Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Andreï Konchalovsky (Russie-Allemagne)

« Paradis » Sortie en salles le 15 novembre 2017.

Olga est une aristocrate russe qui a émigré en France. Quand la seconde guerre mondiale éclate, elle entre dans la résistance.

Jules, époux et père de famille modèle, est officier de police. Il a choisi sans trop s’interroger mais sûr de faire le bon choix, de collaborer avec le régime nazi.

Helmut, jeune homme de la noblesse allemande, séduit par l’idéal d’une société de « surhommes » devient officier SS dans un camp de concentration.

Les trois destins s’entrecroisent. Chacun devra-t-il répondre de ses actes au moment du jugement dernier pour avoir droit ou non à son entrée dans le paradis ?

Cinéma : Paradis

Le paradis serait-il le monde meilleur pour lequel Olga, en rentrant dans le résistance, a renoncé à ses privilèges d’aristocrate ?

Serait-il lié au confort moral et économique qui confirme Jules dans le fait qu’il a fait le bon choix en collaborant avec l’ennemi ?

Le paradis serait-il enfin, ce monde dont seraient exclus les espèces humaines jugées inférieures et où ne subsisteraient plus que des êtres répondant à critères rigoureux de perfection physique et morale ?

Le film d’Andreï Konchalovski apparaît comme un avertissement.

Pour lui qui cite des déclarations de Karl Jaspers, si les camps de concentration ont existé, ils peuvent de nouveau exister et les signaux clignotants de les voir réapparaître un jour ne manquent pas avec le racisme galopant, la peur de l’étranger entretenue par les médias et les nouveaux points que marquent les partis d’extrême droite à chaque nouvelle élection en Europe.

Et pour lui, seule la mémoire peut empêcher que cela recommence, le danger étant dans le déni, l’oubli et le refus commode de croire que cela est réellement survenu.

«  Paradis » retrace le cheminement de l’engagement des trois protagonistes et de leurs comparses satellites. Est-il le fait du hasard, le fruit d’un concours de circonstances ? Les faits relatés dans chacun des épisodes composent la trame du récit global et amènent doucement aux questionnements.

Celui de savoir pourquoi un père de famille aimant, sûr de sa bonne foi et de son humanisme, fait le choix de collaborer avec les nazis.

Celui qui amène un noble allemand très éduqué à adhérer à un système de pensée déshumanisant.

Celui qui pousse une aristocrate russe menant un vie de château à sacrifier sa liberté pour aller au secours d’autrui.

Si Konchalovski avec son film, pose ces questions, il n’apporte pas de réponse sans doute pour mieux amener le public qui le verra à trouver ses propres réponses à la lumière d’un vingtième (vingt et unième) siècle de tous les dangers, à la fois marqué par le renforcement d’un confort bourgeois et celui d’une misère extrême, tous deux marqués par la mise en place d’idéaux destructeurs qui menacent.

Le film a été tourné en noir et blanc dans une atmosphère silencieuse permettant de créer une esthétique documentaire et pour donner au spectateur, avec les confessions face caméra de chacun des protagonistes, l’impression qu’il voit des images d’archives.

Un film nécessaire, efficace. Une œuvre forte.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)