US 786 du 9 mars 2019

Parcoursup : Les masques de la discrimination

Aux dires du ministère de l’Enseignement supérieur, les derniers ajustements de la plateforme s’inscriraient dans la nécessité de traiter les dossiers de façon plus égalitaire. Qu’en est-il en réalité ?

La sectorisation pour les académies franciliennes disparaît, officiellement pour favoriser la mobilité des jeunes. Avec la suppression des quotas, ces mesures renforceront la concurrence et les formes de discrimination, dans un cadre où les critères locaux de sélection sont cachés sous couvert du principe du secret des délibérations de jurys.

Est aussi promue l’anonymisation des dossiers. Or, il n’y en aura dans les faits aucune car seuls les nom, prénom, adresse du domicile et âge du candidat peuvent être masqués « dès lors que ces données ne sont pas nécessaires à un examen éclairé du dossier du candidat ». Dans le cas où la formation dispose d’un internat, prévoit des entretiens ou un concours, ou recrute par la voie de l’apprentissage, les dossiers restent donc nominatifs.

De surcroît, aucun anonymat des appréciations sur les bulletins et des pièces justificatives (diplômes, attestations) ne sera possible. Mais que cherche donc à faire oublier le ministère quand il communique à ce point sur un anonymat qui n’existe pas ?

Le lycée d’origine, angle mort de la sélection

Dans ce contexte, l’appel publié dans Le Figaro le 11 février dernier, de proviseurs refusant l’anonymat des dossiers, ne manque pas de sel. Jamais le critère de l’établissement d’origine n’aura finalement été aussi sécurisé, jamais il n’a été si peu mis en question ! Les formations vont même jusqu’à justifier son emploi au nom de «  l’ouverture sociale » de l’enseignement supérieur, l’anonymat déstabilisant selon elles des dispositifs type « Cordées de la réussite ». Elles revendiquent même la connaissance de « l’environnement scolaire » du candidat.

À l’aune de la mise en place d’un baccalauréat largement fondé sur des épreuves locales, la mécanique de la discrimination sociale et géographique est donc en marche.

Claire Guéville

Autres articles de la rubrique US 786 du 9 mars 2019

  • Lycée Blanquer : Campagne d’intox tous azimuts
    Depuis un an, le SNES-FSU alerte sur les effets catastrophiques des réformes du lycée et du bac. Le ministre ne répond aux alertes que par une communication mensongère. Halte à l’intox ! Le... Lire la suite (13 mars)
  • Pierre Mathiot, florilège !
    Pierre Mathiot, « inspirateur » des réformes du lycée et du baccalauréat, assure le service après-vente depuis le début de l’année scolaire. Morceaux choisis ci-dessous. Un moment de lucidité ?… Dans La... Lire la suite (13 mars)
  • Choses lues…
    • « La réforme Blanquer relance la concurrence entre les disciplines : répartition des heures, choix des cours enseignés en demi-groupe, maintien des postes dans les disciplines les moins demandées :... Lire la suite (13 mars)
  • Arts au lycée : la mobilisation s’amplifie
    La réforme du lycée met à mal les enseignements artistiques. Avec la suppression des séries, le ministère affiche l’extension de la spécialité Arts à tous les élèves, faisant miroiter des parcours «... Lire la suite (13 mars)