Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Philippe Appietto et Nathalie Sauvegrain (France)

"Océane" Sortie en salles le 11 septembre 2013

Elle s’appelle Océane, elle a de faux airs d’une Lolita boudeuse. On la voit se faire éjecter d’une voiture sur une aire d’autoroute avec armes et bagages mais sans un sou en poche.

Celui qui va vers elle s’appelle Oliboy. Il est musicien underground, de vingt ans son aîné, complètement déjanté mais brave type.

Il l’emmène avec lui en direction d’un camping au bord de l’Atlantique où il lui dresse une tente.

Dans ce camping, tout le monde se connaît. C’est le Q.G. d’Oliboy et de pas mal d’autres habitués, pendant la saison d’été.

De là, Oliboy qui est localement connu, rayonne et donne des concerts.

Il initie Océane à la régie et l’embauche.

"Le pin sec" est le lieu de rendez-vous de toute une faune, de musicos, de personnages border-line, tous en représentation et hauts en couleurs.

Philippe Appietto et Nathalie Sauvegrain dont "Océane" est le premier long métrage, réalisent un film touffu, un peu foutraque mais dense et qui, malgré la présence de personnages un peu "systématiquement singuliers", suit une ligne narrative crédible, un récit éclaté desquels se dégage un climat de réelle solidarité, de respect et d’humanité.

Le personnage d’Oliboy résume à lui seul le film. Ses dérapages, son comportement provocateur sont à la surface. Alors qu’un peu plus profondément, c’est un être consistant, généreux, sensible.

Est-il toujours, la quarantaine passée, à la recherche de son image ou bien sa philosophie de la vie l’amène-t-elle à pousser toujours plus loin son étiquette de marginal ?

Face à lui, Océane est représentative d’une jeunesse douloureuse et tâtonnante qui trouve dans cette atmosphère estivale et chaleureuse, autour du décor éphémère d’une buvette dressée sur le sable, une échappatoire aux problèmes qui la hantent, une famille qu’elle a désertée tout en lui restant, au fond d’elle-même, très attachée.

"Océane" est un film coloré, musical, trépidant, optimiste et pathétique à la fois, duquel se dégage une humanité qui, pour être marginale, n’en est pas moins palpable.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « La femme qui s’est enfuie »
    Seule pour la première fois depuis des années de vie conjugale au cours desquelles elle n’a jamais été séparée de son mari, Garrihee désemparée, va rendre visite à trois de ses anciennes amies. Alors... Lire la suite (28 septembre)
  • « Josep »
    Lorsqu’Aurel, dessinateur de presse, découvre le récit de Georges Bartoli sur la Retirada, illustré par des dessins de son oncle Josep, il est si impressionné par la force du trait qu’il désire faire... Lire la suite (28 septembre)
  • « Les héros ne meurent jamais »
    Par hasard, dans une rue de Paris, un inconnu croit reconnaître en Joachim un soldat mort en Bosnie le 21 août 1983. Or le 21 août 1983 est la date de naissance de Joachim. De plus en plus... Lire la suite (28 septembre)
  • « A cœur battant »
    Julie et Yuval était un couple comme un autre, amoureux, parents d’un beau bébé et vivant à Paris. Mais du jour au lendemain, ils se retrouvent face à la nécessité de vivre séparés. On propose à Yuval... Lire la suite (27 septembre)
  • « Ailleurs »
    Sans doute à le suite d’un accident, un garçon se retrouve suspendu, accroché à la branche d’un arbre par les sangles de son parachute. Délivré de cette posture, il se retrouve seul à tenter de trouver... Lire la suite (23 septembre)