Actualité théâtrale

Jusqu’au 25 janvier au Théâtre de L’œuvre

« Nuits blanches »

Elle est mariée et a un fils. Son mari est dentiste. Sa vie est rythmée par la cuisine, la vaisselle, les devoirs à surveiller et la piscine. Puis un jour elle ne dort plus. Cela dure dix-sept jours et dix-sept nuits. Elle se lève et lit Anna Karénine.

Théâtre : "Nuits blanches"

On retrouve dans ce monologue, tiré de la nouvelle Sommeil de Haruki Murakami par Hervé Falloux, tous les thèmes chers à l’auteur japonais : la solitude, le détachement progressif d’un individu par rapport à sa famille et à la société, l’incommunicabilité et l’aliénation des êtres enfermés dans une société capitaliste corsetée, comme l’est la société japonaise. L’héroïne ne se révolte pas contre le quotidien, les gestes et les phrases inlassablement répétés, c’est plutôt un éloignement, l’envie de passer de l’autre côté du miroir qui la pousse. Elle flotte entre le réel et le rêve, retrouve des sensations oubliées, s’interroge sur sa vie, sur son enfermement dans un monde qui lui semble étranger. Hervé Falloux, qui a aussi mis en scène le texte, dit que « l’héroïne est un double de l’auteur, ils possèdent en commun le même rapport à la littérature, au sport, la même facilité à passer dans un monde parallèle et surtout le même rapport à l’art ». En outre on trouve dans la pièce la touche d’insolite, parfois proche du fantastique, propre à Murakami, qui disait « Moi-même, je suis une personne très réaliste. Mais quand j’écris, j’écris de l’étrange ».

La mise en scène épouse cette impression d’irréalité qui s’immisce dans le quotidien. L’actrice évolue dans un décor épuré à la japonaise avec des panneaux tendus sur lesquels des esquisses de Nicolas de Staël font penser à des lavis d’encre de Chine. Une lampe-boule de verre blanc, un fauteuil, blanc aussi, complètent le décor moderne et froid. Le jeu des éclairages révèle des transparences qui renvoient au dédoublement et à l’introspection de l’héroïne.

Et puis il y a Nathalie Richard, blonde, frêle, à la peau d’une blancheur délicate qui porte ce monologue pendant une heure quinze. Femme au foyer apparemment parfaite et insignifiante au début, elle laisse assez vite, à la faveur d’une remarque, poindre les failles du personnage. La douceur, le calme tranquille de l’actrice rendent la chose insolite et interpellent le spectateur. Peu à peu elle révèle combien cette femme est forte, passionnée, déterminée à aller de l’avant, même si cela soulève en elle des inquiétudes. Nathalie Richard accompagne avec subtilité et vérité l’évolution de cette femme. Elle est magnifique.

Micheline Rousselet

Du mardi au vendredi à 19h, le samedi à 16h, le dimanche à 18h.

Théâtre de l’œuvre

55 rue de Clichy, 75009 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 53 88 88

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)