Actualité théâtrale

24 et 25 novembre au Théâtre Daunou et en tournée en Picardie en novembre

« Où donc est tombée ma jeunesse… »

Des poèmes pour rappeler le souvenir de la guerre de 1914-1918, c’est le choix de ce spectacle franco-britannique produit par la Comédie de Picardie et qui sera présenté au printemps au Festival de Brighton et à l’Institut français de Londres. Ces poèmes sont issus de l’anthologie réalisée par Jacques Béal, qui a choisi de donner la préférence non aux poèmes exaltant le patriotisme et la haine de l’ennemi, mais à ceux qui disent le froid, la boue, les « bords de tranchée qui s’éboulent et coulent ». Ils disent l’ennui de l’attente dans les tranchées (Henry Poulaille), l’impression d’y perdre inutilement sa vie et sa jeunesse et le souvenir du corps de l’aimée (Apollinaire). Il y a le quotidien, les « nègres » qui refusent de se mettre nus sous la douche (Jean Cocteau), la peur des gaz et de la mort horrible, où l’on expire enfoui sous la terre ou abandonné dans la boue.
Théâtre : "où donc est tombée ma jeunesse"
Pour mettre en scène ces poèmes, Jean-Luc Revol a choisi de faire alterner les mots et la musique, une musique d’époque interprétée par des musiciens et un ténor anglais (Edmund Hastings), vêtu de l’habit bleu horizon. On peut regretter le côté trop systématique de l’alternance musique-poème, d’autant plus que la partie musicale n’est pas à la hauteur des poèmes, les morceaux choisis semblant bien ternes face aux mots. L’émotion ne gagne qu’avec Roses de Picardie et c’est dommage.

Le rideau de fond de scène se pare des bleus, des gris, des roses des ciels picards ou des lueurs rougeâtres des combats. En ombres chinoises se détache parfois la silhouette des piquets soutenant les barbelés ou celle d’un fusil et d’un casque. Tchéky Karyo apparaît, manteau et pantalon sombres rehaussés d’une écharpe rouge, dans un éclairage à la fois tamisé et froid. Sa voix un peu rauque porte les plaintes, l’amertume, la révolte, le chagrin des mères (Ballade de Florentin Prunier) comme les élans pacifistes (Les deux squelettes) et l’on a les larmes aux yeux.

Micheline Rousselet

Lieux et dates de tournée sur le site de la Comédie de Picardie

www.comdepic.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)