Actualités

Nouveaux programmes d’EMC : pour les repères il faudra repasser ….

Alors que la profession semblait plutôt favorable à des repères annuels de progression en EMC (à l’instar de ce qui existe en Histoire- Géographie), elle a d’abord l’immense chance de changer à nouveau de programmes en EMC pour les cycle 3 et 4. Les repères annuels devaient être publiés durant l’été… Visiblement l’été dure rue de Grenelle.

En effet les nouveaux programmes publiés au BO du 26 juillet sont bien une réécriture des programmes d’EMC et non une simple clarification comme cela était évoqué par le CSP. Ils modifient les finalités de l’enseignement moral et civique introduit à la rentrée 2015.

Le Snes-FSU a toujours porté la revendication de repères annuels pour délimiter plus précisément les programmes d’EMC . Il s’agissait de faciliter le travail des équipes enseignantes mais aussi les apprentissages d’un nombre important d’élèves qui est amené chaque année à changer d’établissement. Or de tels repères ne nécessitaient nullement une réécriture des programmes. Nous avions d’ailleurs dès la publication des programmes proposé un découpage annuel indicatif.
On assiste ici à des modifications importantes non pas tant des thématiques mais de l’esprit de l’enseignement moral et civique.

Nouveaux programmes donc mais applicables dès cette rentrée alors même que la note de service qui devait préciser les repères annuels (seule véritable avancée pour les élèves et les collègues) n’est quant à elle toujours pas publiée. Signe du peu de cas que l’ont fait des enseignant.e.s et des élèves au Ministère.

Dans ces nouveaux programmes largement issus des travaux du CSP, on note l’insistance sur trois finalités pour l’EMC (qui sont ensuite déclinées pour chacun des niveaux d’enseignement) :
- respecter autrui
- acquérir et partager les valeurs de la République
- construire une culture civique
Cela modifie quelque peu l’architecture des programmes autrefois structurés par quatre dimensions (la sensibilité / le droit et la règle / le jugement / l’engagement). Mais ces quatre dimensions demeurent et sont désormais partie prenante de la finalité « construire une culture civique »

Toutefois c’est au niveau de l’approche générale et des pratiques qui sous tendent le programme que la modification est la plus importante. En effet l’ancien programme affirmait : « L’enseignement moral et civique privilégie la mise en activité des élèves. Il suppose une cohérence entre ses contenus et ses méthodes (discussion, argumentation, projets communs, coopération...) » alors que les nouveaux programmes insistent sur le fait que l’EMC « donne lieu à des traces écrites et une évaluation » et que la « discussion réglée et le débat argumenté ( …) comportent une prise d’informations, un échange d’arguments (…) permettant une trace écrite et une formalisation »
Il s’agit d’une rigidification de la vision et de l’approche de l’EMC quant aux pratiques et aux contenus d’enseignement qui traduit un retour à quelque chose de proche de l’Éducation Civique telle qu’elle était enseignée avant la mise en place de l’EMC en 2015.

Au niveau des contenus d’enseignement les collègues ne seront guère déboussolés puisqu’il s’agit d’un mélange des anciens programmes avec ceux d’éducation civique en vigueur précédemment.
Cependant ces textes s’avèrent là encore plus directifs et rigides.
On retrouve des points qui posaient déjà problème : ainsi l’insistance sur les « valeurs » et les « symboles » de la République et de l’Union Européenne puisque dès le cycle 3 on trouve comme objet d’enseignement « valeurs et symboles de la République française et de l’Union européenne » avec « la devise de la République, l’hymne national, le drapeau, la fête nationale » et au cycle 4 de nouveau « la citoyenneté française et la citoyenneté européenne : principes, valeurs, symboles » avec « le drapeau, l’hymne national, la fête nationale, les monuments, la langue française » mais aussi « le drapeau, l’hymne européen ».
Comme à l’accoutumée, en vertu du partenariat existant entre les deux Ministères, Défense et Éducation nationale, la Défense n’est pas en reste notamment au cycle 4.

Enfin le point le plus problématique sans doute de ces « nouveaux programmes » est la mise au second plan de la construction de l’esprit critique au profit de l’inculcation de « valeurs » et de « règles » A cet égard, le très grand nombre d’occurrences du terme « règles » ne saurait être une coïncidence fortuite.
L’extrême insistance sur les commémorations (monuments, cérémonies commémoratives, journées diverses…) participe là encore à une conception de l’enseignement comme imposition de « valeurs » au détriment de la construction d’un esprit critique et d’une réflexion autonome.

Ces nouveaux textes éclairent la dimension d’inculcation de programmes qui au contraire devraient permettre la construction d’une culture civique porteuse d’émancipation.
Par ailleurs les points qui posent concrètement problème aux collègues dans leur enseignement et leur évaluation dans le quotidien de la classe demeurent ( « la culture de la sensibilité », « Exprimer des sentiments moraux à partir de questionnements ou de supports variés et les confronter avec ceux des autres »…)

Autres articles de la rubrique Actualités

Dans la rubrique Enseignement moral et civique (EMC)