Actualité théâtrale

Au Théâtre du Rond-Point jusqu’au 2 juillet 2011

"Orgueil, poursuite et décapitation" de Marion Aubert mise en scène Marion Guerrero

"Orgueil, poursuite et décapitation", sous titré "Comédie hystérique et familiale", est un spectacle qui ne ménage personne du cercle de la famille. Des personnages peu aimables expriment leurs frustrations, leur amertume, leur vulgarité à travers les moments d’un quotidien barbare qui laisse peu de place à quelque espoir.

Photo Giovanni Cittadini Cesi

Chacun des membres de la famille à son tour, se lance dans un imaginaire débridé, outrancier, vindicatif. Le texte ponctué d’injures et d’obscénités ne laisse de place ni au respect ni à la morale. Pourquoi pas ? On peut construire de très bonnes choses avec des mauvais sentiments !
Une mère prend le public à témoin pour dire pis que pendre de sa bru qui lui a ravi un fils à qui elle porte un amour débordant. Le père, lui, est une chiffe molle qui se complaît dans la vulgarité et dans le propos de caniveau.
Que le texte n’épargne personne, qu’il soit grossier, insultant et méprisant est le choix de Marion Aubert. Mais elle aurait peut-être gagné à ne pas laisser trop libre cours à sa plume parfois excessive.
Car, à lâcher les vannes, elle n’évite par les deux écueils qui menaçaient, celui d’une écriture trop relâchée qui finit par déboucher sur une construction générale flottante.
Ses comédiens, du coup, sont mis à rude épreuve. Certains d’entre eux se cassent le nez au moment d’exprimer l’extrême méchanceté ou l’extrême vulgarité.
D’autres s’en tirent avec brio. Mais il faut, pour rattraper le coup, tout le savoir faire et la finesse d’Elizabeth Mazev qui donne un numéro désopilant de belle-mère acariâtre ou celui de Thomas Blanchard qui abonde dans le cliché et joue un enfant attardé de façon frontale.
La présence de l’auteur sur scène au milieu de ses comédiens qui la prennent à parti était une bonne idée. Mais elle est ici non aboutie…
Néanmoins, le spectacle se laisse voir, relevé par quelques moments réussis. On ne doit pas oublier que Marion Aubert, il y a quelques années, nous avait ravis avec "Les Histrions" sur le plateau de la Colline.
Francis Dubois

Théâtre du Rond-Point
2 bis Avenue Franklin Roosevelt 75 008 Paris
Du mardi au samedi à 21h Dimanche à 15h. Relâche le lundi.
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21 / www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Adishatz /Adieu »
    Jonathan Capdevielle apparaît seul sur scène et entonne à capella avec son timbre de haute-contre les tubes de Madonna ou, avec l’accent de Tarbes, des chansons de Francis Cabrel, des chants... Lire la suite (18 décembre)
  • A propos des "3 sœurs" et du théâtre à deux vitesses
    Les « Trois sœurs » qu’on peut voir encore jusqu’au 22 décembre à l’Odéon Théâtre de l’Europe a été diversement accueilli. Il y ceux qui ont encensé le spectacle (voir la critique de Micheline Rousselet,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Rémi Larrousse, Songes d’un illusionniste »
    Nous rêvons tous. Que nous révèlent nos rêves ? Cauchemars ou fantasmes, que signifient-ils ? Pour certains ils sont prémonitoires, d’autres y voient le rappel d’un passé oublié ou enfoui. Rémi... Lire la suite (14 décembre)
  • « Cap au pire »
    Cap au pire est l’un des derniers textes écrits par Beckett, un texte écrit en anglais et qu’il ne s’était pas résigné à traduire comme s’il avait hésité à se relancer dans ce dédale, un texte destiné à... Lire la suite (13 décembre)
  • « Probablement les Bahamas » de Martin Crimp
    Milly et Franck savourent le confort de leur cottage où s’annonce pour eux une retraite paisible. Ils ont même à leurs côtés pour faire barrage à leur solitude, la présence rassurante d’une étudiante... Lire la suite (13 décembre)