois volets distincts de 30 minutes ("Nous sommes pareils…") 15 minutes (interlude musical), 25 minutes ("Ali").

L’ensemble, joué dans la foulée, donne un spectacle tonique, réjouissant et inclassable.

Dans le premier volet, alors que des chanteurs musiciens tunisiens et grecs qui se tiennent sur scène jouent le répertoire Rébétiko, musique du début du 20ème siècle née de la diaspora des grecs d’Asie Mineure, un couple de jeune mariés fait une apparition quasi burlesque reproduisant en quelques minutes, le temps de quelques passages circulaires, les étapes d’un parcours amoureux : l’étreinte, le désir, la complicité avant d’entamer la décélération progressive de l’amour.
C’est à ce moment-là qu’intervient un troisième larron, unijambiste, équilibriste sur béquilles.

(c) Manon Valentin

Représente-t-il la suite logique dans l’évolution de la vie conjugale ? Est-il l’amant de la jeune femme déçue par des épousailles qui l’ont déçue ?

Le spectacle devient chorégraphie, une suite de tableaux dont la virtuosité est à couper le souffle par la qualité de la performance autant que le tempo étourdissant, la précision de la gestuelle.

Après un quart d’heure de concert où se produisent en écho des chanteurs-musiciens grecs et tunisiens, il nous est donné à entendre des chants dont les paroles regorgent d’histoires de poètes irrévérencieux, d’amour impossible et de nostalgie.

Le troisième volet du spectacle où se rencontrent pour une confrontation "complice" Martin Bolze et Hédi Thabet est une sorte de variation de "Nous sommes tous pareils à ces crapauds…"
Mais si l’effet de performance est voisin, et si la "démonstration" s’ajoute comme pour créer un diptyque, la "physicalité" du spectacle est toute autre, mêlant dans le même instant émotion et burlesque.

Il faut aller voir au théâtre du Rond-Point ce spectacle rare, d’une grande finesse, d’une telle fluidité qu’il en parait presque furtif, magnifiquement ciselé et dont il se dégage en continu, une humanité, une chaleur, une complicité entre les êtres qui réconfortent…
Francis Dubois

Théâtre du Rond-Point
2, bis Avenue Franklin Roosevelt 75 018 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21

www.theatredurondpoint.fr

Spectacle en tournée :

Du 7 au 9 octobre 2015 La Filature –Scène nationale de Mulhouse (68)
Les 8 et 9 décembre 2015 L’Allan – Scène nationale de Montbéliard (25)
Le 21 janvier 2016 Le Carreau –Scène nationale de Forbach(57)
3 février 2016 La Halle aux grains – Scène nationale de Blois(41)
5 février 2016 Théâtre de Pantin (93)
11 février 2016 Théâtre Forum Meyrin Genève (Suisse)

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Le paradoxe des jumeaux » de Jean-Louis Bauer et Elisabeth Bouchaud.
    Après la mort de Pierre Curie, Marie Curie va poursuivre seule et avec la même détermination ses recherches sur la radioactivité avant de faire des découvertes majeures sur le radium et le polonium.... Lire la suite (22 novembre)
  • « Price »
    Dans une petite ville américaine, où l’industrie décline tandis que la pollution et le chômage augmentent, Dany, qui vient de terminer le lycée, s’interroge sur son avenir, tout comme ses copains Larry... Lire la suite (22 novembre)
  • « Carnet de notes »
    Ils sont sept, quatre filles et trois garçons, sans oublier quelques instruments de musique, et l’on s’embarque avec eux pour un voyage dans l’école, de la primaire au lycée. Avec eux on est élève,... Lire la suite (21 novembre)
  • « Le soliloque de Grimm »
    Une tente quechua passablement déglinguée, un fauteuil défoncé d’où déborde le crin, une radio, un jerrycan, une vieille affiche de théâtre, une chaise percée pour SDF du vingt-et-unième siècle, une... Lire la suite (21 novembre)
  • « Ça va ? » de Jean-Claude Grumberg.
    Rien de plus anodin que la première question qu’on pose machinalement à la personne de sa connaissance qu’on croise : « ça va ? ». Une question qui à priori, ne porte pas à conséquence puisque le plus... Lire la suite (18 novembre)