Actualité théâtrale

Jusqu’au 10 mars au Studio Hébertot

« PSYcause(s) 3 »

Cela fait maintenant plus de dix ans que Josiane Pinson nous accompagne dans les méandres de notre inconscient, sous les traits d’une psychanalyste. Le temps a passé, elle est désormais grand-mère et vient de perdre sa mère. Elle navigue des vies chaotiques de ses patientes à son propre parcours de vie, guère plus tranquille, entre ses ex et leurs nouvelles compagnes et ses enfants qui lui disent qu’ils auraient préféré, quand ils avaient mal à la tête, qu’elle leur propose un Doliprane plutôt qu’une psychanalyse. Sans compter les petits-enfants et une mère qui s’obstine à lui parler de l’au-delà. Elle arrive à nous faire rire non seulement de ses patients plutôt déjantés mais aussi de ses propres frustrations, de son angoisse du vieillissement et de la solitude et même de la perte de sa mère, béquille si encombrante, mais aussi si tendre.

Théâtre : PsyCauses 3

Josiane Pinson a écrit le texte de « PSYcause(s)3 » et l’interprète. Son texte est drôle, cachant parfois la gravité sous un humour aigre-doux qui titille l’émotion. Elle est le reflet de nos questionnements quand elle évoque le besoin d’amour, la difficulté d’être « une bonne mère » ou d’être « fidèle à la polyfidélité » !

Elle incarne la psy et ses patientes, utilisant son grand fauteuil orange et ses lunettes pour nous faire passer avec virtuosité d’un personnage à l’autre. Il y a toute une smala autour d’elle, entre ses clientes et cette famille, décomposée et recomposée, à géométrie très variable qui l’entoure.

La mise en scène de Gil Galliot est discrète, mais efficace. Des voix off accompagnent la psy. Judith Magre en particulier est délirante, mettant sa voix moqueuse au service de sa mère qui s’adresse à elle de l’au-delà. À la fin, elle nous quitte. « Fuck la psychanalyse », elle part avec sa valise, la saga est terminée et on regrette de la quitter, elle et ses patients.

Avec finesse, Josiane Pinson nous a fait rire, en trois saisons, de nos petitesses, de nos failles, de nos inquiétudes, de nos déceptions, bref de « notre pauvre condition de mortels », comme elle le dit. C’est à la fois drôle et émouvant et elle est superbe.

Micheline Rousselet

Le lundi à 19h, le samedi à 17h et le dimanche à 19h30

Studio Hébertot

78 bis Boulevard des Batignolles, 75017 Paris

Réservations : 01 42 93 13 04

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « An Irish story »
    En 1949, Peter O’Farell quitte son pays l’Irlande du Sud à 19 ans pour venir chercher du travail à Londres, emmenant Margaret, sa jeune femme de 16 ans enceinte. Mais la vie à Londres est dure pour... Lire la suite (16 avril)
  • Voyage au bout de la nuit
    « Voyage au bout de la nuit » est repris du 16 avril au 1er juin du mardi au samedi à 21h Théâtre Tristan Bernard 6 rue du Rocher, 75008 Paris Réservations : 01 45 22 08... Lire la suite (12 avril)
  • « L’amour en toutes lettres »
    Dans les années 30, l’Abbé Viollet dirigeait des revues catholiques et s’occupait du courrier des lecteurs. Des hommes et des femmes lui confiaient leurs interrogations, leurs préoccupations, leurs... Lire la suite (12 avril)
  • « Deux mensonges et une vérité »
    Ne dîtes jamais à votre conjoint que vous vous connaissez par cœur, que, après vingt-sept ans de mariage, rien ne peut plus vous surprendre. C’est pourtant l’erreur que commet Philippe, et Catherine... Lire la suite (10 avril)
  • « Les chaises »
    On sort du théâtre de l’Aquarium avec l’impression d’avoir vu pour la première fois cette pièce, pourtant si souvent jouée comme il sied à un classique du XXème siècle. Parce que Ionesco est catalogué... Lire la suite (5 avril)