Actualité théâtrale

Au théâtre Montfort -Partenaire Réduc’Snes - jusqu’au 19 janvier

"Par hasard et pas rasé" Spectacle-concert de Philippe Duquesne et Camille Grandville

Le théâtre Montfort s’est transformé en cabaret (on peut d’ailleurs y manger -succinctement- dès 19h15). Au début, on a peur ! Franky est un chanteur sans envergure qui reprend, dans des salles de province ou des cabarets, des standards d’Eddy Mitchell ou de Nougaro. Il est accompagné de 3 musiciens assez peu professionnels, shootés au whisky et à la bière, et de deux choristes pour le moins nunuches. Est-ce le retour des Deschiens ?

Or, ce soir, le challenge est de taille. C’est Monsieur Gainsbourg lui-même qu’il faut chanter ! Et là, brusquement, la magie opère. Petit à petit, Philippe Duquesne devient Gainsbourg, au fil des chansons connues (" le poinçonneur des Lilas ", " Harley Davidson " …) ou moins connues (dont la face B de " l’ami Caouette ", ou encore " Par hasard et pas rasé ", qui donne son titre au spectacle, et qui figure sur l’album passé relativement inaperçu après " Mélody Nelson "). Duquesne n’imite pas Gainsbourg, il l’incarne. Notamment, dans cette très belle interprétation de " Comic Strip ", où, comme le faisait Gainsbourg, il s’applique à diriger discrètement l’orchestre et les choristes tout en chantant. A tel point que la confusion se fait dans l’esprit du spectateur. Le spectacle convoque aussi France Gall, BB et Jane B, avec des interventions pleines de charmes des deux "choristes", en particulier lorsqu’elles interprètent à deux voix émouvantes " les dessous chics ". Émouvante, encore, la vidéo de Yolande Moreau sur " Je suis venu te dire que je m’en vais ". Et en guise de bouquet final, l’extraordinaire interprétation de " Variation sur Marilou ". Un seul regret : que Philippe Duquesne, se soit arrêté chronologiquement à "  l’homme à la tête de chou ". Dommage qu’il n’ait pas osé (voulu ?) aborder la période reggae/Gainsbarre, et quelques bijoux comme " Aux enfants de la chance " ou " No comment " : ce sera peut-être pour une autre fois ?

Toute l’équipe est à citer : le pianiste Joël Bouquet, qui a conçu les arrangements jazzy, le contrebassiste Patrice Soler, le batteur souriant et insolent Guillaume Arbonville, les deux "choristes", qui sont en fait de vraies chanteuses, Adeline Walter et, en alternance, Célia Catalifo ou Valentine Carette. Les vidéos de Stéphane Guilhou et Eric Marcheux, avec Anne Benoit ou Yolande Moreau s’intègrent parfaitement au spectacle. Camille Grandville assure une mise en scène efficace, assistée de Jean-Charles Di Zazzo.

Un spectacle pour les amoureux de la musique, du jazz, du rythme, des mots, de la poésie. Bref, pour les amoureux de Gainsbourg ...

Sylvie Chardon

Le Montfort

106 rue Brancion – Paris 15°

www.lemontfort.fr

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 56 08 33 88

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Adishatz /Adieu »
    Jonathan Capdevielle apparaît seul sur scène et entonne à capella avec son timbre de haute-contre les tubes de Madonna ou, avec l’accent de Tarbes, des chansons de Francis Cabrel, des chants... Lire la suite (18 décembre)
  • A propos des "3 sœurs" et du théâtre à deux vitesses
    Les « Trois sœurs » qu’on peut voir encore jusqu’au 22 décembre à l’Odéon Théâtre de l’Europe a été diversement accueilli. Il y ceux qui ont encensé le spectacle (voir la critique de Micheline Rousselet,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Rémi Larrousse, Songes d’un illusionniste »
    Nous rêvons tous. Que nous révèlent nos rêves ? Cauchemars ou fantasmes, que signifient-ils ? Pour certains ils sont prémonitoires, d’autres y voient le rappel d’un passé oublié ou enfoui. Rémi... Lire la suite (14 décembre)
  • « Cap au pire »
    Cap au pire est l’un des derniers textes écrits par Beckett, un texte écrit en anglais et qu’il ne s’était pas résigné à traduire comme s’il avait hésité à se relancer dans ce dédale, un texte destiné à... Lire la suite (13 décembre)
  • « Probablement les Bahamas » de Martin Crimp
    Milly et Franck savourent le confort de leur cottage où s’annonce pour eux une retraite paisible. Ils ont même à leurs côtés pour faire barrage à leur solitude, la présence rassurante d’une étudiante... Lire la suite (13 décembre)