La défense des droits humains

COVID-19

PROTEGER FEMMES ET ENFANTS DURANT LE CONFINEMENT ! 🚨 Que faire pour aider les femmes et les enfants victimes de violences pendant le confinement ?

Le SNES s’inquiète des risques auxquels le confinement expose les femmes et les enfants victimes de violences et de la difficulté accrue qu’elles et ils auront à appeler les numéros d’urgence avec le conjoint ou parent agresseur sur place.

Le constat a été fait à chaque grosse épidémie ces dernières années (avant aussi sans doute, mais on se posait moins la question) : le nombre et l’intensité des violences, qui ont avant tout lieu dans le cadre intra-familial, explose avec le confinement. Cela a été très bien documenté à l’occasion des dernières épidémies d’Ebola qui ont été suivies d’explosions de grossesses d’adolescentes y compris très jeunes enceintes à la suite de viols.
C’est l’effet mécanique du confinement : une proportion non négligeable d’hommes se défoulent ou se "distraient" en agressant les femmes et filles de leur entourage et le confinement isole les victimes et limite leur capacité à s’échapper et chercher de l’aide. Cela va aggraver des situations de violences déjà existantes ou en créer de nouvelles.
D’autant que celles et ceux qui ont fui un contexte incestueux en partant en internat, par exemple, se retrouvent de nouveau à la merci de leur agresseur.
Le manque de lits et de personnel soignant va également rendre encore plus difficile l’accès à l’IVG considéré comme un acte non-urgent, alors que les délais en sont impératifs, faute de quoi celle-ci ne sera plus possible.
Celles qui subiront les conséquences de ce manque de moyens hospitaliers seront encore une fois les femmes.

Face à cela, il est impératif de :
• signaler systématiquement tout fait dont vous pourriez être témoin, ne serait-ce que par les bruits suspects entendus
• prendre régulièrement des nouvelles de celles et ceux qui pourraient être victimes, et de leur proposer de l’aide.
• Développer un service public de qualité pour répondre aux besoins de la population en matière de prévention des violences et de protection des victimes
• Garantir un accès public aux soins de qualité pour toutes et tous

Le 3919 est un numéro d’écoute et d’orientation pour les violences faites aux femmes.
Le 119 est un numéro d’écoute et d’orientation pour l’enfance en danger.

Autres articles de la rubrique La défense des droits humains

  • Violences policières : mais que fait la justice ?
    Cafouillages et conflits d’intérêts, l’affaire Legay ne cesse de rebondir. Le 16 mars, Geneviève Legay, militante d’ATTAC bien connue à Nice, a été gravement blessée lors d’une charge de CRS.... Lire la suite (Mai 2019)
  • Mettre la profession sous contrôle
    Réserve ? Notre ministre entend introduire dans le code de l’éducation, via l’article de la loi sur "l’École de la confiance" la notion d’exemplarité, qui renvoie, sans la nommer, à l’obligation de... Lire la suite (Avril 2019)
  • Enfance : dans les limbes
    La loi Schiappa sur la protection de l’enfance fait l’unanimité... contre elle. Fait rarissime dans un domaine où tous les acteurs œuvrent généralement dans un but commun, les associations dénoncent... Lire la suite (Septembre 2018)
  • Migrants : Droits maritimes bafoués
    L’été s’est encore révélé meurtrier en Méditerranée. Les États européens n’appliquent toujours pas les droits maritimes essentiels et refusent les naufragés secourus. Ces derniers, des enfants en bas âge,... Lire la suite (Septembre 2018)
  • Communiqués
    Alors que la mort d’Adama Traoré et le viol commis à l’encontre de Théo Luhaka illustrent tristement l’existence de violences policières, les députés viennent d’approuver le projet de loi « Sécurité... Lire la suite (Février 2017)