Actualité théâtrale

Jusqu’au 22 mars au Théâtre du Lucernaire

« Passagères »

Dans le huis-clos d’un brise-glace soviétique, la rencontre de deux femmes vite brisée par la terreur stalinienne. Sur ce bateau militaire où quelques rares cabines sont réservées à des civils, une jeune ouvrière Kathia, pleine d’espoir, part pour Moscou afin de réaliser son rêve d’être actrice. Elle y rencontre Anna qui fut actrice mais a vu ses espoirs brisés et son mari déporté. En dépit de la méfiance et de la surveillance, une amitié se noue qui ne survivra pas à ce système où les murs ont des yeux, des oreilles et des bouches.

Théâtre : Passagères

La jeune metteuse en scène d’origine russe, Tatiana Spivakova a choisi de monter ce texte écrit par Daniel Besnehard en 1984, en y introduisant quelques extraits de poèmes tirés du recueil Requiem d’Anna Akhmatova, que murmure en russe une voix off. Elle dit qu’elle a voulu raconter l’âpreté de l’URSS sous Staline pour donner une voix à ces millions de personnes que la terreur a contraintes à se taire. Des portes et des malles métalliques au sol, quelques inscriptions en russe, une porte ouvrant sur les toilettes où l’on s’enferme pour se retrouver, une ardoise où l’on écrit des messages que l’on efface sitôt lus tout en chantonnant pour se dissimuler, un semblant de brouillard, suffisent à planter le décor sinistre du brise-glace navigant dans ces eaux glacées. La solitude, le froid, le désespoir suintent de cette cabine où Anna vêtue de noir lave et coud sans jamais oser déroger aux règles. L’arrivée de Kathia exubérante, vêtue d’orange, semble apporter la lumière et la force capables de desserrer l’étreinte de la peur. La rencontre prend toute sa force quand la lecture du monologue de La mouette de Tchekhov fait comprendre à Kathia qu’Anna fut une actrice. La chute n’en sera que plus terrible.

C’est pour ses « muses » de l’époque que Daniel Besnehard avait monté le texte. Catherine Gandois y jouait le rôle de Kathia. Trente-six ans plus tard elle joue celui d’Anna sombre, silencieuse, écrivant en cachette dans un petit carnet pour continuer à exister. C’est sa propre fille, Sarah Jane Sauvegrain qui reprend le rôle de Kathia, dont la vivacité, l’insolence, la détermination ne résisteront pas à un système impitoyable. Des vies broyées, tout comme celle du marin (Vincent Bramoullé) qui les surveille, par un régime qui cultive la peur pour tuer toute liberté de penser.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 17h

Théâtre du Lucernaire

53 rue Notre-Dame-des-Champs, 75006 Paris

Réservations : 01 45 44 57 34 ou www.lucernaire.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • Les Molières le 23 juin
    La cérémonie des Molières est maintenue, dans le respect des règles sanitaires, et sera diffusée en prime time le 23 juin sur France 2. Elle rappelle, en ces temps où l’avenir est encore incertain et... Lire la suite (25 mai)
  • La Comédie-Française lance La Comédie continue !
    COMMUNIQUÉ DE PRESSE > vendredi 27 mars 2020 > La Comédie continue ! > Tel est le nom de la première chaîne en ligne de la Comédie-Française. > À partir du lundi 30 mars 2020 à 16h, plusieurs levers... Lire la suite (31 mars)
  • « Sois un homme »
    Qu’est-ce qu’être une femme ? La question a beaucoup interrogé écrivain.e.s et philosophes depuis déjà un certain temps. Mais s’agissant des hommes, elle apparaît plus originale tant des siècles de... Lire la suite (17 mars)
  • « Illusions perdues »
    Après ses brillantes adaptations d’Homère ( Iliade puis Odyssée ) et de Chanson douce de Leïla Slimani, Pauline Bayle s’est lancé dans l’adaptation du roman de Balzac. C’est au fonctionnement du... Lire la suite (17 mars)
  • « L’éveil du printemps »
    La pièce de Franck Wedekind fit scandale a son époque (1890) et fut interdite de longues années pour pornographie. Elle offrait un regard osé sur la jeunesse, défendait le désir adolescent et pointait... Lire la suite (16 mars)