Actualité théâtrale

Festival des Arts de la rue à Nanterre

"Parade(s)" 5, 6 et 7 juin 2015

Pour sa vingt-sixième édition, le festival des arts de la rue de Nanterre, entièrement gratuit, a invité une cinquantaine de compagnies venues de plusieurs pays. Théâtre d’objets, théâtre de rue, marionnettes, cirque, danse, musique, tous les spectacles nous invitent à entrer dans des univers poétiques, engagés ou oniriques et souvent décalés. Le Japon a été choisi par les jeunes de Nanterre pour Cinéma Paradise de la Compagnie To R Mansion, un spectacle qui mêle mime, théâtre, danse, acrobatie, magie et renvoie aussi bien à l’univers de Buster Keaton qu’aux mangas. Le Burkina-Fasso est à l’honneur, avec la Compagnie l’Etoffe des rêves, qui présente Démocratie, I love you, où trois clowns bonimenteurs pleins de malice se moquent de l’actualité et mettent à nu les ressorts du pouvoir avec l’humour du désespoir, et deux spectacles du comédien-conteur Emile Didier Nana qui explore avec un mélange de gravité et d’humour le quotidien des villages africains et la douloureuse question du retour pour qui n’a pas fait fortune en émigrant en France. Parmi tous les spectacles de théâtre de rue proposés, on peut signaler particulièrement celui de la Compagnie Annibal et ses éléphants, éCOnoMic strip, qui traite, comme s’il s’agissait d’une bande dessinée, de la lutte des employés d’une petite entreprise fabriquant des bancs publics, contre les héritiers de leur patron désireux de brader l’entreprise, Les dames de France, de la Compagnie Les sœurs Goudron qui propose une parodie théâtrale et musicale de l’univers des miss et de la télé réalité, et un spectacle de la Compagnie Kumulus, plébiscité dans de nombreux pays, Tout va bien. De nombreux spectacles de cirque éblouiront grands et petits, en particulier Pylône 2, où les acrobates de la Compagnie Les Noctambules, défient les lois de la pesanteur à partir d’un pylône rebelle échappé d’une ligne à haute tension. En danse, on pourra voir le spectacle de danse afro/hip-hop Révélation de la Cie A part être, choisi par les enfants de Nanterre au Festival Chalon dans la rue de 2014. Pour la musique, on peut signaler une création des Grooms, Rigoletto, ou comment un opéra de Verdi peut échapper au monde du luxe et, avec la voix de quatre chanteurs et une fanfare, parler avec humour et dérision du monde d’aujourd’hui qui n’est pas si éloigné des tensions sociales dont parlait Verdi en son temps.
Il y a aussi des espaces dédiés spécifiquement aux enfants, des ateliers et des installations.

Micheline Rousselet

Du vendredi à 17h au dimanche soir ces compagnies présentent leurs créations dans les rues, les parcs et sur les places du centre ancien de Nanterre.
Tous les spectacles sont gratuits.
Toutes les informations sur la programmation sur www.nanterre.fr (rubrique « culture ») et sur Facebook parades.nanterre
Renseignements tél : 39 92 

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Un conte de Noël »
    La metteuse en scène Julie Deliquet a fait des études de cinéma et s’est toujours intéressée au rapport entre théâtre et cinéma, comme elle l’avait si bien montré avec Fanny et Alexandre créé l’an passé... Lire la suite (17 janvier)
  • « La lune en plein jour »
    La comédienne, autrice et metteuse en scène Marisa Tomé se penche sur son histoire, une histoire marquée par l’exil, celui de son arrière grand-mère juive polonaise ayant fui la Pologne pour un pays... Lire la suite (16 janvier)
  • « Rosa Luxemburg Kabarett »
    Pourquoi faire un portrait de la révolutionnaire mythique sauvagement assassinée en janvier 1919 par ces Corps Francs qui annonçaient les S.A et le nazisme à venir ? Parce que ses discours et ses... Lire la suite (14 janvier)
  • « Du ciel tombaient des animaux »
    Quatre dames d’un certain âge sont assises prenant le thé dans un jardin. Aux trois amies s’est jointe une femme, Mrs Jarrett, qui passait dans la rue et qu’elles ont invitée à les rejoindre. Elles... Lire la suite (13 janvier)
  • « Ploutos »
    L’inégalité des richesses, un thème d’actualité avec les Gilets Jaunes que faisait pourtant déjà vivre Aristophane dans sa dernière comédie en 388 avant Jésus-Christ. Un honnête paysan athénien, Chrémyle,... Lire la suite (12 janvier)