Actualité théâtrale

Jusqu’au 22 avril au Théâtre du Rond-Point

« Opéraporno »

Cela s’annonçait bien, un week-end en famille à la campagne dans une petite bicoque dans la forêt au bord d’un étang. Mais c’était sans compter une grand-mère que l’on enferme par mégarde dans la voiture, une belle-mère très obsédée par le sexe, un père jaloux et maladroit et un beau-fils dévoré sans trêve et sans répit de désirs irrépressibles. Et la partie de campagne se transforme en tempête de tromperies, à tous les sens du terme, sexe à gogo et scatologie. Tous les tabous sont fracassés, inceste, gérontophilie, sodomie, utilisation de godemichés de toutes tailles et de toutes couleurs, tout cela en une joyeuse et farfelue bacchanale.

Jean-Michel Ribes, directeur du Rond-Point dit avoir voulu apporter sa petite pierre à la condamnation des prédateurs sexuels, mais différente du discours habituel. Il dit avoir voulu avec l’équipe du Rond-Point « laver l’honneur de tous les amoureux non transis, des esthètes du plaisir, des hédonistes bien coiffés, que l’on ne pourra jamais confondre avec ces machistes odieux démasqués par la parole féminine enfin libérée ». Il a donc donné carte blanche au duo Pierre Guillois (qui nous avait fait beaucoup rire déjà au Rond-Point dans Le gros, la vache et le mainate) pour le texte et la mise en scène et à Nicolas Ducloux pour la partition musicale. Ce dernier dit avoir toujours trouvé quelque chose d’érotique dans la vision des bouches grandes ouvertes des chanteurs, surtout des chanteuses, d’opéra ! Va donc pour un opéra bouffe mais où le pornographique serait assumé. Ne vous attendez pas à quelque chose qui ressemble au porno du samedi soir. Tout est dans la parole et les situations mais là les deux compères n’hésitent pas ! Les personnages se trouvent emportés dans un imbroglio d’accidents plus loufoques les uns que les autres qui, avec l’imagination qui les caractérise, les ramènent toujours aux ébats érotiques les plus débridés avec avalanche de quiproquos et d’erreurs sur le partenaire.

La partition de Nicolas Ducloux mêle opérette, jazz et variété. Le texte de Pierre Guillois ne craint pas les mots ni les situations très crues et n’hésite pas à flirter avec la vulgarité. L’accumulation encourage le rire et les acteurs-chanteurs semblent beaucoup s’amuser. Lara Neumann met sa jolie voix de soprano au service d’une belle-mère très chatte en chaleur. Flannan Obé incarne le fils adolescent toujours prêt ! Enfin Jean-Paul Muel est hilarant en belle-mère qui ne craint rien dans ce domaine.

Réservé aux adultes dit l’affiche. Il faut ajouter à ceux qui aiment le cinéma burlesque et qui n’ont pas le sexe triste.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 15h, relâche les lundis, le 25 mars, les 1er et 3 avril

Théâtre du Rond-Point

2 bis avenue Franklin D. Roosevelt, 75008 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Comparution immédiate II : une loterie nationale ? »
    Plusieurs pièces se sont attachées ces derniers mois au spectacle des prétoires. Ce qui s’y passe ressemble souvent à du théâtre, les prévenus comme les avocats, le procureur et les juges se mettant en... Lire la suite (21 janvier)
  • « Le reste vous le connaissez par le cinéma »
    Présentée en juillet dernier au festival d’Avignon, cette version contemporaine des Phéniciennes d’Euripide, écrite par l’auteur britannique Martin Crimp et mise en scène par Daniel Jeanneteau, est... Lire la suite (20 janvier)
  • « Une histoire d’amour »
    Justine sort d’une histoire d’amour avec un garçon et tombe amoureuse de Katia, un amour brûlant. Justine veut un enfant, Katia trop blessée par la vie est très réticente. L’enthousiasme de Justine... Lire la suite (19 janvier)
  • « Dépendances »
    Deux frères, Henri et Tobias se retrouvent dans un appartement vide et un peu délabré qui fut celui de leur famille. Ils attendent leur frère Carl, qui comme d’habitude est en retard, pour décider de... Lire la suite (18 janvier)
  • « Un conte de Noël »
    La metteuse en scène Julie Deliquet a fait des études de cinéma et s’est toujours intéressée au rapport entre théâtre et cinéma, comme elle l’avait si bien montré avec Fanny et Alexandre créé l’an passé... Lire la suite (17 janvier)