Actualité théâtrale

Jusqu’au 24 avril au Théâtre du Rond-Point

« Par-delà les marronniers » Revu(e)

C’est à trois dandys dadaïstes du début du vingtième siècle que rend hommage le texte de Jean-Michel Ribes. Le premier se nommait Jacques Vaché, inventeur de l’umour sans H, portant monocle à l’œil gauche et en qui André Breton dira voir un précurseur du surréalisme. Le second fut André Cravan, seul auteur et éditeur d’une revue avant-gardiste « Maintenant », qui échappa à la guerre en s’enfuyant à Barcelone pour combattre le champion du monde de boxe, ce qui lui apporta l’argent pour partir à New-York, où il fit scandale en donnant une conférence où il affirma sa détestation de l’art et qu’il termina nu. Le troisième se disait « raté-étalon », considérait le suicide comme « un des Beaux-Arts, forme suprême de mépris à l’égard de la vie ».
Théâtre : Par delà les marronniers
Révulsés par la guerre, qu’ils l’aient faite ou non, refusant l’ordre moral, attachés à vivre libres, cultivant l’art de ne pas se prendre au sérieux, vouant aux gémonies le bon goût et ne reculant devant aucune provocation pour échapper à l’ennui, ils vécurent vite et moururent jeunes, d’une balle dans le cœur, d’une overdose ou d’une promenade sans retour en barque dans le Golfe du Mexique.
Jean-Michel Ribes leur offre un bel hommage en forme de revue, découpée en chapitres annoncés par des enseignes lumineuses – guerre, amour, l’art, l’ennui, la mort – avec girls emplumées aux costumes extravagants et très colorés (belle réalisation de Juliette Chanaud) et une meneuse de revue à la voix splendide, Aurore Ugolin. Pour la musique Jean-Michel Ribes a fait appel à son habituel complice, Reinhardt Wagner. Il signe une bien jolie partition qui nous entraîne des valses viennoises à la musique syncopée de New-York. Des escaliers pour la revue, de gros blocs translucides et très colorés pour évoquer les gratte-ciel et l’art moderne, on passe d’un environnement à un autre. L’humour est toujours là, qu’il s’agisse d’évoquer la conférence sur l’art donné par Arthur Cravan au Salon des Indépendants à New-York où il n’hésita pas à montrer ses fesses aux snobs assemblés ou à propos d’une représentation de Hamlet où la grande question n’est plus « être ou ne pas être » mais « il l’a dit ou non ? »
Trois excellents acteurs incarnent ces trois hommes. Maxime d’Aboville est Jacques Vaché dandy assez désespéré qui s’attachait à accorder peu d’importance à toute chose. Michel Fau est l’extravagant Arthur Cravan qui n’hésite pas à débiter des horreurs sur Sonia Delaunay ou Shakespeare, qui épousa une poétesse Mina Loy interprétée par Alexie Ribes, excellente dans ses improvisations « Amour, amour, toujours, toujours … topinambour ». Enfin Hervé Lassïnce est Jacques Rigaut, le PDG de l’Agence Générale du suicide, amoureux du luxe, des belles voitures, de la vitesse et qui détestait ceux qui ne parvenaient pas à le séduire.
C’est un plaisir que de partager une soirée avec ces trois scandaleux, qui cultivent un humour parfois noir et avec qui la surprise est toujours au bout de la phrase.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h30, le dimanche à 15h, relâche les lundis et les 20 et 27 mars
Théâtre du Rond-Point
2 bis avenue Franklin D. Roosevelt, 75008 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Nos éducations sentimentales »
    Dans L’éducation sentimentale, Flaubert faisait le portrait d’un jeune homme Frédéric qui arrivait à Paris prêt à se lancer à la conquête de la capitale. À la recherche d’une position sociale enviable,... Lire la suite (15 janvier)
  • « L’autobus »
    Ils sont neuf voyageurs dans un autobus dont le conducteur invisible semble avoir pris son indépendance, ne respectant ni les horaires ni le code de la route ni même le trajet, un voyage infernal... Lire la suite (12 janvier)
  • « Le souper »
    Le 6 juillet 1815 alors que la défaite de Napoléon est consommée, que les troupes coalisées sont dans Paris et que la révolte populaire gronde, Talleyrand, homme politique et diplomate à la carrière... Lire la suite (12 janvier)
  • « Le dernier jour d’un condamné »
    En 1829, Victor Hugo publie « Le dernier jour d’un condamné » , un réquisitoire politique pour l’abolition de la peine de mort. Le jeune metteur en scène Cedric Coppola et la comédienne Pauline Smile... Lire la suite (11 janvier)
  • « Un jour en octobre »
    Dans une petite ville de province une jeune fille, Catherine, vient d’accoucher en cachette. Lors de l’accouchement, son précepteur, l’abbé Jattefaux l’a entendue prononcer le nom du père, le... Lire la suite (9 janvier)