Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Radu Jude (Roumanie)

"Papa vient dimanche" Sortie en salles le 2 octobre 2013

Marius, jeune père divorcé, s’apprête à récupérer pour la fin de semaine sa petite fille de 5 ans, Sofia, chez son ex-épouse qui a refait sa vie avec le paisible Aurel.
En chemin, il rend visite à ses vieux parents chez qui il était prévu qu’il ne ferait qu’une courte halte. Mais ils le retiennent et Marius prend du retard.
Lorsqu’il arrive chez Otilia, celle-ci est absente de l’appartement et il apprend par Aurel que sa fille, ayant été souffrante toute la nuit, elle ne pourra sans doute par honorer le week-end prévu avec lui.
Il s’apprête à emmener Sofia malgré tout mais Aurel lui barre le passage.
Il s’ensuit une bousculade au cours de laquelle Aurel est blessé au front.
C’est le premier accroc dans le déroulement de cette journée mouvementée car, sous le coup de la colère, Marius va commettre d’autres actes de violence pendant que la police alertée, cogne à la porte…

Radu Jude réussit sur le sujet du partage des enfants de divorcés, un film atypique qui est tout à la fois réaliste, comique, grotesque et pathétique.
Le sujet rabattu des enfants tiraillés par les deux parents après un divorce est ici complètement renouvelé.
La rivalité est là, la cruauté aussi. Mais poussées jusqu’au grotesque, jusqu’aux frontières du vraisemblable, les différents épisodes n’écartent pas du récit l’aveuglement dont peuvent faire part les parents dans ces circonstances. L’enfant, spectateur direct du conflit, devient un enjeu et aucune précaution n’est prise à son égard.
Le tour de force de Radu Jude est d’avoir maintenu, de bout en bout de son récit, cette mixité de ton, sans que la comédie n’empiète sur le drame ni que le drame ne gagne sur la comédie.
On rit souvent mais on reste sur ses gardes car la cruelle réalité n’est pas esquivée.
Il résulte de l’audace dont il fait preuve, un film qui ne mâche pas les mots et qui dit de façon brutale, l’essentiel sur le sujet.
A voir pour prendre la mesure des dégâts qu’occasionnent les séquelles d’une relation dont il reste des traces indélébiles et souvent ambiguës.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Chut »
    Au milieu de notre société où tout est marchand, où le déroulement du temps s’affole et où on ne connaît plus son voisin, il existe les lieux de gratuité et de rencontre où demeure un reste d’humanité et... Lire la suite (28 février)
  • « L’état sauvage »
    Aux États-Unis, en 1861, la guerre de Sécession fait rage. Une famille de colons français décide de quitter le Missouri où ils étaient installés depuis vingt ans. Le père Edmond, le mère Madeleine et... Lire la suite (23 février)
  • « Des hommes »
    Alice Odiot et Jean-Robert Vialet ont obtenu l’autorisation de filmer pendant vingt-cinq jours dans l’enceinte de la prison des Baumettes : 30 000 m2 pour 2000 détenus dont la moitié n’a pas trente... Lire la suite (17 février)
  • « Amare Amaro »
    Gaetano, la trentaine est un jeune homme taciturne. Il a succédé à son père dans la boulangerie familiale depuis que celui-ci a cessé ses activités. Même si son pain est très apprécié par la clientèle,... Lire la suite (16 février)
  • « Tu mourras à vingt ans »
    Soudan, dans la province d’Aljazira, à notre époque. Lorsque Sakina présente Muzamil, son nouveau né, au chef religieux du village, celui-ci prédit que l’enfant mourra à vingt ans . Le père qui ne... Lire la suite (10 février)