Actualité théâtrale

Théâtre de l’œuvre, jusqu’au 25 janvier 2015

"Nuits blanches" Texte de Haruki Murakami d’après "Sommeil". Texte français de Corinne Atlan, adaptation et mise en scène Hervé Falloux.

Haruki Murakami est un écrivain japonais né en 1949, à Kyoto.

Il confesse que dans la vie courante, au cours de ses activités liées à son rôle de père, d’époux ou de simple citoyen, il ne développe aucune imagination.

Que, par contre, dès qu’il se met à écrire, il est capable de tout, que plus rien n’est obstacle.

" Le sommeil", la nouvelle de lui qu’a adaptée et mise en scène Hervé Falloux pour le plateau du Théâtre de l’œuvre, raconte cette transformation, l’accès possible dans certaines circonstances créatrices, à un monde irréel "à portée de main", qui coexisterait avec notre réalité.

Ces deux univers seraient proches, dépendants et on pourrait passer indistinctement de l’un à l’autre.

Théâtre : "Nuits blanches"

Cela fait maintenant dix-sept nuits que la jeune femme, l’héroïne de " Nuits blanches ", ne dort pas et que pendant le sommeil de son mari et de son fils, elle vit une sorte d’existence clandestine qui lui appartient complètement et où elle découvre qu’elle s’appartient totalement.

Ces heures nocturnes lui ouvrent les portes d’un monde intérieur qu’elle ne soupçonnait pas.

Elle peut voir apparaître un fantôme effrayant qui s’apparente à l’univers du cauchemar mais également, en laissant libre cours à ses pensées, opérer un plongeon dans un domaine onirique qui devient aussi réel, aussi palpable que le déroulement de son quotidien.

Lorsqu’elle entreprend la lecture d’un livre, elle est maintenant capable de "traverser" le miroir d’en arriver à un dédoublement de sa personne, à avoir une perception nouvelle d’elle-même, à accéder à des régions insoupçonnées de sa personnalité.

Mais cette découverte enivrante à un prix. Ceux qui n’accèdent pas à ce monde, n’en soupçonnent pas l’existence, en sont petit à petit écartés.

Pour n’appartenir qu’à leur seul quotidien, ils s’affadissent, deviennent laids. Et c’est en les découvrant tels quels, que l’héroïne de "Nuits Blanches" va se détacher de son mari et de son fils, toute entière vouée à sa propre vie et prête à assumer son destin si cruel qu’il soit.

Nathalie Richard est l’interprète idéale pour incarner l’héroïne de " Nuits blanches" , une femme sensible, délicate, mais capable de vivre sa transformation intérieure avec courage, force, détermination et humour.

Cette comédienne qu’on ne cesse de découvrir à chacune de ses prestations, est une de nos grandes actrices de théâtre.

Francis Dubois

Théâtre de l’œuvre, 55 rue de Clichy 75 009 Paris.

Réservations : 01 44 53 88 88

www.theatreddeloeuvre.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Magnetic »
    On l’avait quitté cet été au festival Teatro a Corte à Turin où il avait imaginé une promenade jonglée au Château de la Venaria Reale qui se terminait par un très subtil et léger jonglage avec un sac de... Lire la suite (15 février)
  • « J’ai rêvé la Révolution »
    Olympe de Gouges, révolutionnaire et femme de lettres, auteur de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne meurt guillotinée en 1793. C’est en s’inspirant librement de sa vie et de sa... Lire la suite (15 février)
  • « Mademoiselle Julie »
    C’est la nuit de la Saint Jean, une nuit magique placée sous le signe de la fête et de l’amour. Mademoiselle Julie, la fille du comte vient de rompre ses fiançailles et a décidé de transgresser les... Lire la suite (15 février)
  • "Le cercle de Whitechapel" de Julien Lefebvre
    Conan Doyle, jeune médecin écossais , déjà auteur de “ Une Étude en rouge ”, Bram Stocker, administrateur du Lyceum Theatre, féru d’occultisme et pas encore auteur de Dracula, George Bernard Shaw,... Lire la suite (14 février)
  • « Constellations »
    Marianne est physicienne, Roland apiculteur. Ils se rencontrent lors d’un barbecue chez des amis. Ils vont s’aimer, se trahir, se séparer, se retrouver, apprendre à s’écouter, se marier et se trouver... Lire la suite (14 février)