Actualité théâtrale

Au théâtre Montfort -Partenaire Réduc’Snes - jusqu’au 19 janvier

"Par hasard et pas rasé" Spectacle-concert de Philippe Duquesne et Camille Grandville

Le théâtre Montfort s’est transformé en cabaret (on peut d’ailleurs y manger -succinctement- dès 19h15). Au début, on a peur ! Franky est un chanteur sans envergure qui reprend, dans des salles de province ou des cabarets, des standards d’Eddy Mitchell ou de Nougaro. Il est accompagné de 3 musiciens assez peu professionnels, shootés au whisky et à la bière, et de deux choristes pour le moins nunuches. Est-ce le retour des Deschiens ?

Or, ce soir, le challenge est de taille. C’est Monsieur Gainsbourg lui-même qu’il faut chanter ! Et là, brusquement, la magie opère. Petit à petit, Philippe Duquesne devient Gainsbourg, au fil des chansons connues (" le poinçonneur des Lilas ", " Harley Davidson " …) ou moins connues (dont la face B de " l’ami Caouette ", ou encore " Par hasard et pas rasé ", qui donne son titre au spectacle, et qui figure sur l’album passé relativement inaperçu après " Mélody Nelson "). Duquesne n’imite pas Gainsbourg, il l’incarne. Notamment, dans cette très belle interprétation de " Comic Strip ", où, comme le faisait Gainsbourg, il s’applique à diriger discrètement l’orchestre et les choristes tout en chantant. A tel point que la confusion se fait dans l’esprit du spectateur. Le spectacle convoque aussi France Gall, BB et Jane B, avec des interventions pleines de charmes des deux "choristes", en particulier lorsqu’elles interprètent à deux voix émouvantes " les dessous chics ". Émouvante, encore, la vidéo de Yolande Moreau sur " Je suis venu te dire que je m’en vais ". Et en guise de bouquet final, l’extraordinaire interprétation de " Variation sur Marilou ". Un seul regret : que Philippe Duquesne, se soit arrêté chronologiquement à "  l’homme à la tête de chou ". Dommage qu’il n’ait pas osé (voulu ?) aborder la période reggae/Gainsbarre, et quelques bijoux comme " Aux enfants de la chance " ou " No comment " : ce sera peut-être pour une autre fois ?

Toute l’équipe est à citer : le pianiste Joël Bouquet, qui a conçu les arrangements jazzy, le contrebassiste Patrice Soler, le batteur souriant et insolent Guillaume Arbonville, les deux "choristes", qui sont en fait de vraies chanteuses, Adeline Walter et, en alternance, Célia Catalifo ou Valentine Carette. Les vidéos de Stéphane Guilhou et Eric Marcheux, avec Anne Benoit ou Yolande Moreau s’intègrent parfaitement au spectacle. Camille Grandville assure une mise en scène efficace, assistée de Jean-Charles Di Zazzo.

Un spectacle pour les amoureux de la musique, du jazz, du rythme, des mots, de la poésie. Bref, pour les amoureux de Gainsbourg ...

Sylvie Chardon

Le Montfort

106 rue Brancion – Paris 15°

www.lemontfort.fr

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 56 08 33 88

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)