Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

3 contes de Gabriel Abrandes (France-Portugal)

"Pan pleure pas" Sortie en salles le 11juin 2014

De nos jours, en Angola, un jeune homme, Liberdade, braque une pharmacie pour se procurer le viagra qui lui permettra de remédier à l’impuissance sexuelle qu’il redoute.

Au XVIème siècle, le célèbre auteur Camoes, de tradition médiévale ou pastorale, s’égare sous opium dans la jungle indienne en attendant que les autorités portugaises viennent l’arrêter.

En Afghanistan, Cléo, une jeune employée de "Bibliothèque sans frontières", est kidnappée par un seigneur de guerre benêt et maladroit que sa mère oblige à violer une jeune vierge.

Depuis 2007, Gabriel Abrandes a réalisé treize courts ou moyens métrages.
Il a réuni, sous le titre "Pleure pas Pan" trois d’entre eux : "Liberdade", "Taprobana" et "Ennui, ennui" qui sont d’inspiration et de facture très contrastées.

Si ses films ne sont jamais purement satiriques, ils sont construits sur un principe de distance ironique et dans une tonalité souvent frontale et sensuelle.
Ces trois-là abordent les sujets de la globalisation, de la sexualité et la façon dont les désirs individuels influent sur les choix politiques, moraux, esthétiques.
Que ce soit par la diversité des sujets, des époques où se situent ses récits, que par ses partis-pris de mise en scène, Gabriel Abrandes apparaît comme un cinéaste d’une grande liberté montrant un goût prononcé pour l’artifice, pour les "trucs" et les clichés, plaçant ainsi le spectateur dans une position de constante indécision.

Si on peut voir "Liberdade" comme une simple histoire d’amour sur fond de jolis paysages, dans "Ennui, ennui" il se moque de l’impérialisme américain à travers l’autorité des parents et la figure d’Obama et le drone. Mais il n’épargne pas non plus "la bonne conscience" des tribus nomades afghanes dans la représentation qu’il en donne.
Dans "Taprobana", il s’amuse à montrer Luis de Camoès, héros culturel du Portugal (équivalant de Cervantes en Espagne ou de Shakespeare en Angleterre), vénéré pour ses vers épiques sublimes, comme l’adepte d’une vie bohème et triviale. Mais il le montre aussi en filigrane comme un précurseur de la globalisation ou de l’invention coloniale.

Un moment de cinéma inattendu qu’on peut considérer comme un OVNI du point de vue de la production cinématographique courante.
Certains diront : une pépite.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les petits maîtres du grand hôtel »
    Jacques Deschamps, le réalisateur du film se trouvait à Grenoble où il participait à la commission de sélection des étudiants désirant intégrer le Master de cinéma-documentaire de Lussas, en Ardèche.... Lire la suite (22 septembre)
  • « Ceux qui travaillent »
    Sans diplôme et parti de très bas, devenu à force de volonté cadre supérieur dans une grande compagnie de fret maritime, Franck a de tout temps consacré sa vie au travail. Alors qu’il doit réagir dans... Lire la suite (22 septembre)
  • « Bacarau » 
    En 2016, Kleber Mendonça Filho présentait à Cannes « Aquarius » et brandissait avec son équipe, des pancartes dénonçant ce qu’ils considéraient comme un coup d’État contre la présidente Dilma Rousseff.... Lire la suite (21 septembre)
  • « Ne croyez surtout pas que je hurle »
    A la suite d’une rupture amoureuse qui l’a mis face à des difficultés financières insurmontables et pour plus de commodités, Franck Beauvais quitte Paris et ses activités cinématographiques déjà... Lire la suite (21 septembre)
  • « Ma folle semaine avec Tess »
    Sam, onze ans passe ses vacances d’été avec sa famille, sur une idyllique île néerlandaise. Il a pris la décision de s’isoler plusieurs heures par jour pour s’habituer à une solitude dont il compte... Lire la suite (15 septembre)