Actualité théâtrale

Á partir du 21 janvier au Petit Montparnasse

« Parce que c’était lui » Montaigne et La Boétie

On est en 1588. Sur scène Montaigne assis à sa table, en chemise, écrit. Derrière lui un grand arbre mort évoque son âge qui avance, il a 55 ans, mais la lumière dorée qui baigne l’espace renvoie au goût de vivre qui caractérise la sagesse de Montaigne. Il est à Paris pour superviser l’impression du livre 3 de ses Essais. Sa réflexion est interrompue par l’arrivée tumultueuse de Marie de Gournay. Elle a 22 ans, l’admire passionnément, désire se mettre corps et âme à son service et à celui de son œuvre mais veut savoir pourquoi il n’a pas, contrairement à sa promesse, publié le livre de son ami La Boétie, mort prématurément et dont il a pourtant dit qu’il était un livre essentiel. Montaigne reçoit en songe la visite de La Boétie. Un dialogue s’instaure entre eux, confrontation des idées entre un La Boétie, mort jeune, qui plaide pour une société libérée de la tyrannie des Rois et de la Religion et un Montaigne plus prudent, plus sage, plus diplomate. Marie de Gournay, qui pense que Montaigne a bel et bien trahi son ami, vient compléter ce triangle amical et amoureux avec ses idées sur la place des femmes et sur leur nécessaire émancipation.

Jean-Claude Idée a écrit et mis en scène ce texte. C’est vif, enlevé, ironique, souvent brillant. Sur fond de guerres de religions qui précèdent l’arrivée sur le trône de Henri IV, la pensée de Montaigne s’y éclaire, avec son amour de la vie, sa défense de la liberté et de la tolérance, sa méfiance vis à vis des extrémismes, sa prudence, que La Boétie considère comme de la pusillanimité. Les disputes qui animent leur dialogue et les interventions de Marie de Gournay renvoient à des débats actuels autour de l’engagement, de la liberté, du pouvoir et de son acceptation, de la place des femmes. Emmanuel Dechartre incarne un Montaigne vieillissant et diplomate au point d’en être, comme le dit La Boétie, « le prince des accommodements », Adrien Melin a la jeunesse de La Boétie, révolutionnaire et anarchiste, « le prince de l’intransigeance », dit Montaigne. Katia Miran complète avec grâce et fougue le trio et on sort du théâtre avec l’envie de se replonger dans Les Essais.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 15h

Petit Montparnasse

31 rue de la Gaîté, 75014 Paris

Réservations : 01 43 22 77 74

Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours.

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • "Phèdre" de Sénèque
    Sénèque aurait écrit 9 tragédies, toutes inspirées de légendes grecques, dont Agamemnon, Hercule furieux, Hercule sur l’Oeta, Œdipe, Médée –qui est au programme des Amandiers en fin de saison, et que met en... Lire la suite (Avril 2008)
  • "Nathan Le Sage" de Lessing
    Jérusalem, 1187. Le nouveau maître de la ville, le sultan Saladin, en ce temps de Croisades appelle au respect de la foi musulmans, juifs et chrétiens. Les Templiers qui tuent en invoquant Dieu... Lire la suite (Avril 2008)
  • "Sept secondes/ In god we trust" de Falk Richter
    Un pilote de l’armée américaine est suivi dans son quotidien, lequel consiste pour l’essentiel à larguer des bombes sur l’Irak. Il agit avec la concentration et l’application d’un enfant devant ses... Lire la suite (Mars 2008)
  • "Anagrammes pour Faust"
    Certains objets de notre quotidien aspirent comme certains humains à la vie éternelle. C’est le postulat de départ de la pièce. Ce souhait d’éternité nous renvoie à Faust qui, pour ce pouvoir, vendit son... Lire la suite (Mars 2008)
  • "Mère Courage et ses enfants"
    Brecht écrit Mère Courage en 1938, en pleine montée du nazisme. Alors que la menace de guerre plane sur l’Europe, il est contraint de s’exiler... Brecht choisit de situer l’action de Mère Courage... Lire la suite (Mars 2008)