Actualité théâtrale

Du 10 janvier au 5 février au Théâtre de l’Aquarium

« Orchestre Titanic » Partenaire Réduc’Snes

Quatre paumés, un ex-chef d’orchestre et son amie, un ex-cheminot et un ex-montreur d’ours, sur le quai d’une gare désaffectée, attendent l’arrêt hypothétique d’un train qui les emmènerait ailleurs, loin des tentes et de la benne à ordures qui leur servent d’abris. Tout en buvant les fonds de bouteilles que les passagers des trains jettent par la fenêtre, quand ils ne les assomment pas avec, ils espèrent. Et quand surgit, venu de nulle part, le magicien Hari Houdini, ils se retrouvent encore plus perdus et ils ne savent plus ni où ils sont, ni qui ils sont, ni où ils vont. L’arrivée du magicien trouble un peu la direction prise au début et nous entraîne dans une dimension plus absurde.

Théâtre : orchestre Titanic

C’est le dramaturge bulgare Hristo Boytchev qui a imaginé ce quatuor façon Marx Brothers, burlesque, déjanté, asocial, des ivrognes invétérés oubliés dans un lieu désolé, qui regardent passer le progrès et la richesse. On pense à Beckett et ses personnages qui attendent Godot. Eux aussi attendent, ils sortent en courant de leur tente ou de la benne à ordure et se préparent valise à la main chaque fois qu’un train s’annonce. Mais quand un train finit par s’arrêter, l’illusionniste qui en débarque ne leur apporte aucun progrès. Au contraire il fait vaciller leurs maigres certitudes.

Philippe Lanton a placé les personnages dans un décor de no man’s land jonché d’ordures, où ne manque pas le caddy de supermarché rempli de bouteilles vides. Méto l’ex-chef d’orchestre (Philippe Dormoy), qui se dit aussi diplômé de philosophie, organise l’assaut du train espéré avec un esprit de chef. Bernard Bloch est Louko, le cheminot qui imagine le trajet des trains qui passent, qui sillonneront l’Europe jusqu’à Vancouver, San Francisco et New York ! Celui que l’on retient surtout c’est Doko, qui pleure son ourse, une ourse qui est morte d’amour pour lui affirme-t-il, tandis que Méto lui assène qu’elle est morte de faim parce qu’il préférait s’acheter à boire plutôt que de lui acheter à manger. Christian Pageault fait de Doko un homme profondément émouvant, attaché à l’ourse qui a partagé sa vie, qui se désespère de rester seul, qui subit et ne comprend plus rien à cette vie.

On est dans le burlesque, mais en même temps ces personnages posent des questions existentielles bien réelles. La pièce est originale et mérite d’être découverte.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 16h

Théâtre de l’Aquarium

Cartoucherie

Route du Champ-de-Manœuvre, 75012 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 74 99 61

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Dom Juan ou le festin de pierre »
    Une adaptation du mythe de Don Juan et du texte de Molière d’une originalité et d’une force qui éveillent la réflexion et l’émotion. Même si Don Juan est un séducteur habile, il est loin de n’être que... Lire la suite (23 janvier)
  • « Comparution immédiate II : une loterie nationale ? »
    Plusieurs pièces se sont attachées ces derniers mois au spectacle des prétoires. Ce qui s’y passe ressemble souvent à du théâtre, les prévenus comme les avocats, le procureur et les juges se mettant en... Lire la suite (21 janvier)
  • « Le reste vous le connaissez par le cinéma »
    Présentée en juillet dernier au festival d’Avignon, cette version contemporaine des Phéniciennes d’Euripide, écrite par l’auteur britannique Martin Crimp et mise en scène par Daniel Jeanneteau, est... Lire la suite (20 janvier)
  • « Une histoire d’amour »
    Justine sort d’une histoire d’amour avec un garçon et tombe amoureuse de Katia, un amour brûlant. Justine veut un enfant, Katia trop blessée par la vie est très réticente. L’enthousiasme de Justine... Lire la suite (19 janvier)
  • « Dépendances »
    Deux frères, Henri et Tobias se retrouvent dans un appartement vide et un peu délabré qui fut celui de leur famille. Ils attendent leur frère Carl, qui comme d’habitude est en retard, pour décider de... Lire la suite (18 janvier)