Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Luciano Emmer (1951), production franco-italienne

« Paris est toujours Paris » Sortie le 14 août

Coproduction franco-italienne où les deux pays intervenaient à égalité, ce qui est rare, le film de Luciano Emmer réalisé en 1951 a bénéficié d’une belle restauration et sortira sur les écrans le 14 août. Après nombre de documentaires salués par la critique, le succès de Dimanche d’août en 1950 permet au réalisateur de se lancer dans un autre film à sketch.

Cinéma : Paris est toujours Paris

À l’occasion d’un match de football de la Squadra Azzura, un groupe d’Italiens débarque à Paris. Dès la sortie de la gare leurs chemins vont se séparer et les mener dans divers lieux de Paris au hasard des rencontres. Le film nous accompagne dans un phénomène nouveau à l’époque, le tourisme à grande vitesse, avec visite du Louvre et des principaux monuments de Paris au pas de course. C’est l’occasion de revoir le Paris des années cinquante, les kiosques de gare, les rues, les soirées parisiennes. On y voit même Hélène Rémy et Franco Interlenghi, alors tout jeunes acteurs, déjeuner sur un bateau-mouche, ce qui est surprenant puisqu’ils n’ont été crées qu’en 1950.

Le directeur de la photographie Henri Alekan a su saisir toutes les nuances de la lumière dans des conditions météorologiques variées et donner de la ville une image poétique et romantique. Sept scénaristes dont Emmer lui-même et Francesco Rosi ont écrit les dialogues, enlevés et drôles, et créent des situations où s’installent malentendus culturels et linguistiques qui donnent au film son charme de comédie, parfois burlesque. Aldo Fabrizi, qui joue au touriste berné un peu ridicule et un peu attendrissant, occupait le haut de l’affiche en qualité de star de la comédie italienne des années cinquante. On trouve aussi au générique Marcello Mastroianni, encore tout jeune, que mène par le bout du nez sa fiancée interprétée par Lucia Bose, Hélène Rémy en kiosquière pleine de charme. Et puis on y voit Yves Montand chanter dans un club Les feuilles mortes et bien sûr Un gamin d’Paris, accompagnant ce retour dans le temps fort agréable.

Micheline Rousselet

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Terminus Sud »
    Dans un pays en plein chaos plongé dans un climat d’insécurité et de conflit armé où chaque partie rivalise d’actes de violence, un médecin tente de continuer à accomplir sa mission de soignant sans... Lire la suite (18 novembre)
  • « Vivre et chanter »
    Zhao Li dirige une troupe d’opéra traditionnel de Sichuan composée d’hommes et de femmes qui vivent et travaillent ensemble depuis dix années dans la banlieue de Chengdu. Lorsqu’elle reçoit un... Lire la suite (18 novembre)
  • « Les éblouis »
    Camille est une jeune adolescente et l’aînée d’une fratrie de quatre enfants. Elle est passionnée de cirque, un art qu’elle apprend à pratiquer, mais le jour où ses parents intègrent une communauté... Lire la suite (17 novembre)
  • « Temporada »
    Pour prendre un poste d’employée au service municipal de l’hygiène, Juliana quitte les quartiers du centre ville d’Irauna où elle vivait avec son mari pour la métropole de Contaguem, au Brésil. Elle... Lire la suite (17 novembre)
  • « Les misérables »
    Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg, prend ses fonctions au sein de la brigade anti-criminalité de Montfermeil, dans le 93, un secteur réputé sensible de la banlieue parisienne. Il rencontre ses... Lire la suite (16 novembre)