Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

Polar historique

« Occupe-toi d’Arletty », Jean-Pierre de Lucovich,

Comment retracer le Paris de l’Occupation ? Années de rationnement, de ratonnades et de déportation massive des Juifs et des Tsiganes ? Période aussi marquée par le succès de Django Reinhardt qui a échappé aux griffes du nazisme grâce à la fraternité du jazz comme celui du violoniste Michel Warlop. Moment aussi où la pègre se divise entre les collaborateurs qui forment la Milice avec, à sa tête, Henri Lafont et les autres devenus Résistants.

La vie de tous les jours échappent de temps en temps à la lourdeur de l’Occupation. Il faut bien continuer de travailler.

Jean-Pierre de Lucovich a choisi de mettre en scène un détective privé dans cette fin d’année 1941, Jérôme Dracéna ex policier et fils de flic, qui enquête sur des menaces de mort adressées à Arletty. Une porte d’entrée à la fois étrange et juste pour parler de cette époque étrange où les relations humaines apparaissent à l’envers ou enveloppées dans une ombre tellement immense qu’elle cache toute la lumière.

Polar : occupe toi d'arletty

Arletty est amoureuse d’un officier allemand, Karl von Sperlich au passé sulfureux qu’elle ne connaît pas. C’est du moins l’hypothèse de l’auteur. On ne fréquente pas les milieux du cinéma plutôt ceux des lieux de plaisir de l’immédiat avant guerre.

« Occupe-toi d’Arletty », demande le père du jeune détective, permet de fréquenter le cabaret à la mode de ces années là, le « One Two Two » où chante Suzy Solidor - que peindra Lampicka -, pour entendre aussi Léo Marjane et découvrir les débuts de la future Martine Carole pour faire oublier ses liaisons dangereuses qui aurait pu lui faire perdre sa chevelure.

De Lucovich brosse ce monde interlope, barbare et cupide sans alourdir l’enquête de développements moralisateurs. Mais on a quand même l’impression que son détective privé à un peu trop tendance à s’accommoder de l’air du temps.

Nicolas Béniès.

« Occupe-toi d’Arletty », Jean-Pierre de Lucovich, 10/18, collection Grands Détectives.

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • Jean d’Aillon
    Jean d’Aillon poursuit les chroniques d’Edward Holmes et Gower Watson inspirées par Conan Doyle – il faut reconnaître l’intrigue – et habillées par les descriptions de la situation politique et militaire... Lire la suite (8 janvier)
  • « Power », Michaël Mention, 10/18
    Les années 1960 sont des années de mort, l’assassinat de John Kennedy en 1963, celui de son frère Robert le 6 juin 1968 et entre, celui de Malcom X le 21 février 1965 et de Martin Luther King le 4... Lire la suite (7 janvier)
  • Redécouvrir James Baldwin. (1924-1987)
    James Baldwin est un peu oublié ces temps-ci. Une erreur. Ses romans, ses articles restent des repères essentiels pour appréhender les États-Unis d’aujourd’hui et d’hier. La question blanche, une... Lire la suite (Décembre 2019)
  • Dans la collection 10/18, Grands déctectives
    10/18 propose, dans la collection Grands Détectives : « Les premières enquêtes de Lizzie Martin », deux en l’occurrence : « Un intérêt particulier pour les morts » et « La curiosité est un pêché mortel... Lire la suite (Décembre 2019)
  • « Les variations de la citerne », Jan Wagner
    Le Père Noël n’est pas toujours nécessaire pour faire des cadeaux. Toutes les périodes de l’année sont propices. Par les temps qui courent – et vite – il est nécessaire de se référer plutôt à la Mère... Lire la suite (Décembre 2019)