Travail des élèves, soutien

PROGRAMME PERSONNALISE DE REUSSITE EDUCATIVE (PPRE)

article paru dans l’US 643 du 28 octobre 2006

PROGRAMME PERSONNALISE DE REUSSITE EDUCATIVE (PPRE)
BILAN PEU CONCLUANT

Dans son rapport de juin sur l’expérimentation des Programmes Personnalisés de Réussite Éducative, l’Inspection générale dresse un bilan peu positif : faiblesse du pilotage pour accompagner les établissements, simple reprise des dispositifs déjà existants, manque de formation des enseignants...

Les recommandations sont parfois contradictoires : ici on conseille de s’appuyer sur les évaluations de Sixième, là on les critique ; ici on préconise l’intervention du professeur de la classe dans sa discipline, ailleurs non... Quant au « public » choisi en collège, on va de 5 % à près du tiers des élèves. Pour les critères qui « déclenchent » un PPRE, les décisions ont été « plus liées à des appréciations locales qu’à une analyse réfléchie des difficultés des élèves » (mais comment d’ailleurs auraient-ils pu « définir des stratégies » en fonction de « paliers du socle » encore inconnus ?).

Alors que le rapport décrit une « innovation mal identifiée » il est consternant, au vu de ce bilan, que les PPRE aient pu être généralisés en cette rentrée. Cette tendance à généraliser toutes les expérimentations, en l’absence d’évaluations ou malgré cellesci, ne peut qu’inquiéter quand la loi Fillon invite à expérimenter tous azimuts.

Les conditions d’une « généralisation réussie » indiquées par l’IG n’étaient en effet pas réunies.

Par exemple, les emplois du temps doivent avoir été prévus pour que les élèves ne soient pas retirés du cours normal. Pour les rencontres préalables avec l’élève et sa famille, les enseignants doivent avoir été formés. Le plus significatif concerne la mise en oeuvre pédagogique des PPRE : le rapport souligne le besoin de formation et de ressources pédagogiques. Or, les documents d’accompagnement promis ne sont toujours pas parus !

Finalement, les IG eux-mêmes s’interrogent sur « la capacité à produire des résultats totalement probants sur le parcours scolaire de bon nombre d’élèves concernés ». Mais là n’est pas le problème car l’objectif est moins de lutter contre les difficultés des élèves que d’introduire à tout prix - et quel qu’en soit le résultat - des dispositifs d’individualisation destinés à « faire évoluer le système » dans le sens voulu.

Gilbert Martinat
college@snes.edu

Autres articles de la rubrique Travail des élèves, soutien