Année 2017-2018

Parcoursup, quel bilan ? (Créteil)

Sans surprise, ParcourSup n’a pas résolu le manque de places dans le supérieur. Vantant le système, le ministère communique chaque jour l’état des propositions au niveau national mais le Rectorat de Créteil ne fait pas de même et pour cause : des candidat-e-s n’accéderont pas à certaines facs malgré leur bon dossier scolaire à cause de leur établissement d’origine.

Deux enquêtes académiques menées par le SNES Créteil montrent que ParcourSup est particulièrement discriminatoire pour les séries technologiques et les départements de la périphérie parisienne.

Le 20 juin, sur les 1200 inscrit-e-s d’Aubervilliers et de La Courneuve, 40,1% étaient sans proposition ou voyaient tous leurs vœux refusés, contre 21% en moyenne nationale le même jour. Avec le système de vœux non classés, comment savoir si le « oui » attendu correspond à un projet véritable des élèves ?

Beaucoup ont dû accepter un vœu mais attendent toujours une réponse plus conforme à leurs choix.

La phase complémentaire de ParcourSup commence mais le nombre de places est insuffisant. Les inscrit-e-s au bac toutes séries confondues ont augmenté de 5% cette année au niveau national, et de 7% dans notre académie.

Sur Créteil, 700 élèves seraient déjà passé-e-s en commission académique.

Que va proposer le recteur ? 450 places en BTS seraient créées, mais financées comment ? Dans quels lycées ? Avec quels profs ? ParcourSup, réforme du lycée, casse du bac... Le SNES poursuivra son action contre ces attaques tout au long de l’année scolaire à venir.

Martine Clodoré, Catherine Proust

Autres articles de la rubrique Année 2017-2018