Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Ulrich Seidl (Autriche-Allemagne-France)

"Paradise Love" Sortie en salles le 9 janvier 2013

Elles ont décidé d’aller passer des vacances de rêve dans un hôtel luxueux, sur une plage, au Kenya. Elles vont y trouver le soleil, une mer à une température idéale, elles iront visiter les quartiers pauvres de la ville.
Mais ce que recherchent surtout ces femmes qui ont passé l’âge de plaire, loin du regard de leurs proches, c’est parmi tous les hommes qui les abordent pour leur proposer des pièces d’artisanat local ou une visite touristique, celui d’entre eux avec qui elles pourront vivre un moment de plaisir, voire une "histoire d’amour éphémère".
Teresa a choisi de passer des vacances dans ce paradis exotique mais elle devra très vite déchanter car, passant d’un "beachboy" à un autre, elle ira de déception en déception pour se rendre à l’évidence : sur les plages du Kenya, l’amour est un produit qui se monnaie.
"Paradis : amour" qui pourrait n’être qu’une comédie, dissimule à peine, derrière les situations souvent cocasses, des constats plus nuancés.
Y sont abordés des sujets gigognes : le tourisme sexuel et le pouvoir qu’ont sur des femmes vieillissantes en demande d’un rebond amoureux, les motivations économiques d’hommes jeunes attirants, la valeur marchande de la sexualité, un autre regard sur l’Afrique et sur l’Europe et comment d’exploité, on peut devenir exploiteur.
Teresa semblait certaine que ce qui restait de ses charmes (elle avait sans doute été une belle jeune femme) suffirait, même s’il fallait y ajouter quelques cadeaux ou un peu d’argent, à appâter ces jeunes hommes vigoureux, chargés d’une réputation d’amants enflammés.
Les idées toutes faites sur les jeunes hommes de couleur et sa naïveté reculeront autant que possible le moment de se rendre à l’évidence et de faire de douloureux constats : tromperie, mensonges, avidité face au gain ; et c’est sa déconvenue et ses échecs successifs qui la feront basculer définitivement dans la catégorie des vieilles femmes privées d’attraits.

"Paradis : amour" est le premier volet d’une trilogie qu’a entreprise Ulrich Seidl où il dresse le portrait de trois femmes d’une même famille (elles apparaissent toutes trois en début de récit). L’une, Teresa part faire du tourisme sexuel, la seconde œuvre comme missionnaire catholique ("Paradis : foi") et la troisième séjourne dans un Centre pour adolescents en surpoids ("Paradis : espoir").

La qualité majeure du film est dans sa façon d’être tout à la fois une comédie sur le sexe et un constat douloureux sur le vieillissement au féminin. L’un des sujets ne porte jamais atteinte à l’autre. La comédie est menée de façon frontale quand il s’agit, par exemple, pour la femme blanche de diriger elle-même la façon de conduire les caresses d’un amant novice au moment des préliminaires.

Le drame, lui ; se passe en sourdine ou dans une bouffée de violence quand la femme leurrée ne peut plus se dissimuler à elle-même la vérité sur la façon dont elle a été trompée.
Ulrich Seidl ne porte aucun jugement moral sur ses personnages tout comme il se garde de prudence narrative et de pudeur.
Les corps des femmes apparaissent sans dissimulation et la nudité telle qu’elle est montrée, quoique disgracieuse, n’est jamais laide ni indécente.

Un beau film sur un malentendu profond entre deux élans contrastés, entre deux cultures, sur le vieillissement et sur le désarroi de femmes à la recherche d’une dernière chance de plaire.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)