Actualité théâtrale

Jusqu’au 19 octobre au Théâtre du Rond Point, partenaire Réduc’Snes

« Open-space » Mathilda May

Mathilda May, chanteuse, danseuse, comédienne et musicienne se met à la mise en scène et nous entraîne dans le monde de l’entreprise, dans ces bureaux ouverts où tout le monde voit tout le monde en permanence, où s’épanouissent les romances, les amitiés et les petites jalousies, où la résignation côtoie l’ambition. Ici pas de jugement, pas de discours critique mais de l’observation, du ressenti, pas de paroles, juste des borborygmes et surtout des sons, des sonneries de téléphone, des bruits de claviers d’ordinateurs, des talons aiguilles qui claquent, une machine à café qui s’emballe.

Face à nous le décor de cet open-space : six postes de travail, des armoires contre les murs où s’empilent les dossiers, d’un côté un fumoir vitré, bien trop petit comme toujours, où s’entassent les fumeurs, de l’autre la machine à café et au fond de la scène un ascenseur. Entre gestes répétitifs, crises de rires et éclats de voix, des personnalités se révèlent. Il y a la pin-up qui essaie d’attirer l’attention du patron survolté, téléphone greffé au bout des doigts, le play-boy aux dents longues, autour duquel tournent toutes les femmes du bureau, sans succès d’ailleurs, puisque c’est dans les bras du réparateur de la machine à café qu’il va tomber ! Il y a l’homme transparent, qui fait mine de se suicider dans l’indifférence générale, il y a celui qui est sur la touche et auquel on n’a confié qu’un minitel, la femme complexée et celle qui survit grâce à l’alcool. L’impression que dans ces grands espaces ouverts les mots deviennent inaudibles pour ne laisser place qu’aux bruits et au langage des corps s’impose.

C’est un peu long (une heure et demie), mais il y a un humour ravageur. L’observation est fine, précise et Mathilda May a su saisir tout l’humour de cet open-space, de la femme de ménage qui officie avant le début de la pièce, jette dans un tiroir, après quelques hésitations, un dossier qui traînait, à l’arrivée des employés qui s’installent, baillent, se mouchent. Il y a un combat de boxe, un gospel, une pole dance ! On glisse de la réalité aux rêves et aux fantasmes. Il y a du rythme, de la musique, de la danse. C’est avec leur corps et avec les bruits du bureau et de l’environnement - les avions qui passent, la chasse d’eau - que les comédiens, sans avoir besoin de mots, nous racontent la journée de travail et les rapports qu’ils ont entre eux. Leurs déplacements sont chorégraphiés avec une précision étonnante et ils sont tous excellents. On pense aux Deschiens et à Tati, on rit beaucoup et on en redemande !

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 15h

Théâtre du Rond-Point

2 bis avenue Franklin D. Roosevelt, 75008 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Molly S. »
    Molly S. est devenue aveugle à l’âge de dix mois. Elle est massothérapeute, son mari bricole entre chômage et missions humanitaires. Il a entendu parler d’un ophtalmologue brillant qui, probablement... Lire la suite (20 novembre)
  • « Les Mille et Une Nuits »
    Guillaume Vincent aime les contes et les mythes. Il l’avait déjà prouvé avec Songes et Métamorphoses où il explorait les Métamorphoses d’Ovide. Rien d’étonnant donc à ce qu’il se penche sur Les... Lire la suite (19 novembre)
  • "Motobécane"
    "Motobécane" est repris du 3 novembre au 30 décembre (sauf les 24 et 25 décembre) Novembre : les dimanches à 17h30 et les lundis à 19h Décembre : lundis et mardis à 19h, mercredis à 21h15,... Lire la suite (16 novembre)
  • « Waynak »
    Les plus vieux d’entre nous avaient rêvé d’un monde sans guerre. Pourtant elle était toujours là, mais plus loin. Et puis maintenant elle n’est plus loin, juste de l’autre côté de la Méditerranée. Les... Lire la suite (16 novembre)
  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)