Actualité théâtrale

Théâtre de l’œuvre, jusqu’au 25 janvier 2015

"Nuits blanches" Texte de Haruki Murakami d’après "Sommeil". Texte français de Corinne Atlan, adaptation et mise en scène Hervé Falloux.

Haruki Murakami est un écrivain japonais né en 1949, à Kyoto.

Il confesse que dans la vie courante, au cours de ses activités liées à son rôle de père, d’époux ou de simple citoyen, il ne développe aucune imagination.

Que, par contre, dès qu’il se met à écrire, il est capable de tout, que plus rien n’est obstacle.

" Le sommeil", la nouvelle de lui qu’a adaptée et mise en scène Hervé Falloux pour le plateau du Théâtre de l’œuvre, raconte cette transformation, l’accès possible dans certaines circonstances créatrices, à un monde irréel "à portée de main", qui coexisterait avec notre réalité.

Ces deux univers seraient proches, dépendants et on pourrait passer indistinctement de l’un à l’autre.

Théâtre : "Nuits blanches"

Cela fait maintenant dix-sept nuits que la jeune femme, l’héroïne de " Nuits blanches ", ne dort pas et que pendant le sommeil de son mari et de son fils, elle vit une sorte d’existence clandestine qui lui appartient complètement et où elle découvre qu’elle s’appartient totalement.

Ces heures nocturnes lui ouvrent les portes d’un monde intérieur qu’elle ne soupçonnait pas.

Elle peut voir apparaître un fantôme effrayant qui s’apparente à l’univers du cauchemar mais également, en laissant libre cours à ses pensées, opérer un plongeon dans un domaine onirique qui devient aussi réel, aussi palpable que le déroulement de son quotidien.

Lorsqu’elle entreprend la lecture d’un livre, elle est maintenant capable de "traverser" le miroir d’en arriver à un dédoublement de sa personne, à avoir une perception nouvelle d’elle-même, à accéder à des régions insoupçonnées de sa personnalité.

Mais cette découverte enivrante à un prix. Ceux qui n’accèdent pas à ce monde, n’en soupçonnent pas l’existence, en sont petit à petit écartés.

Pour n’appartenir qu’à leur seul quotidien, ils s’affadissent, deviennent laids. Et c’est en les découvrant tels quels, que l’héroïne de "Nuits Blanches" va se détacher de son mari et de son fils, toute entière vouée à sa propre vie et prête à assumer son destin si cruel qu’il soit.

Nathalie Richard est l’interprète idéale pour incarner l’héroïne de " Nuits blanches" , une femme sensible, délicate, mais capable de vivre sa transformation intérieure avec courage, force, détermination et humour.

Cette comédienne qu’on ne cesse de découvrir à chacune de ses prestations, est une de nos grandes actrices de théâtre.

Francis Dubois

Théâtre de l’œuvre, 55 rue de Clichy 75 009 Paris.

Réservations : 01 44 53 88 88

www.theatreddeloeuvre.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Molière »
    C’est dans l’intimité d’un couple célèbre, Molière et Madeleine Béjart que nous invite le dramaturge Gérard Savoisien. On est en 1661, le succès de Molière a été reconnu par le Roi et il est invité à jouer... Lire la suite (11 septembre)
  • « Et si on ne se mentait plus »
    C’est chez Lucien Guitry, au 26 place Vendôme, que se rencontraient, au tournant du XXème siècle pour déjeuner tous les jeudis, ceux qu’Alphonse Allais avait baptisés « les mousquetaires » et qui... Lire la suite (10 septembre)
  • « Pour le meilleur et pour le dire »
    Imaginons une femme hypersensible qui sort d’une histoire d’amour ratée avec un pervers narcissique et qui rencontre un homme vulnérable, amoureux fou d’elle mais qui n’arrive pas à lui confier ses... Lire la suite (6 septembre)
  • « Asphalt jungle »
    Deux hommes désœuvrés sortent de scène à tour de rôle pour frapper quelqu’un. On ne voit pas la victime, on entend juste les coups et les gémissements. Ils demandent ensuite au troisième, un de leurs... Lire la suite (4 septembre)
  • « Tendresse à quai »
    Une jeune femme en tenue de cadre est assise à une table sur un quai de gare. Elle lit un recueil de poèmes de Mallarmé. Un homme arrive et s’assied à une table voisine, l’observe, se dit qu’il a le... Lire la suite (3 septembre)