Actualité théâtrale

Au Théâtre 13 - partenaire Réduc’snes, jusqu’au 16 octobre

"Ossyane" D’après Amin Maalouf mise en scène de Grégoire Cuvier

"Ossyane" est l’adaptation d’une œuvre de Amin Maalouf "Les Echelles du Levant" publié en 1996. Né à Beyrouth, Amin Maalouf fut grand reporter pendant douze ans, avant de devenir le rédacteur en chef de la revue "Jeune Afrique".

Photo Christophe Henry

"Léon, l’Africain" en 1983 le révèle au grand public. Il obtient le Prix Goncourt en 1993 pour son roman "Le rocher de Tanios".
"Ossyane" du nom de son personnage principal, est à la fois une fresque historique qui traverse les grands drames du XXème siècle en Europe et au Proche-Orient, et une foisonnante saga familiale.
Du génocide arménien sous l’Empire Ottoman à la France occupée, du régime de Vichy en passant par l’embrasement du conflit israélo-palestinien et la guerre civile au Liban, trois générations d’hommes et de femmes qui se sont fixés comme objectif de combattre la haine luttent activement et tentent de rester solidaires dans leur action.
Ossyane est parmi eux une sorte de sage, intègre et déterminé, considéré comme un héros de la France occupée. Mais sa rencontre avec Clara, une jeune juive croisée dans les réseaux clandestins de la résistance française, que d’autres événements tiendront éloignée de lui modifiera son tracé de vie. La séparation d’avec Nadia, leur fille, finira par avoir raison de lui.
Il plongera dans la folie, passera trente années dans un hôpital psychiatrique avant d’être sauvé par l’intervention d’un ancien camarade de combat.
Grégoire Cuvier joue, dans les premiers deux tiers de sa mise en scène, sur un rythme qui jongle merveilleusement avec les ellipses, les transformations des personnages, les modifications à vue. Les événements se succèdent à un rythme effréné en conservant au récit toute sa limpidité.
On peut regretter, dans le dernier tiers de la pièce, avec le glissement vers la folie du personnage, la perte de sa maîtrise. La mise en scène change radicalement d’orientation et des scènes d’agitation excessive viennent nuancer notre plaisir de spectateur.
A cette réserve près, "Ossyane" est à mettre à l’actif des bons spectacles que propose souvent le Théâtre 13.
Francis Dubois

Théâtre 13
103 A boulevard Auguste Blanqui - 75013 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 88 62 22

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Sois un homme »
    Qu’est-ce qu’être une femme ? La question a beaucoup interrogé écrivain.e.s et philosophes depuis déjà un certain temps. Mais s’agissant des hommes, elle apparaît plus originale tant des siècles de... Lire la suite (17 mars)
  • « Illusions perdues »
    Après ses brillantes adaptations d’Homère ( Iliade puis Odyssée ) et de Chanson douce de Leïla Slimani, Pauline Bayle s’est lancé dans l’adaptation du roman de Balzac. C’est au fonctionnement du... Lire la suite (17 mars)
  • « L’éveil du printemps »
    La pièce de Franck Wedekind fit scandale a son époque (1890) et fut interdite de longues années pour pornographie. Elle offrait un regard osé sur la jeunesse, défendait le désir adolescent et pointait... Lire la suite (16 mars)
  • « Médéa mountains »
    Alima Hamel, la jeune poétesse, musicienne et chanteuse d’origine algérienne évoque ici son histoire personnelle. Elle se souvient du bonheur des vacances familiales quand elle quittait Nantes avec... Lire la suite (12 mars)
  • « Le pays lointain (Un arrangement) »
    C’est l’ultime pièce de Jean-Luc Lagarce mort à 38 ans, en 1995, quelques jours après l’avoir terminée. On y retrouve le thème du retour de l’enfant prodigue parmi les siens. Louis revient, au pays... Lire la suite (11 mars)