Actualité théâtrale

Jusqu’au 1er Août au Lucernaire

« Nuit blanche chez Francis »

Ce spectacle fait alterner chansons saynètes, aphorismes et calembours et nous entraîne dans l’univers de Francis Blanche qui fut un humoriste qui marqua son époque, souvent en compagnie de son compère Pierre Dac. Spécialiste du canular téléphonique et des feuilletons déjantés, Francis Blanche ne fut pas qu’un humoriste. Derrière le masque de l’homme colérique se cachait aussi des douleurs et une sensibilité que ce spectacle révèle.
Jean-Baptiste Artigas, Guillaume Destrem, Alain Dumas et Didier Le Gouic tous formés au Conservatoire de Toulouse, nous offrent avec « Nuit blanche chez Francis » un spectacle hautement réjouissant. On y retrouve, pour les plus anciens, et découvre, pour les plus jeunes, les calembours (« je suis athée comme une tasse ; la religion, je m’assois dessus : cela s’appelle le Saint Siège »), les aphorismes (« par souci d’économie on devrait supprimer les terminus des autobus »), les sketchs et les chansons où l’absurde le dispute à la dérision (« J’ai réchauffé un serpent dans mon sein » ou « Landru »). Il souffle sur la soirée un air de folie que les quatre acteurs chanteurs et musiciens orchestrent avec brio. La chanson « Le parti d’en rire » prend avec eux tout son sel : elle commence en chorégraphie à la Boléro de Ravel et se termine en posture de ballet révolutionnaire chinois. A l’image de Francis Blanche on les sent gourmands des mots, des accents, mais aussi capables de rendre la profondeur de certaines blessures : « y’a trop de misère » ou « les dimanches ratés ». Ils impriment à la soirée un rythme de tourbillon plein de folie et les spectateurs ont en sortant le sourire.
Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 15h.
Théâtre du Lucernaire
53 rue Notre Dame des Champs
75 006 Paris
Réservations : 01 45 44 57 34
www.lucernaire.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)
  • « Contes et légendes »
    L’intelligence artificielle est au cœur des recherches scientifiques d’aujourd’hui. Simples remplaçants des hommes pour des tâches répétitives ou dangereuses au départ, on ferait bien aujourd’hui des... Lire la suite (17 septembre)
  • « Où est mon chandail islandais ? »
    Knutte est revenu au village pour l’enterrement de son père. Il n’est pas venu les mains vides, mais les poches pleines de bière, sans compter celles qu’il pourra trouver, ainsi que quelques... Lire la suite (17 septembre)