Actualité théâtrale

Au théâtre Montfort -Partenaire Réduc’Snes - jusqu’au 19 janvier

"Par hasard et pas rasé" Spectacle-concert de Philippe Duquesne et Camille Grandville

Le théâtre Montfort s’est transformé en cabaret (on peut d’ailleurs y manger -succinctement- dès 19h15). Au début, on a peur ! Franky est un chanteur sans envergure qui reprend, dans des salles de province ou des cabarets, des standards d’Eddy Mitchell ou de Nougaro. Il est accompagné de 3 musiciens assez peu professionnels, shootés au whisky et à la bière, et de deux choristes pour le moins nunuches. Est-ce le retour des Deschiens ?

Or, ce soir, le challenge est de taille. C’est Monsieur Gainsbourg lui-même qu’il faut chanter ! Et là, brusquement, la magie opère. Petit à petit, Philippe Duquesne devient Gainsbourg, au fil des chansons connues (" le poinçonneur des Lilas ", " Harley Davidson " …) ou moins connues (dont la face B de " l’ami Caouette ", ou encore " Par hasard et pas rasé ", qui donne son titre au spectacle, et qui figure sur l’album passé relativement inaperçu après " Mélody Nelson "). Duquesne n’imite pas Gainsbourg, il l’incarne. Notamment, dans cette très belle interprétation de " Comic Strip ", où, comme le faisait Gainsbourg, il s’applique à diriger discrètement l’orchestre et les choristes tout en chantant. A tel point que la confusion se fait dans l’esprit du spectateur. Le spectacle convoque aussi France Gall, BB et Jane B, avec des interventions pleines de charmes des deux "choristes", en particulier lorsqu’elles interprètent à deux voix émouvantes " les dessous chics ". Émouvante, encore, la vidéo de Yolande Moreau sur " Je suis venu te dire que je m’en vais ". Et en guise de bouquet final, l’extraordinaire interprétation de " Variation sur Marilou ". Un seul regret : que Philippe Duquesne, se soit arrêté chronologiquement à "  l’homme à la tête de chou ". Dommage qu’il n’ait pas osé (voulu ?) aborder la période reggae/Gainsbarre, et quelques bijoux comme " Aux enfants de la chance " ou " No comment " : ce sera peut-être pour une autre fois ?

Toute l’équipe est à citer : le pianiste Joël Bouquet, qui a conçu les arrangements jazzy, le contrebassiste Patrice Soler, le batteur souriant et insolent Guillaume Arbonville, les deux "choristes", qui sont en fait de vraies chanteuses, Adeline Walter et, en alternance, Célia Catalifo ou Valentine Carette. Les vidéos de Stéphane Guilhou et Eric Marcheux, avec Anne Benoit ou Yolande Moreau s’intègrent parfaitement au spectacle. Camille Grandville assure une mise en scène efficace, assistée de Jean-Charles Di Zazzo.

Un spectacle pour les amoureux de la musique, du jazz, du rythme, des mots, de la poésie. Bref, pour les amoureux de Gainsbourg ...

Sylvie Chardon

Le Montfort

106 rue Brancion – Paris 15°

www.lemontfort.fr

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 56 08 33 88

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Pièce en plastique »
    Dans cette pièce écrite en 2015, Marius von Mayenburg met en scène une famille, bien installée socialement, dont il excelle à montrer les rêves avortés, les contradictions, les frustrations et le mal... Lire la suite (20 octobre)
  • « Le poète aveugle »
    Jan Lauwers appartient à une génération d’artistes reconnus dans toute l’Europe, qui réinvente une écriture où se mêlent théâtre, musique, installation et danse. C’est la première fois qu’il est invité à La... Lire la suite (20 octobre)
  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)
  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)