Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

Paroles du Larzac Ouvrage collectif sous la direction d’E. Baillon

Revenir sur l’histoire d’une lutte de 10 ans, qui ne s’est jamais essoufflée ni divisée et a débouché sur une victoire : c’est l’objet d’un colloque qui s’est tenu à Millau en octobre 2011, à l’initiative de la Ville et de l’Association pour l’aménagement du Larzac. Les témoignages des participants, l’éclairage d’historiens, de journalistes, … ont donné lieu à un livre, «  Paroles du Larzac  », sous la direction d’Elisabeth Baillon, responsable de l’écomusée du Larzac de 82 à 87, maire adjointe à la Culture à Millau de 89 à 95.

Pour ceux qui ont connu cette époque comme pour les plus jeunes, le livre permet de comprendre comment une bande de paysans, au départ plutôt individualistes et conservateurs, a réussi à construire un mouvement social d’une efficacité remarquable, capable de mettre l’État et l’Armée en échec. Comment ils ont réussi à garder leur unité et le contrôle collectif de leur mouvement, tout en s’agrégeant les soutiens les plus divers : de la Chambre d’agriculture et de la FDSEA, des industriels de Roquefort et de nombre d’élus locaux, jusqu’aux groupes « gauchistes » - PSU, Gauche prolétarienne, etc – et aux comités « Larzac » fleurissant un peu partout, en passant par les antimilitaristes, les militants régionalistes occitans et les Églises (catholiques et protestantes). Et surtout comment, sous l’influence de la Communauté (chrétienne) de l’Arche et de Lanza del Vasto, ils ont choisi la non-violence comme mode d’action, en l’imposant y compris à ceux qui auraient bien voulu en découdre violemment avec les Autorités. Le livre se conclut sur les acquis à long terme de la lutte.

Parce qu’ils ont été partie prenante du mouvement, les intervenants en donnent bien sûr une vision idéale. Il manque sans doute un regard plus critique et le débat n’est guère vif entre les protagonistes. Il n’en demeure pas moins qu’il s’agit là d’un témoignage intéressant, qui fait réfléchir aux conditions pour mener à bien une lutte sociale, même si les circonstances et le contexte ont changé.

Sylvie Chardon

« Paroles du Larzac », ouvrage collectif sous la direction d’Elisabeth Baillon, Éditions Privat.

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • Deux polars, de Pologne et de Slovaquie
    Du côté de Varsovie Zygmun Miloszewski est salué, à juste raison à la lecture de « Te souviendras-tu de demain ? », comme un romancier qui compte. Il met en scène un couple de vieux amants mariés,... Lire la suite (25 août)
  • « A tombeau ouvert », Raul Argemi
    Raoul Argemi, aujourd’hui journaliste, romancier et homme de théâtre, fut, en 1975, un des acteurs de la lutte armée contre la dictature. Cette expérience sert de toile de fond à ce roman, « A tombeau... Lire la suite (23 août)
  • « Une année de cendres », Philippe Huet
    . Philippe Huet longtemps rédacteur en chef adjoint de Paris Normandie a voulu, dans « Une année de cendres », raconter l’histoire de deux truands qui ont tenu Le Havre de la fin de la seconde... Lire la suite (23 août)
  • « Stoneburner », William Gray
    William Gray (1941-2012) est considéré, aux Etats-Unis comme le maître du « Southern Gothic », un genre qui mélange allègrement le noir avec des ingrédients tenant du grotesque ou du surréel venant en... Lire la suite (22 août)
  • Spécial James Lee Burke.
    Dave Robicheaux, flic de Louisiane, est le personnage clé de l’œuvre de James Lee Burke, son double plus sans doute que ses autres personnages. Robicheaux c’est la Nouvelle-Orléans, sa corruption,... Lire la suite (1er août)