Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Luciano Emmer (1951), production franco-italienne

« Paris est toujours Paris » Sortie le 14 août

Coproduction franco-italienne où les deux pays intervenaient à égalité, ce qui est rare, le film de Luciano Emmer réalisé en 1951 a bénéficié d’une belle restauration et sortira sur les écrans le 14 août. Après nombre de documentaires salués par la critique, le succès de Dimanche d’août en 1950 permet au réalisateur de se lancer dans un autre film à sketch.

Cinéma : Paris est toujours Paris

À l’occasion d’un match de football de la Squadra Azzura, un groupe d’Italiens débarque à Paris. Dès la sortie de la gare leurs chemins vont se séparer et les mener dans divers lieux de Paris au hasard des rencontres. Le film nous accompagne dans un phénomène nouveau à l’époque, le tourisme à grande vitesse, avec visite du Louvre et des principaux monuments de Paris au pas de course. C’est l’occasion de revoir le Paris des années cinquante, les kiosques de gare, les rues, les soirées parisiennes. On y voit même Hélène Rémy et Franco Interlenghi, alors tout jeunes acteurs, déjeuner sur un bateau-mouche, ce qui est surprenant puisqu’ils n’ont été crées qu’en 1950.

Le directeur de la photographie Henri Alekan a su saisir toutes les nuances de la lumière dans des conditions météorologiques variées et donner de la ville une image poétique et romantique. Sept scénaristes dont Emmer lui-même et Francesco Rosi ont écrit les dialogues, enlevés et drôles, et créent des situations où s’installent malentendus culturels et linguistiques qui donnent au film son charme de comédie, parfois burlesque. Aldo Fabrizi, qui joue au touriste berné un peu ridicule et un peu attendrissant, occupait le haut de l’affiche en qualité de star de la comédie italienne des années cinquante. On trouve aussi au générique Marcello Mastroianni, encore tout jeune, que mène par le bout du nez sa fiancée interprétée par Lucia Bose, Hélène Rémy en kiosquière pleine de charme. Et puis on y voit Yves Montand chanter dans un club Les feuilles mortes et bien sûr Un gamin d’Paris, accompagnant ce retour dans le temps fort agréable.

Micheline Rousselet

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les petits maîtres du grand hôtel »
    Jacques Deschamps, le réalisateur du film se trouvait à Grenoble où il participait à la commission de sélection des étudiants désirant intégrer le Master de cinéma-documentaire de Lussas, en Ardèche.... Lire la suite (22 septembre)
  • « Ceux qui travaillent »
    Sans diplôme et parti de très bas, devenu à force de volonté cadre supérieur dans une grande compagnie de fret maritime, Franck a de tout temps consacré sa vie au travail. Alors qu’il doit réagir dans... Lire la suite (22 septembre)
  • « Bacarau » 
    En 2016, Kleber Mendonça Filho présentait à Cannes « Aquarius » et brandissait avec son équipe, des pancartes dénonçant ce qu’ils considéraient comme un coup d’État contre la présidente Dilma Rousseff.... Lire la suite (21 septembre)
  • « Ne croyez surtout pas que je hurle »
    A la suite d’une rupture amoureuse qui l’a mis face à des difficultés financières insurmontables et pour plus de commodités, Franck Beauvais quitte Paris et ses activités cinématographiques déjà... Lire la suite (21 septembre)
  • « Ma folle semaine avec Tess »
    Sam, onze ans passe ses vacances d’été avec sa famille, sur une idyllique île néerlandaise. Il a pris la décision de s’isoler plusieurs heures par jour pour s’habituer à une solitude dont il compte... Lire la suite (15 septembre)