Actualité théâtrale

au Théâtre du Rond-Point jusqu’au 23 mai 2015

"Nous sommes tous pareils à ces crapauds…" - "Ali" Conception Ali Thabet et Hèdi Thabet

Le spectacle que le Théâtre du Rond-Point propose Salle Renaud-Barrault à 18h 30 jusqu’au 23 mai 2015 se présente sous la forme de trois volets distincts de 30 minutes ("Nous sommes pareils…") 15 minutes (interlude musical), 25 minutes ("Ali").

L’ensemble, joué dans la foulée, donne un spectacle tonique, réjouissant et inclassable.

Dans le premier volet, alors que des chanteurs musiciens tunisiens et grecs qui se tiennent sur scène jouent le répertoire Rébétiko, musique du début du 20ème siècle née de la diaspora des grecs d’Asie Mineure, un couple de jeune mariés fait une apparition quasi burlesque reproduisant en quelques minutes, le temps de quelques passages circulaires, les étapes d’un parcours amoureux : l’étreinte, le désir, la complicité avant d’entamer la décélération progressive de l’amour.
C’est à ce moment-là qu’intervient un troisième larron, unijambiste, équilibriste sur béquilles.

(c) Manon Valentin

Représente-t-il la suite logique dans l’évolution de la vie conjugale ? Est-il l’amant de la jeune femme déçue par des épousailles qui l’ont déçue ?

Le spectacle devient chorégraphie, une suite de tableaux dont la virtuosité est à couper le souffle par la qualité de la performance autant que le tempo étourdissant, la précision de la gestuelle.

Après un quart d’heure de concert où se produisent en écho des chanteurs-musiciens grecs et tunisiens, il nous est donné à entendre des chants dont les paroles regorgent d’histoires de poètes irrévérencieux, d’amour impossible et de nostalgie.

Le troisième volet du spectacle où se rencontrent pour une confrontation "complice" Martin Bolze et Hédi Thabet est une sorte de variation de "Nous sommes tous pareils à ces crapauds…"
Mais si l’effet de performance est voisin, et si la "démonstration" s’ajoute comme pour créer un diptyque, la "physicalité" du spectacle est toute autre, mêlant dans le même instant émotion et burlesque.

Il faut aller voir au théâtre du Rond-Point ce spectacle rare, d’une grande finesse, d’une telle fluidité qu’il en parait presque furtif, magnifiquement ciselé et dont il se dégage en continu, une humanité, une chaleur, une complicité entre les êtres qui réconfortent…
Francis Dubois

Théâtre du Rond-Point
2, bis Avenue Franklin Roosevelt 75 018 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21

www.theatredurondpoint.fr

Spectacle en tournée :

Du 7 au 9 octobre 2015 La Filature –Scène nationale de Mulhouse (68)
Les 8 et 9 décembre 2015 L’Allan – Scène nationale de Montbéliard (25)
Le 21 janvier 2016 Le Carreau –Scène nationale de Forbach(57)
3 février 2016 La Halle aux grains – Scène nationale de Blois(41)
5 février 2016 Théâtre de Pantin (93)
11 février 2016 Théâtre Forum Meyrin Genève (Suisse)

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)
  • « Contes et légendes »
    L’intelligence artificielle est au cœur des recherches scientifiques d’aujourd’hui. Simples remplaçants des hommes pour des tâches répétitives ou dangereuses au départ, on ferait bien aujourd’hui des... Lire la suite (17 septembre)
  • « Où est mon chandail islandais ? »
    Knutte est revenu au village pour l’enterrement de son père. Il n’est pas venu les mains vides, mais les poches pleines de bière, sans compter celles qu’il pourra trouver, ainsi que quelques... Lire la suite (17 septembre)