Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

Nouveautés : textes en économie et sociologie 3 nouveautés

Bilan et perspectives de l’économie mondiale.

Comme tous les ans, le CEPII propose son état du monde économique. Cette année, le bilan sonne comme le glas de toutes les illusions de reprise. Le monde s’enfonce dans la crise financière et la récession. Les perspectives sont sombres. Après 5 ans de crise financière – elle démarre dans la nuit du 9 au 10 août 2007 – et 4 ans de crise économique, aucune lueur de sortie. Désormais, même les pays émergents sont touchés par cette crise mondiale. Michel Aglietta se livre à un curieux exercice, une projection à 2030 pour déterminer un chemin de la Chine pour devenir un pays capitaliste développé à part entière. Un dossier sur le commerce international des déchets pour rendre compte de cette nouvelle donne.

« L’état du monde 2013 », « La cassure » rejoint cette analyse en démultipliant les terrains. Cette crise est aussi une crise politique, écologique, sociale, culturelle, une crise de la démocratie. « Error 404 », on ne trouve pas ce qu’on cherche, il faut trouver d’autres entrées. Communautarismes et éclatements marquent ce monde. Le système des inégalités est un des responsables de la crise actuelle. Les guerres apparaissent sans fin et le chômage de masse s’installe durablement, les politiques oublient de s’en préoccuper. Les pays semblent attendre la prochaine guerre civile comme c’est déjà le cas en Grèce où a lieu une ratonnade par jour, avec la bénédiction des autorités trop contentes de ces divisions. Un tableau sombre qui laisse percer quelques lueurs dans ces mouvements sociaux étranges venant des États-Unis ou des indignés. Ajoutons que les révolutions n’ont jamais dit leur dernier mot.

« L’économie mondiale 2013 », Centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII), La découverte/Repères . ; « La cassure. L’état du monde 2013 », sous la direction de Bertrand Badie et Dominique Vidal, La Découverte .

Remettre à l’endroit…

Philippe Frémeaux s’est donné comme objectif de faire réfléchir sur les idées reçues en matière de métiers, d’emploi et de travail – trois termes qui ne recouvrent pas les mêmes réalités. Les différencier est nécessaire. Vingt thèmes sont abordés. Quelques-uns originaux, notamment à propos des métiers qui seront vraisemblablement les mêmes qu’aujourd’hui dans 20 ans, d’autres moins comme si « la pénibilité du travail c’était hier ». La réduction du temps de travail, essentielle pour vaincre durablement le chômage et le stress au travail, n’est pas seulement liée – comme le dit l’auteur page 148 – à la crise écologique. Cette revendication est aussi liée à la possibilité de devenir citoyen(ne) à part entière… Un petit livre intelligent qui offre une large étendue de questions non résolues. Il montre que les idées reçues sont simplistes… ce qui fait leur force, même si elles sont fausses.

« Vingt idées reçues sur les métiers, l’emploi et le travail », Philippe Frémeaux, Les petits matins/alternatives économiques .

Pour mémoire.

Tony Morrison, dans « Home » revient sur la situation des Noirs pendant les années 1950. En 1964, une mobilisation se met en place pour la reconnaissance des droits civiques, pour l’inscription des Noir(e)s sur les listes électorales dans cet État du Mississippi – ce fameux Sud des Etats-Unis - où le Ku-Klux-Klan a pignon sur rue, avec ses cagoules blanches. En juin de cette année là, plus de 1000 volontaires se déplacent pour soutenir cette exigence minimum de démocratie, de reconnaissance, de respect. L’extrême droite ne l’acceptera pas. Meurtres – le coupable a été arrêté récemment -, lynchages, arrestations, incendies d’Églises… la guerre civile battra son plein. L’élection d’un Président noir continue aujourd’hui d’attiser les haines. Certains recherchent des preuves pour montrer que Obama n’est pas né aux États-Unis, d’autres pensent qu’il est un intégriste musulman, d’autres enfin que le communisme est à l’intérieur de la Maison Blanche. Il fallait retracer ce combat et le contexte de cette période. Doug McAdam, professeur de sociologie, nous convie à ce travail de mémoire. Ce « Freedom Summer » a laissé des traces profondes. Coltrane, non cité, en fera « Alabama » pour se souvenir de ces quatre enfants morts dans l’explosion d’une Église…

« Freedom Summer. Lutte pour les droits civiques, Mississippi 1964 », Doug McAdam, traduit par Célia Izoard, Agone éditions .

Nicolas Béniès.

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • ANTIGONE
    C’est l’histoire d’une princesse. Mais une princesse sans robe rose ni paillettes. Une princesse racontée en rouge et dessinée en bleu. En rouge, le texte : c’est Antigone, la tragédie de Sophocle,... Lire la suite (14 décembre)
  • « Avant l’aube »
    « Avant l’aube » se déroule en 1966. Une jeune femme, 25 ans, enfance chez les Sœurs, sans parents connus, ancienne prostituée devenue l’épouse d’un entrepreneur du bâtiment et maîtresse d’un sénateur,... Lire la suite (13 octobre)
  • « Méthode 15-33 »
    Shannon Kirk, l’auteure, est avocate à Chicago. « Méthode 15-33 », une méthode propre à la jeune femme enlevée, est son premier roman. Le contexte : le trafic lucratif de bébés pour des couples qui ne... Lire la suite (12 octobre)
  • « Les exploits d’Edward Holmes »
    Jean d’Aillon a eu une idée qu’il faut bien qualifier d’intelligente : se servir des intrigues de Conan Doyle et les projetter en plein 15e siècle, en 1422 par exemple, pour ce recueil de nouvelles... Lire la suite (12 octobre)
  • « Écrire pour sauver une vie. Le dossier Louis Till »
    John Edgar Wideman n’écrit pas vraiment des romans. Plutôt des contes qui se passent souvent dans les ghettos noirs de Pittsburgh ou de Philadelphie. Il fait de ses histoires, autobiographiques,... Lire la suite (12 octobre)