Actualité musicale, chanson...

Nouveauté jazz Malcolm Braff Cab Calloway

Malcom Braff, pianiste, a eu la chance et la malchance d’avoir un père missionnaire. Il est donc né à Rio, a vécu à Dakar – il y a découvert les tambours – et s’est trouvé dans le jazz, dans tous les jazz qui transpercent son piano. Il aime la danse et l’Afrique et s’est trouvé un maître – du moins on peut en avancer l’hypothèse – en Dollar Brand autrefois, aujourd’hui Abdullah Ibrahim. Il sait évoquer les tambours avec son instrument qui est aussi de percussions. Pour cet album Enja, «  Inside  », il a constitué un nouveau trio avec un grand bassiste américain exilé en Belgique, exil choisi, Reggie Washington, et un jeune batteur viennois, Lucas Koenig qu’il faudra suivre. Il a invité la vocaliste Aurélie Emery pour le premier thème «  Crims on Waves  » évoquant la Jamaïque et le reggae. Il suit la voie ouverte par Monty Alexander. Il visite des compositions de Prince, et surtout les siennes… Sans oublier les traces du blues… Il sait créer des ambiances et son trio est soudé. Il est, pourtant, un peu trop minimaliste et on aimerait qu’il prenne plus de risques. Tel que, cet album est l’un des albums réussis.

Un coffret pour rendre hommage à Cab Calloway. un coffret de 4 CD, pas trop cher mais constitué de bric et de broc. Le premier reprend un album RCA de 1958 qui fêtait le retour du Cab après un silence de quelques années. Le be-bop était passé par là et le chef d’un orchestre dans lequel avaient débuté de grands beboppers comme Dizzy Gillespie n’était plus qu’un musicien comme un autre. John Landis le fera renaître dans le premier «  Blue Brothers  » et lui fera rechanter cette «  Minnie the Moocher  » qui l’avait conduit au succès dans les années 30-40. Cab a été un des grands dadaïstes de notre temps, de ce 20e siècle. Il sait faire éclater tous les mots pour les étirer, les rendre différents. Mr Hi De Ho, celui qui, avait inventé le zazou… Le terme et les vêtements. En américain le «  Zoot Suit  », le costume trop long, les pantalons bouffants, la montre dans le gousset… Comme souvent dans ces coffrets – Membran, un label allemand – la photo ne révèle rien du contenu. Le vieux Cab qui sourit largement, n’est pas – heureusement – celui que l’on entend. Les CD 2, 3 et 4 suivent la chronologie nous amenant de 1934 à 1947. Fait à souligner, la composition de l’orchestre est indiquée sans trop d’erreurs. Cab a fait dans les années 30 – après Duke Ellington – les beaux soirs du Cotton Club. Si vous ne connaissez pas Cab Calloway, ce coffret permettra de faire connaissance. Parions que vous ne pourrez plus vous en passer et que vous vous précipiterez sur le film – plutôt une succession de numéros – «  Stormy Weather  » pour le voir ainsi que Bill « Bojangles » Robinson – le grand danseur de claquettes qui a influencé Fred Astaire et beaucoup d’autres – et… Lena Horne.

Nicolas Béniès

Malcolm Braff, « Inside », Enja/Harmonia Mundi.

Cab Calloway, « Mr. Minnie the Moocher », FabFour/Membran/Intégral.

 

Autres articles de la rubrique Actualité musicale, chanson...

  • Festival de musique de Besançon-Franche Comté
    Cette notice complète la présentation de ce festival de musique classique, publiée dans le cahier "spécial festival" de l’US Mag 771 du 10 juin (S’évader pour se retrouver) Créé en 1948, complété par... Lire la suite (Juillet 2017)
  • Festival Mots en liberté
    Comme nous l’indique son président, Jacky PETIT, « le quatrième festival de Saint Cirgues en Montagne ne saura pas démentir le projet initial de l’ association " Mots en Liberté". Les artistes qui,... Lire la suite (Juillet 2017)
  • "Live, Tribute to Erroll Garner" Pierre Christophe quartet
    Cette citation de Boris Vian pour dire la place essentielle d’Erroll Garner. Cet autodidacte, un fait rare dans les mondes du jazz contrairement à une idée répandue, a été incapable de jouer deux fois... Lire la suite (Juillet 2017)
  • "Puente Atlántico"
    Un pont musical entre France et Guatemala, au service d’une cause chère à nous tous, l’éducation pour tous. Depuis le Guatemala nous arrive un son très estival, très festival, qui fait un pont entre... Lire la suite (Juin 2017)
  • « Exils… » concert du Trio Serge Utgé-Royo
    Le grand poète et chanteur Serge Utgé-Royo, de la trempe d’un Léo Ferré qui le programma –tout jeune- en première partie de concerts, que nous avons déjà présenté à l’occasion de sortie d’albums ou... Lire la suite (Juin 2017)