Actualité théâtrale

Á partir du 21 janvier au Petit Montparnasse

« Parce que c’était lui » Montaigne et La Boétie

On est en 1588. Sur scène Montaigne assis à sa table, en chemise, écrit. Derrière lui un grand arbre mort évoque son âge qui avance, il a 55 ans, mais la lumière dorée qui baigne l’espace renvoie au goût de vivre qui caractérise la sagesse de Montaigne. Il est à Paris pour superviser l’impression du livre 3 de ses Essais. Sa réflexion est interrompue par l’arrivée tumultueuse de Marie de Gournay. Elle a 22 ans, l’admire passionnément, désire se mettre corps et âme à son service et à celui de son œuvre mais veut savoir pourquoi il n’a pas, contrairement à sa promesse, publié le livre de son ami La Boétie, mort prématurément et dont il a pourtant dit qu’il était un livre essentiel. Montaigne reçoit en songe la visite de La Boétie. Un dialogue s’instaure entre eux, confrontation des idées entre un La Boétie, mort jeune, qui plaide pour une société libérée de la tyrannie des Rois et de la Religion et un Montaigne plus prudent, plus sage, plus diplomate. Marie de Gournay, qui pense que Montaigne a bel et bien trahi son ami, vient compléter ce triangle amical et amoureux avec ses idées sur la place des femmes et sur leur nécessaire émancipation.

Jean-Claude Idée a écrit et mis en scène ce texte. C’est vif, enlevé, ironique, souvent brillant. Sur fond de guerres de religions qui précèdent l’arrivée sur le trône de Henri IV, la pensée de Montaigne s’y éclaire, avec son amour de la vie, sa défense de la liberté et de la tolérance, sa méfiance vis à vis des extrémismes, sa prudence, que La Boétie considère comme de la pusillanimité. Les disputes qui animent leur dialogue et les interventions de Marie de Gournay renvoient à des débats actuels autour de l’engagement, de la liberté, du pouvoir et de son acceptation, de la place des femmes. Emmanuel Dechartre incarne un Montaigne vieillissant et diplomate au point d’en être, comme le dit La Boétie, « le prince des accommodements », Adrien Melin a la jeunesse de La Boétie, révolutionnaire et anarchiste, « le prince de l’intransigeance », dit Montaigne. Katia Miran complète avec grâce et fougue le trio et on sort du théâtre avec l’envie de se replonger dans Les Essais.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 15h

Petit Montparnasse

31 rue de la Gaîté, 75014 Paris

Réservations : 01 43 22 77 74

Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours.

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • A propos des "3 sœurs" et du théâtre à deux vitesses
    Les « Trois sœurs » qu’on peut voir encore jusqu’au 22 décembre à l’Odéon Théâtre de l’Europe a été diversement accueilli. Il y ceux qui ont encensé le spectacle (voir la critique de Micheline Rousselet,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Rémi Larrousse, Songes d’un illusionniste »
    Nous rêvons tous. Que nous révèlent nos rêves ? Cauchemars ou fantasmes, que signifient-ils ? Pour certains ils sont prémonitoires, d’autres y voient le rappel d’un passé oublié ou enfoui. Rémi... Lire la suite (14 décembre)
  • « Cap au pire »
    Cap au pire est l’un des derniers textes écrits par Beckett, un texte écrit en anglais et qu’il ne s’était pas résigné à traduire comme s’il avait hésité à se relancer dans ce dédale, un texte destiné à... Lire la suite (13 décembre)
  • « Probablement les Bahamas » de Martin Crimp
    Milly et Franck savourent le confort de leur cottage où s’annonce pour eux une retraite paisible. Ils ont même à leurs côtés pour faire barrage à leur solitude, la présence rassurante d’une étudiante... Lire la suite (13 décembre)
  • « Mélancolie(s) »
    La pièce commence au printemps, au milieu d’une journée magnifique. Le temps est à la fête pour l’anniversaire de Sacha qui est entourée de son mari qu’elle n’aime plus comme avant, d’Olympe sa sœur... Lire la suite (9 décembre)