Actualité théâtrale

Jusqu’au 1er Août au Lucernaire

« Nuit blanche chez Francis »

Ce spectacle fait alterner chansons saynètes, aphorismes et calembours et nous entraîne dans l’univers de Francis Blanche qui fut un humoriste qui marqua son époque, souvent en compagnie de son compère Pierre Dac. Spécialiste du canular téléphonique et des feuilletons déjantés, Francis Blanche ne fut pas qu’un humoriste. Derrière le masque de l’homme colérique se cachait aussi des douleurs et une sensibilité que ce spectacle révèle.
Jean-Baptiste Artigas, Guillaume Destrem, Alain Dumas et Didier Le Gouic tous formés au Conservatoire de Toulouse, nous offrent avec « Nuit blanche chez Francis » un spectacle hautement réjouissant. On y retrouve, pour les plus anciens, et découvre, pour les plus jeunes, les calembours (« je suis athée comme une tasse ; la religion, je m’assois dessus : cela s’appelle le Saint Siège »), les aphorismes (« par souci d’économie on devrait supprimer les terminus des autobus »), les sketchs et les chansons où l’absurde le dispute à la dérision (« J’ai réchauffé un serpent dans mon sein » ou « Landru »). Il souffle sur la soirée un air de folie que les quatre acteurs chanteurs et musiciens orchestrent avec brio. La chanson « Le parti d’en rire » prend avec eux tout son sel : elle commence en chorégraphie à la Boléro de Ravel et se termine en posture de ballet révolutionnaire chinois. A l’image de Francis Blanche on les sent gourmands des mots, des accents, mais aussi capables de rendre la profondeur de certaines blessures : « y’a trop de misère » ou « les dimanches ratés ». Ils impriment à la soirée un rythme de tourbillon plein de folie et les spectateurs ont en sortant le sourire.
Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 15h.
Théâtre du Lucernaire
53 rue Notre Dame des Champs
75 006 Paris
Réservations : 01 45 44 57 34
www.lucernaire.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Un amour sans résistance »
    Autour de la guerre il y a surtout des romans ou des pièces qui exaltent la résistance ou la lâcheté des vaincus. Le roman de Gilles Rozier aborde la question sous un angle différent et beaucoup plus... Lire la suite (22 octobre)
  • « Dans les forêts de Sibérie »
    Après avoir voyagé à vélo autour du monde, puis marché à travers l’Himalaya, chevauché dans les steppes d’Asie Centrale, l’écrivain voyageur Sylvain Tesson s’est décidé à choisir l’immobilité en... Lire la suite (16 octobre)
  • « Jungle book »
    Tout enfant s’est un jour entendu raconter l’histoire de Mowgli, ce petit d’homme adopté par un couple de loups, dont Rudyard Kipling a fait une ode à la tolérance. Dans la jungle Akela, le père loup,... Lire la suite (15 octobre)
  • « Sabordage »
    O Après Blockbuster, où elle dénonçait les effets de la cupidité globalisée, portée par un système ultralibéral faisant passer le profit avant toute autre considération, l’inventive troupe liégeoise Le... Lire la suite (13 octobre)
  • Des reprises à signaler
    Voici 3 spectacles que nous avons chroniqués et qui sont repris cette automne. Pour ceux qui les auraient loupés ou qui voudraient les revoir ! « Jeanne Plante est chafouin » les lundis à 20h30... Lire la suite (12 octobre)