Actualité théâtrale

Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis jusqu’au 25 mars 2012

"Paroles gelées"d’après François Rabelais Partenaire Réduc’snes

Jean Bellorini a une prédilection pour les œuvres qui ne sont pas initialement destinées au théâtre. Après "Les misérables, tempête sous un crâne" une adaptation du roman de Victor Hugo, il s’aventure cette fois du côté de Rabelais.

Il apprécie chez l’un et chez l’autre la densité de l’écriture, matériau qui se prête à son goût pour des machineries théâtrales artisanales qui s’assortissent d’une grande liberté de mise en scène, laissant libre cours à la démesure, à une inventivité débridée.

"Paroles gelées" est un spectacle avec chansons, une aventure théâtrale dans un "monde fantastique, infernal et merveilleux".

"Le quart livre" qui lui sert de fil conducteur, voyage allégorique et satirique, est une sorte de pèlerinage qui permet à Panurge d’échapper à la folie du monde et de se purifier.

L’avancée chaotique de Pantagruel vers l’oracle qui conclut à la Vérité, s’achève avec l’arrivée sur l’île de la dive bouteille.

Le voyage est raconté à travers un immense pataugeage, au propre et au figuré, qui empêchera Panurge de trouver réponse à son dilemme.

D’une escale à l’autre, d’une île à l’autre dont il étudie les coutumes et qui jalonnent le voyage en mer, au travers d’une fiction géographique, Rabelais donne une portée universelle à sa satire.

Travers sociaux, religieux et préjugés sont soumis à un regard d’une ironie véhémente.

Treize comédiens-chanteurs et des musiciens traduisent la profusion d’aventures sur un plateau aquatique. Propulsés par une mise en scène échevelée mais très maîtrisée, ils font preuve d’une énergie qui fait plaisir à voir. La liesse dont ils semblent être saisis les pousse à des débordements vite intégrés au respect du texte et au tracé du contour des personnages.

Ici, rien de ce qui relève du gigantisme n’est montré. Les clichés de ripaille et de beuverie sont gommés. La démesure et l’imaginaire sont dans la surabondance de mouvements, dans le jeu des comédiens, dans la façon dont ceux-ci s’approprient la "chair" de la langue, qu’il prennent à bras le corps en lui communiquant leur propre énergie et leur enthousiasme.

"Paroles gelées" offre un moment de théâtre jubilatoire.

Francis Dubois

TPG Théâtre Gérard Philipe. Centre dramatique national de Saint-Denis

59 Bld Jules Guesde 93 200 Saint-Denis

www.theatregerardphilipe.com

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 13 70 00 ou

reservation@theatregerardphilipe.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • "Motobécane"
    "Motobécane" est repris du 3 novembre au 30 décembre (sauf les 24 et 25 décembre) Novembre : les dimanches à 17h30 et les lundis à 19h Décembre : lundis et mardis à 19h, mercredis à 21h15,... Lire la suite (16 novembre)
  • « Waynak »
    Les plus vieux d’entre nous avaient rêvé d’un monde sans guerre. Pourtant elle était toujours là, mais plus loin. Et puis maintenant elle n’est plus loin, juste de l’autre côté de la Méditerranée. Les... Lire la suite (16 novembre)
  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)