Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

Côté polar

« Opération Fleming », Mitch Silver Une mise en abyme

Mitch Miller, pour son premier roman, a fait appel à une autre personnalité, Ian Fleming pour cette « Opération Fleming » qui mérite bien son titre, à la fois pour la référence à cet auteur connu et pour la manière de mener l’intrigue. Pour mémoire, cet ancien agent secret de Sa Gracieuse Majesté est l’auteur de la série des James Bond, inspiré, comme ceux de Gérard de Villiers, par l’actualité. Les personnages transposés sur l’écran donnent l’impression d’être des marionnettes dans un environnement souvent abstrait alors que ceux de Fleming sont vivants sauf « Bond, James Bond », un alcoolique invétéré suivant les dernières recherches.

Fleming fut donc aussi un officier des forces navales britanniques et un peu espion plutôt à la mode John Le Carré.

Cette double carrière, d’écrivain à succès et d’espion, a donné à l’auteur son point de départ. Il écrit donc à la Fleming une histoire pas aussi abracadabrante qu’il le semble sur les relations d’Édouard VII (celui qui a démissionné de son poste de Roi et deviendra Prince de Galles) et de Hitler. L’auteur part donc d’un manuscrit que Fleming aurait laissé, dans un coffre d’une banque irlandaise – en faillite en cette année 2007, année de publication de ce roman aux États-Unis – qu’il a légué à la fille d’un de ses compagnons de voyage, « Chief », Amy Greenberg, une historienne spécialiste du Moyen-Age. Elle sera poursuivie, menacée de mort pour posséder ce document qui fut compromettant.

Un mélange d’histoires vraies, vraisemblables et inventées. Le dessin de la famille royale est noir. Le Prince Philip, qu’on ne sort pas, est lui aussi soupçonné de sympathies fascistes et le parrain de Fleming, Winston Churchill, cherche à combattre cette volonté de laisser la Grande-Bretagne aux nazis.

Tout se synthétise sur la récupération d’un bout de papier prouvant l’existence de cette collaboration.

Passent ici les affaires d’espionnage des années 60, l’affaire Profumo, les espions soviétiques infiltrés dans les plus hautes sphères de l’administration britannique et le portrait qui retient l’attention d’Anthony Blunt.

En prime deux portraits, celui de Charles Bedaux – l’inventeur du système qui porte son nom, ancêtre de l’intensification du travail -, collaborateur notoire, de nationalité états-unienne et celui, superbe il faut le dire, de Wallis Simpson, épouse du Prince de Galles.

Au total, le plaisir est total à la lecture du faux manuscrit mais on croit à peine à la poursuite endiablée. Pourquoi diable vouloir récupérer cette enquête alors que quasiment – à l’exception de Philip – tous les protagonistes sont morts ? L’auteur ne présente pas de raisons rationnelles sinon celles qui tiennent à la mort de Lady D…

Nicolas Béniès.

« Opération Fleming », Mitch Silver, 10/18 .

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • « Sakari traverse les nuages », Jan Costin Wagner
    Jan Costin Wagner signe avec « Sakari traverse les nuages », un poème noir des tares de nos sociétés incapables de rêver, d’imaginer, d’aller voir ailleurs pour prendre de la distance par rapport à un... Lire la suite (13 novembre)
  • Deux polars ayant Boston pour cadre
    Thomas O’Malley et Douglas Graham Purdy font revivre le Boston des années cinquante via deux losers, Dante Cooper et Cal O’Brien. Dans le premier opus, « Les morsures du froid », les présentations... Lire la suite (13 novembre)
  • « Menaces sur le roi »
    Jean D’Aillon est un créateur de série. Celle des aventures de Louis Fronsac, notaire au départ, se situe au « siècle de Louis XIV » pour dresser un portrait de ce roi que l’on soupçonne d’être un... Lire la suite (12 novembre)
  • Chic, c’est la rentrée !
    La rentrée littéraire, comme à l’habitude, se remplit de romans , d’essais, de BD et de polars pourtant, paraît-il, un peu moins nombreux que l’an dernier. Plus de 530 romans tout de même. Et on dit le... Lire la suite (21 octobre)
  • « De Motu », Evan Parker
    Evan Parker, saxophoniste ténor et soprano tenant de l’improvisation libre raconte son parcours – de Paul Desmond à John Stevens en passant par John Coltrane - dans « De Motu ». Le parcours de sa... Lire la suite (20 octobre)