Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film documentaire de Carmen Castillo (France – Belgique)

"On est vivants" Sortie en salles le 29 avril 2015

"Jusqu’où faut-il accepter le monde tel qu’il" ? "A partir de quand faut-il le refuser et s’insurger ?" Faut-il y consacrer, un moment, des années, une vie ?"

Une réponse à chacune de ces questions est devenue une urgence pour la documentariste Carmen Castillo au moment de la mort de son ami et compagnon de lutte, Daniel Bensaïd..

On peut ajouter d’autres interrogations :"De quoi est fait l’engagement politique aujourd’hui ?" "Est-il possible d’infléchir le cours fatal du monde ?"

Carmen Castillo, historienne de formation, est née à Santiago du Chili. Elle rencontre Daniel Bensaïd en 1975 sans qui elle n’aurait pas pu passer de "la survie à l’existence".

Celui-ci, issu d’une famille de juifs pauvres d’Oran, formé aux jeunesses communistes, devenu professeur de philosophie, milite depuis l’adolescence et restera toute sa vie investi avec la même force dans le mouvement anticolonialiste, anti-impérialiste et anticapitaliste.

"Résister, c’est résister à l’irrésistible" cette phrase qu’il aimait à citer correspond-elle à l’engagement, aujourd’hui ?

Cinéma : on est vivants

Partant de mai 1968 et des noms qui sont liés à cette période, Alain Krivine, Daniel Cohn Bendit et Daniel Bensaïd, Carmen Castillo entreprend un voyage avec de nombreux points de destination.

Pour ce périple pour la liberté et la justice, elle se tourne surtout vers la France et l’Amérique Latine, ses deux lieux de vie.

Au Mexique, elle rencontre le sous-commandant Marcos, mais elle a également envie de partager les expériences des Sans Terre au Brésil, un mouvement de lutte qui existe depuis trente ans et qui a permis aux paysans de vivre une vraie vie. En Bolivie, l’élection d’Evo Morales, après des luttes souvent violentes s’est soldée par un combat victorieux.

En France, la ténacité à lutter des "sans", (sans papiers, sans logement, sans protection sociale, sans garantie de travail…) à s’élever contre les injustices, les abus, une exploitation scandaleuse des plus démunis, l’a conduite à les approcher, de la même façon qu’elle a approché les militants au sein d’associations qui fournissent un travail de fourmi, nourris de la conviction que tout acte est politique.

Ce sont les révoltes des banlieues de 2005 qui l’ont amenée, après les événements, dans les Quartiers Nord de Marseille où rien ne s’était produit.

Elle y rencontre Fadela, Fatima, Karima. Elles appartiennent à un collectif qui agit dans les quartiers pour arrêter le cycle de la violence et agiter le chiffon rouge des trafics, drogues, armes.

Ces femmes qui agissent dans des organismes d’aide sociale ou d’éducation représentent sont, pour Carmen Castillo les héroïnes de notre temps.

Elle donne également à entendre le DAL une association qui, avec les réquisitions d’appartements libres, tente de rendre légitime une démarche illégale.

C’est après avoir visionné l’assemblée générale de fin de grève des retraites à la raffinerie Total de Donges, qu’elle rencontre Christophe, délégué CGT qui, avec sa réflexion : "il y a des défaites qui ont le goût de victoire" résume peut être l’état du syndicalisme en France dans cette deuxième décennie de notre vingt et unième siècle.

Cet optimisme aux seins de turbulences sociales rejoint Daniel Bensaïd quand il disait que "militer était le contraire d’une passion triste".

Tous ceux qui apparaissent dans la seconde partie du film de Carmen Castillo font preuve d’une "joyeuse mélancolie". Mais mélancolie tout de même.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)