Autour du Jazz

Rattrapages : qu’il est difficile de commencer 2017 sans avoir, un peu, soldé 2016

« O grito passarinho », Didier Labbé quartet Oiseau pour qui chantes-tu ?

Hermeto Pascoal, brûleur de chandelles par tous les bouts s’il en fut, musicien hors norme né au Brésil, concepteur de collages culturels les plus divers, free-jazzman à ses heures, patriarche d’une famille de musiciens venants d’horizons différents laisse un patrimoine en forme de montagne, un héritage qui attendait Didier Labbé et cet album « o grito de passarinho » pour revivre vivifié par les compositions du quartet.

Jazz : Didier Labbé

Leur musique fait écho à celle d’Hermeto comme à d’autres pour danser et faire bouger au son des saxophones, de la flûte de Didier Labbé, de l’accordéon de Grégory Daltin – qui s’est saisi de l’âme de cet art de vivre -, du tuba de Laurent Guitton – d’une légèreté étrange pour cet instrument à la lourdeur volontaire, habitué des graves, servant aussi de basse – et de la batterie, qui se transforme parfois en percussions d’ Alain Laspeyres. Danser, respirer dans la transe qui est la marque de cette création. Il faut faire exploser tous les codes pour aller au-delà de toute bienséance, retrouver le chant des oiseaux. La mémoire du jazz reste présente. Le batteur ne craint pas d’évoquer les grands orchestres. Il retrouve des rythmes des orchestres swing en les intégrant à la couleur de notre présent.

On se souvient de ces paroles de Johnny Mercer dans « Too Marvelous for Words » qui veut emprunter le chant des oiseaux pour dire son amour à cette aimée trop merveilleuse pour répondre à la définition des mots ou de Alice au pays de ses merveilles qui fraternise avec les animaux lorsqu’il n’ont pas de nom, un chemin qui se retrouve ici : les oiseaux sont sollicités pour dire la joie d’être ensemble, la fraternité retrouvée. La flûte de Didier Labbé dans « Passejada » l’exprime en emmêlant les références pour affirmer la possibilité d’unir toutes les influences au lieu qu’elles se fassent la guerre.

Nicolas Béniès.

, Klarthe Records distribué par Harmonia Mundi.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • « Rhapsodie », Gaëtan Nicot Quartet
    Les pianistes d’aujourd’hui sont soumis à des vents d’influence qui soufflent follement. Difficile de les ignorer. Tempêtes, orages que sont Bill Evans et Keith Jarrett en particulier ou les... Lire la suite (9 janvier)
  • « Intermezzo »
    Sarah Lancman avait défrayé la chronique avec un premier album. « Intermezzo », un titre adapté au deuxième album qu’elle signe, est une rencontre avec le pianiste Giovanni Mirabassi pour un répertoire... Lire la suite (8 janvier)
  • « Les disques de la Victoire, American Army V-Discs 1943-49 »
    Le 75e anniversaire du débarquement a suscité une débauche de manifestations pour glorifier la Libération. La musique a été oubliée de même qu’un travail de mémoire pourtant toujours utile. Plutôt que de... Lire la suite (Décembre 2019)
  •  Woody Herman, New York, Hollywood, Monterey
    La collection « Quintessence » dirigée par Alain Gerber (Frémeaux et associés) fait toujours la preuve d’un choix affiné dans la présentation d’un artiste partie prenante des mondes du jazz. La... Lire la suite (Décembre 2019)
  • Thomas Mayeras trio « Don’t Mention It »
    Un trio piano, Thomas Mayeras, contrebasse, Nicola Sabato – digne représentant de ses aînés, Ray Brown en particulier -, batterie, Germain Cornet – héritier du batteur Charles « Lolo » Bellonzi -, du... Lire la suite (Décembre 2019)