Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Luciano Emmer (1951), production franco-italienne

« Paris est toujours Paris » Sortie le 14 août

Coproduction franco-italienne où les deux pays intervenaient à égalité, ce qui est rare, le film de Luciano Emmer réalisé en 1951 a bénéficié d’une belle restauration et sortira sur les écrans le 14 août. Après nombre de documentaires salués par la critique, le succès de Dimanche d’août en 1950 permet au réalisateur de se lancer dans un autre film à sketch.

Cinéma : Paris est toujours Paris

À l’occasion d’un match de football de la Squadra Azzura, un groupe d’Italiens débarque à Paris. Dès la sortie de la gare leurs chemins vont se séparer et les mener dans divers lieux de Paris au hasard des rencontres. Le film nous accompagne dans un phénomène nouveau à l’époque, le tourisme à grande vitesse, avec visite du Louvre et des principaux monuments de Paris au pas de course. C’est l’occasion de revoir le Paris des années cinquante, les kiosques de gare, les rues, les soirées parisiennes. On y voit même Hélène Rémy et Franco Interlenghi, alors tout jeunes acteurs, déjeuner sur un bateau-mouche, ce qui est surprenant puisqu’ils n’ont été crées qu’en 1950.

Le directeur de la photographie Henri Alekan a su saisir toutes les nuances de la lumière dans des conditions météorologiques variées et donner de la ville une image poétique et romantique. Sept scénaristes dont Emmer lui-même et Francesco Rosi ont écrit les dialogues, enlevés et drôles, et créent des situations où s’installent malentendus culturels et linguistiques qui donnent au film son charme de comédie, parfois burlesque. Aldo Fabrizi, qui joue au touriste berné un peu ridicule et un peu attendrissant, occupait le haut de l’affiche en qualité de star de la comédie italienne des années cinquante. On trouve aussi au générique Marcello Mastroianni, encore tout jeune, que mène par le bout du nez sa fiancée interprétée par Lucia Bose, Hélène Rémy en kiosquière pleine de charme. Et puis on y voit Yves Montand chanter dans un club Les feuilles mortes et bien sûr Un gamin d’Paris, accompagnant ce retour dans le temps fort agréable.

Micheline Rousselet

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Le photographe »
    Rafi est un modeste photographe de rue. Rien ne le préparait à sa rencontre avec Milani, une jeune fille discrète issue de la classe moyenne de Bombay, ni au fait qu’elle accepterait de le revoir le... Lire la suite (22 janvier)
  • « Merveilles à Montfermeil »
    Joëlle et Kamel sont en instance de divorce. Ils font tous les deux partie de l’équipe municipale de la nouvelle maire de Montfermeil, Emmanuelle Joly. Toute l’équipe travaille activement sur le... Lire la suite (7 janvier)
  • « Les siffleurs »
    C’est au son de « The passenger » interprété par Iggy Pop que l’inspecteur de police Cristi débarque sur l’île de Gomera afin d’apprendre le Silbo, une langue sifflée ancestrale classée au patrimoine... Lire la suite (5 janvier)
  • « Cunningham »
    « Cunningham », le film d’Alla Kovgan, suit la carrière du chorégraphe Merce Cunningham depuis ses premières années comme danseur dans le New-York d’après guerre jusqu’à la révélation et la reconnaissance... Lire la suite (Décembre 2019)
  • « Le miracle du Saint Inconnu »
    En possession de son magot, Amine fuit la police mais, sa voiture tombée en panne, il a tout juste le temps de creuser un trou et d’enterrer le sac contenant les liasses de billets au sommet d’un... Lire la suite (Décembre 2019)