Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Luc Decaster (France)

"On est là !" Sortie en salles le 16 mai 2012

Début de l’été 2009, vingt-quatre travailleurs maliens et mauritaniens employés, ou récemment licenciés, de la société de nettoyage "Clean Multiservices" occupent les locaux de l’entreprise.
Leur condition de sans-papiers ayant permis à la société de procéder à des licenciements abusifs, ils demandent la régularisation de leur situation et la preuve que le directeur a bien déposé des dossiers auprès de la Préfecture, dans cette perspective.
Ce sont Bakary arrivé en France en 2001, licencié sans préavis après une année chez "Clean".
Moussa, malien, études de droit à Bamako, évincé de l’entreprise sans avoir reçu les sommes dues. Ethassen, né en Mauritanie, diplômé en géologie, qui multiplie les emplois non déclarés entre autres chez "Clean". Fodié qui, après quatre années chez "Clean" n’a jamais pu obtenir le moindre congé payé…
Et tous ceux qui, sur les conseils de Jérôme, un syndicaliste de "Solidaires", se regroupent autour de Bakary avant de contacter le collectif de soutien des sans-papiers d’Argenteuil.

C’est ainsi qu’un matin, douze hommes déterminés pénètrent dans les locaux de l’entreprise avec, derrière eux, des membres du Collectif de soutien et trois femmes de nationalité française qui, avec l’appui d’un retraité CGT, ont réussi à entamer une procédure au Conseil des prud’hommes.

Ils exigent la réintégration des licenciés, le paiement des heures supplémentaires "oubliées", l’arrêt des discriminations envers les travailleurs étrangers et les femmes, la récupération des préjudices subis pendant des années et des CDI pour ceux qui ont travaillé plus d’un an dans l’entreprise.
Le Directeur tente de faire traîner les choses sans doute dans le but de voir pourrir la situation et lorsque, face à la détermination de ces hommes et ces femmes, il est acculé à les recevoir, il met en avant les difficultés financières de l’entreprise et la menace de fermeture de "Clean Multiservices" qui pourrait priver d’emploi, soixante-dix salariés.
"On est là" a été tourné au cours de l’été 2009, quelques mois avant l’appel du 12 octobre lancé à l’initiative de onze organisations syndicales et associatives, qui a rassemblé près de 6000 salariés en quelques semaines.
Ce mouvement de grève sensibilise une partie de l’opinion à l’égard de ces travailleurs de l’ombre qui participent à l’économie de secteurs essentiels du pays : le bâtiment, le nettoyage, la restauration, la sécurité ou l’aide à domicile.
Et c’est grâce à ces actions que les employeurs qui avaient embauché ces hommes pour leur défaut de papiers, vont devoir devenir les acteurs potentiels de la régularisation de leurs salariés.
La caméra de Luc Decaster est patiente. Elle filme ces hommes dans les moments forts du combat, mais aussi dans les moments de doute, dans les moments où la législation, les stratégies de lenteur et de pourrissement submergent les occupants. Les visages tantôt inquiets, tantôt rieurs sont ceux d’hommes qui n’ont rien à perdre, qui ont choisi la lutte dans la solidarité plutôt que la soumission où on voulait les immobiliser.
Un bel exemple de lutte et de ténacité en dépit des obstacles et des handicaps.
A voir et à montrer.
Francis Dubois


Le réalisateur, à qui on doit d’autres documents importants sur les luttes sociales, tournés de manière assez inhabituelle, en donnant à voir et réfléchir, sans commentaires ni volonté d’imposer une lecture dominante du sujet.. tel "Réve d’usine" il y a presque 10 ans, n’hésite pas à se déplacer pour un débat autour de son film, dont le titre est lui même très riche car reprenant une expression maintes fois employées par les personne filmées ("on est là" au sens de "nous, qu’est ce qu’on fait maintenant... alors que le patron lui n’est pas là...), mais aussi bien sûr symbolique de l’importance du travail de salariés pour notre pays dont le patronat et le gouvernement Sarkozy furent abominablement peu reconnaissants... (contacter la distribution : Zeugma Films au 01 43 87 00 54 / distribution@zeugma-films.fr). Luc Decaster, qui participa récemment aux grands débats du Festival "Cinéma du réel" (voir en rubrique "Festivals) a aussi beaucoup à dire sur le cinéma documentaire et les difficultés actuelles du cinéma faisant oeuvre créative... Philippe Laville

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Roads »
    Gyllen est un garçon de tout juste dix-huit ans, originaire de Londres, parti avec sa famille pour des vacances au Maroc. On ne saura pas très bien les raisons pour lesquelles il décide de fausser... Lire la suite (16 juillet)
  • « Her smell »
    Bercky Something est une superstar du rock des années 90 qui a rempli les stades avec son Girls band : « Something She » Lorsque ses excès, ses caprices de vedette adulée finissent par mettre en... Lire la suite (15 juillet)
  • « Persona non grata »
    José Nunes et Maxime Charasse sont des amis de longue date et associés minoritaires dans une entreprise de BTP momentanément en difficulté. Face à la nécessité de protéger leurs intérêts, ils décident... Lire la suite (14 juillet)
  • « L’oeuvre sans auteur »
    A Dresde, en juillet 1937, un enfant, Kurt Barnet visite avec sa tante Elisabeth l’exposition sur « l’art dégénéré » organisée par le régime nazi pour lesquels les représentants notables sont entre autres... Lire la suite (14 juillet)
  • « Le voyage de Marta »
    Marta que son père à invitée avec son jeune frère pour des vacances au Sénégal dans un complexe touristique avec excursions et animations, s’ennuie ferme mais prend son mal en patience. Elle traîne sa... Lire la suite (13 juillet)