documents

Nouvelles maquettes de concours : pas admissibles - US 676 - 22/12/08

Le Ministère a transmis les projets de maquettes de concours, par discipline, aux organisations syndicales. Elles restent des documents de travail, et ne sont donc pas définitives. Le SNES continuera à intervenir pour que ses remarques soient prises en compte.

Troisièmes concours : un projet scandaleux :

Pour le troisième concours, des maquettes spécifiques sont proposées dont le contenu, en particulier le contrôle des connaissances disciplinaires, est allégé. Rappelons qu’il n’y a pas de condition de diplômes pour se présenter à ce concours. L’existence de ces maquettes met donc en danger la qualité du recrutement par cette voie. De plus, c’est une rupture d’égalité entre les candidats dans le cadre d’un recrutement externe. Le SNES demande le retrait de ces maquettes.

Un aspect général qui confirme les analyses du SNES :

Pour la plupart des disciplines, les nouvelles maquettes sont en fait une adaptation des concours actuels au nouveau cadre. A cette occasion, de nombreuses épreuves vérifiant la capacité du candidat à construire une réflexion disparaissent. L’oral « prenant la forme d’un exercice pédagogique » devient une épreuve très concentrée et dense car elle mélange plusieurs type d’épreuves jusque là différentes : TP, épreuve sur dossier,… Cela confirme qu’on ne peut définir un nombre commun d’épreuves aux concours et sans prendre en compte les spécificités disciplinaires.

D’une façon générale, on note une confusion entre vérification des connaissances et vérification des compétences professionnelles. Pour le SNES, les candidats au concours ne possèdent pas toutes les compétences requises pour justifier le choix pédagogique puisque la formation professionnelle se poursuit après l’admission au concours.

Enfin, il apparaît nécessaire, pour les disciplines où cela existe déjà, de définir des programmes plus précis que les programmes scolaires.

Une épreuve d’entretien surévaluée, au contenu discriminant :

L’épreuve orale d’entretien avec le jury reste une épreuve commune à l’ensemble des concours, sans lien avec la discipline d’enseignement. De part sa conception, elle risque d’introduire une discrimination entre les candidats ayant déjà une expérience professionnelle dans l’éducation nationale et les autres. Les thèmes prévus amèneront à une évaluation subjective qui favorisera le recrutement de candidats entrant dans un moule prédéterminé. Son coefficient reste disproportionné par rapport à l’autre épreuve orale, centrée sur la discipline.

Des disciplines menacées…

On peut s’étonner, alors qu’il n’en a jamais été question auparavant, de la proposition de supprimer toute maquette spécifique pour la Physique Appliquée. Dans un contexte où la voie technologique est menacée, cette proposition sonne comme une provocation. Le ministère doit proposer une maquette pour cette discipline.

Le ministère reste sourd aux propositions du SNES et continue dans une logique de réduction des coûts des concours.

La calendrier initialement prévu devient de plus en plus intenable et nécessite le report à 2011 de la première session des nouveaux concours.

Emmanuel Mercier
fmaitres@snes.edu

Autres articles de la rubrique documents