Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

3 contes de Gabriel Abrandes (France-Portugal)

"Pan pleure pas" Sortie en salles le 11juin 2014

De nos jours, en Angola, un jeune homme, Liberdade, braque une pharmacie pour se procurer le viagra qui lui permettra de remédier à l’impuissance sexuelle qu’il redoute.

Au XVIème siècle, le célèbre auteur Camoes, de tradition médiévale ou pastorale, s’égare sous opium dans la jungle indienne en attendant que les autorités portugaises viennent l’arrêter.

En Afghanistan, Cléo, une jeune employée de "Bibliothèque sans frontières", est kidnappée par un seigneur de guerre benêt et maladroit que sa mère oblige à violer une jeune vierge.

Depuis 2007, Gabriel Abrandes a réalisé treize courts ou moyens métrages.
Il a réuni, sous le titre "Pleure pas Pan" trois d’entre eux : "Liberdade", "Taprobana" et "Ennui, ennui" qui sont d’inspiration et de facture très contrastées.

Si ses films ne sont jamais purement satiriques, ils sont construits sur un principe de distance ironique et dans une tonalité souvent frontale et sensuelle.
Ces trois-là abordent les sujets de la globalisation, de la sexualité et la façon dont les désirs individuels influent sur les choix politiques, moraux, esthétiques.
Que ce soit par la diversité des sujets, des époques où se situent ses récits, que par ses partis-pris de mise en scène, Gabriel Abrandes apparaît comme un cinéaste d’une grande liberté montrant un goût prononcé pour l’artifice, pour les "trucs" et les clichés, plaçant ainsi le spectateur dans une position de constante indécision.

Si on peut voir "Liberdade" comme une simple histoire d’amour sur fond de jolis paysages, dans "Ennui, ennui" il se moque de l’impérialisme américain à travers l’autorité des parents et la figure d’Obama et le drone. Mais il n’épargne pas non plus "la bonne conscience" des tribus nomades afghanes dans la représentation qu’il en donne.
Dans "Taprobana", il s’amuse à montrer Luis de Camoès, héros culturel du Portugal (équivalant de Cervantes en Espagne ou de Shakespeare en Angleterre), vénéré pour ses vers épiques sublimes, comme l’adepte d’une vie bohème et triviale. Mais il le montre aussi en filigrane comme un précurseur de la globalisation ou de l’invention coloniale.

Un moment de cinéma inattendu qu’on peut considérer comme un OVNI du point de vue de la production cinématographique courante.
Certains diront : une pépite.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les misérables »
    Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg, prend ses fonctions au sein de la brigade anti-criminalité de Montfermeil, dans le 93, un secteur réputé sensible de la banlieue parisienne. Il rencontre ses... Lire la suite (16 novembre)
  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)